[34] L'Hérault n°260 octobre 2016
[34] L'Hérault n°260 octobre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°260 de octobre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Hérault

  • Format : (192 x 240) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : viticulture, cap sur l'avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
EXPRESSION LIBRE Ces propos sont sous la stricte responsabilité de leurs auteurs. Loi de démocratie de proximité (27/02/2002) Groupe Majoritaire Gauche Républicaine Le Département accompagne l’adaptation de la société au vieillissement La question du vieillissement est essentielle pour l’avenir de notre pays  : en 2050, un tiers des Français aura plus de 60 ans. La nouvelle loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, véritable réforme de justice sociale, apporte des solutions concrètes aux enjeux qui se présentent à nous aujourd’hui, mais c’est aussi une loi d’anticipation pour les générations futures. Voulue par le Président de la République et élaborée à l’issue d’une large concertation, cette nouvelle loi concerne tous les Français  : toutes les familles sont à un moment donné touchées par le vieillissement d’un proche. Nous savons que l’avancée en âge aggrave et amplifie les disparités. Adaptation des logements, lutte contre l’isolement, plan de prévention, soutien aux proches aidants, la loi a pour ambition de favoriser la mobilisation de la société toute entière autour du vieillissement, dans sa double dimension du bien vieillir et de la protection des plus vulnérables. Il est primordial d’anticiper, de prévoir pour mieux repérer et être en mesure de combattre les premiers facteurs de risque de perte d’autonomie, autant que d’assurer un accompagnement de qualité à domicile comme en établissement. Les principales mesures concrètes de la nouvelle loi concernent la revalorisation des allocations des personnes qui en ont le plus besoin, l’amélioration de l’APA à domicile, la reconnaissance et le soutien aux proches aidants à travers le droit au répit. Le congé de soutien familial devient congé de proche aidant et de nouvelles aides améliorent la prévention de la perte d’autonomie. Il existe aujourd’hui 37 500 bénéficiaires de l’APA dans l’Hérault, dont plus de 26 000 à domicile. En 2016 le Département consacre 336 millions d’euros aux mesures en faveur des personnes âgées et handicapées, soit 69% du budget de la solidarité. Répondre à la perte d’autonomie, au handicap et à la dépendance, soutenir et accompagner les personnes âgées et leurs familles, donner à chacun la possibilité d’une vie décente, tel est le cœur de la politique de gauche défendue par le groupe majoritaire du Département de l’Hérault. Renaud Calvat Président du Groupe 34 — Octobre 2016 Groupe Hérault Citoyens Les Conseillers départementaux des cantons de Montpellier 1, Montpellier 3, Montpellier 4 et Montpellier 5 représentent environ 200 000 habitants du territoire héraultais. Pourtant, à ce jour, et 18 mois après notre élection, il nous est toujours refusé les moyens indispensables au bon exercice de notre mandat. Nous n’avons toujours pas pu embaucher un attaché de groupe, ni même… une secrétaire ! De plus, notre parole est totalement muselée. En juin 2016, la tribune « libre » que nous souhaitions voir publiée - qui s’indignait du fait que deux Conseillers départementaux louent un local à Hérault Habitat, bailleur social - n’a pas été publiée au motif qu’elle n’était pas conforme au Règlement Intérieur du Département ! En août 2016, nous avions rappelé dans notre tribune « libre » nos adresses mails, afin que les citoyens qui nous ont élus puissent nous contacter… Ces adresses mail ont été purement et simplement supprimées lors de la parution du journal du Département ! Et ce sans aucune explication ! Quel mépris vis-à-vis des citoyens dont nous portons la parole au sein du Département ! Dans notre République, la liberté d’expression est un droit fondamental. Cette censure et ce refus de liberté d’expression ne sont pas dignes de l’exécutif du Département de l’Hérault, exécutif qui ose se prétendre progressiste et qui affirme partager les valeurs de Jean Jaurès. Michèle Dray-Fitoussi Présidente du Groupe
Groupe de l’Union de la Droite et du Centre L'Hérault  : Territoire numérique Les nouvelles technologies sont devenues indispensables au développement économique et à l'accès aux services, à la médecine, à la culture, à la connaissance, à la formation, à l'emploi, à l'innovation, et même au maintien de nos aînés à leur domicile… Le Département a pour ambition de les rendre accessibles, partout et pour tous. À l'image de la Métropole montpelliéraine, qui a vécu une mutation numérique depuis l'installation d'IBM à la fin des années 60, jusqu'à la French Tech aujourd'hui, notre Département doit investir dans l'avenir en mettant en œuvre, en partenariat avec les autres collectivités, les infrastructures nécessaires à l'innovation et au développement de l'économie de demain. Notre Territoire ne manque pas d'atouts  : universités, hôpitaux, centres de recherche, infrastructures de transport, lieux culturels et sportifs, soleil, mer, magnifiques paysages, mais il est toutefois nécessaire d'impulser une nouvelle dynamique pour maintenir et créer de nouveaux emplois. Le déploiement du Très Haut Débit sur tout le Département d'ici à 2022 contribue à cette dynamique. Il permettra de développer et d'accélérer la mutation numérique et de créer les conditions favorables à l'économie du numérique. Dès l'année prochaine, les travaux devraient démarrer et les premiers foyers seront raccordés à partir de 2018. La prise en charge financière, 300 millions d'euros, sera répartie entre le Département, l'État, la Région, l'Europe, les communes, les intercommunalités et les opérateurs privés. Notre Groupe, de la Droite et du Centre, soutient sans réserve la mise en place du Très Haut Débit. Nous devons transformer notre Département en une"Silicon Valley"à la française. Néanmoins, les fiscalités locale et nationale élevées et instables, et une certaine vision court-termiste contribuent à la création d'un écosystème où l'on privilégie les consommateurs et les électeurs, aux dépens, trop souvent, des entrepreneurs, des créateurs et des entreprises - ce que nous regrettons profondément. Malgré tout, l'Hérault peut compter sur ses atouts et sur un capital humain très dynamique sur lequel il est primordial d'investir pour tourner à son avantage cette révolution numérique inéluctable. Guillaume Fabre Président du Groupe Groupe Défendre l'Hérault Urgence RSA Les départements doivent faire face à des dépenses sociales de plus en plus importantes. Rappelons que l'État a obligé les départements à prendre en charge la gestion des mineurs isolés étrangers, dont le nombre augmente régulièrement et qui représentent un poids pour les finances départementales. Notre groupe, « Défendre l'Hérault », a manifesté à plusieurs reprises son opposition à cette prise en charge dont la responsabilité est nationale. Les faits nous donnent malheureusement raison puisque cette prise en charge, pourtant coûteuse pour les finances de notre assemblée, semble défaillante. En effet bien que nourris, logés et pourvus d'argent de poche, ces mineurs se livrent à des actes de délinquance. Ces dernières semaines, de jeunes migrants placés dans des foyers pour mineurs dans l’Hérault ont été interpellés pour des violences gratuites et des vols. Dans le même temps la situation de nos compatriotes s'aggrave. Confrontés au chômage, à une crise qui n'existe que par l'incompétence de nos dirigeants et au matraquage fiscal, pour nombre de nos concitoyens le RSA est devenu une nécessité vitale. On le sait, comme pour les délinquants étrangers, il existe parmi les bénéficiaires du RSA des fraudeurs. Selon la Caisse nationale d’allocations familiales, les fraudes détectées aux prestations sociales ont augmenté de plus de 18% en 2015. Afin de pouvoir faire perdurer notre système de protection sociale et de venir en aide aux plus vulnérables, nous ne pouvons pas accepter que des fraudeurs en abusent. Il est important de mettre en place une véritable politique de contrôle des fraudes. Le département des Alpes-Maritimes l'a fait. Une brigade de détection des fraudes a été mise en place et 32 M € ont pu être économisés en 5 ans. Pour la seule année 2016, on estime à 10 M € les économies générées par les suspensions de RSA. Nous demandons la mise en place d'urgence d'un système de lutte efficace contre la fraude. Est-il normal de verser des allocations à des personnes qui refusent des emplois correspondants à leur profil ? Est-il normal de continuer à verser des allocations à des mineurs étrangers délinquants ? Est-il normal de verser des aides à des islamistes partis faire le « djihad » en Syrie ? À tout cela nous répondons « NON », afin de protéger les Français les plus démunis envers lesquels nous sommes redevables. Nicole Zenon Présidente du Groupe Octobre 2016 — 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :