[34] L'Hérault n°220 janvier 2013
[34] L'Hérault n°220 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°220 de janvier 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Hérault

  • Format : (192 x 240) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,1 Mo

  • Dans ce numéro : en mer avec les pêcheurs du Grau-d'Agde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
LE JOUR OÙ… 1981 Le 29 octobre, trois quarts d’heure avant minuit, Georges Brassens s’éteint à Saint-Gély-du-Fesc, un village au nord de Montpellier. Le géant de la chanson s’est fait tout petit pour partir. « Toute sa vie, explique Régine Monpays, la directrice de l’Espace Brassens de Sète, le chanteur connaît des ennuis de santé. Il souffre de calculs rénaux qui lui laissent peu de répit. A la longue son état s’'aggrave. Un cancer est diagnostiqué. » L’artiste est opéré par deux fois à la clinique Saint- Jean, à Montpellier. Il y est suivi par Maurice Bousquet, chirurgien viscéral, avec lequel il a tissé depuis peu des liens d’amitié. A tel point qu’en avril 1980 il s’installera avec sa compagne Püppchen dans la villa du médecin, à Saint-Gély. A part quelques courts voyages quand son état le permettra, il ne la quittera plus. Le praticien, son épouse Monique, elle-même infirmière, et ses quatre enfants lui assurent un environnement tout à la fois médical et familial. « Il y avait trouvé un refuge. Il pouvait être soigné discrètement alors qu’à l’hôpital cela aurait été plus difficile. » Elle a fini par le rattraper. La Camarde, dont le poète s’était si souvent moqué, lui donne son dernier rendez-vous cette nuit d’automne. Pas question cette fois de « quitter la vie à reculons » pour prendre « le chemin le plus long ». Mais du moins les trompettes de la renommée seront-elles mises en sourdine. Car s’il n’a pu faire « la tombe buissonnière », comme dans sa chanson, l’artiste a eu une fin discrète. Sa présence dans le village de Saint-Gély se voulait confidentielle. Cette discrétion s’est poursuivie jusque dans l’annonce publique de sa disparition, différée de plusieurs heures, et un enterrement célébré dans la plus stricte intimité, tôt le matin, à Sète. Il n’empêche. Très vite les hommages affluent. Quelques questions aussi. Né à Sète, soixante ans plus tôt, Georges Brassens y dispose d’attaches familiales et amicales. Il a aussi ses habitudes en Bretagne et à Paris. Pourquoi l’artiste a-t-il fini ses jours dans ce village de l’Hérault et dans une famille qui n’était pas la sienne ? Une manière aussi, pour l’ami Georges, de ne pas être là où on l’attendait. Plus jeune il avait navigué en père peinard sur la petite mare aux anars, chroniquant des billets virulents dans Le Libertaire. Il en gardera toujours une tendresse pour les petits, les obscurs, les abîmés de l’existence, ceux qui prennent le train de la vie en marge. « Il agite des thèmes qui touchent beaucoup de monde et restent d’actualité, commente Régine Montpays, Aujourd’hui, il est l’artiste français le plus chanté avec 1 200 interprètes dans le monde. » La célébrité ne l’avait guère changé. Il reste fidèle en amitié comme à ses idées, sans dogmatisme. Pudique, aussi. Se refusant autant à se plier aux valeurs convenues qu’à exposer ses états d’âme aux projecteurs de l’actualité. Avec la décence des gens simples, il lui aurait été impensable d’étaler sa maladie et de mourir en public. D’où cette fin infiniment discrète dans la chaleur d’une « nouvelle famille ». La preuve aussi, par l’exemple, que la vie peut toujours être une source de découverte et d’affection. Même au soir de l’existence. Espace Brassens 67, bd Camille-Blanc à Sète 42 —Janvier 2013
Seul au monde. Etang du Méjean à Lattes. (Arnaud Lecler) Plaisir d'enfant dans les dunes de Vendres. (Nadège Bavais) Entraînement de foot à St-Gély-du-Fesc, vu depuis un cerf-volant. (Michel Trouillet) On veut ta photo ! Participez, vous aussi ! postez en ligne vos photos Retrouvez + d’infos herault.fr Guêpier d'Europe (Merops apiaster). Séance brushing. (Thomas Gendre) Vue sur les cabanes de Mauguio et l’étang de l'Or. (Lionel Modolo)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :