[34] L'Hérault n°220 janvier 2013
[34] L'Hérault n°220 janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°220 de janvier 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Hérault

  • Format : (192 x 240) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,1 Mo

  • Dans ce numéro : en mer avec les pêcheurs du Grau-d'Agde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
EXPRESSION LIBRE Ces propos sont sous la stricte responsabilité de leurs auteurs. Loi de démocratie de proximité (27/02/2002) Groupe d’opposition de Droite Groupe Démocratie et République Favoriser notre compétitivité ! Alors que le rapport rédigé par Louis Gallois préconisait un choc de compétitivité, le projet de loi de finances pour 2013 présenté par le gouvernement vient d’alourdir encore le poids des prélèvements obligatoires dans notre pays et dans notre département. En effet, au lieu du choc de compétitivité conseillé et attendu, c’est un choc fiscal qui vient pénaliser le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité de nos entreprises. L’économie de notre département est doublement victime des choix opérés au plus haut niveau de l’Etat. D’une part, le tissu de nos entreprises va subir une ponction fiscale supplémentaire qui s’ajoute aux mesures déjà prises au mois de juillet dernier à l’occasion du vote du collectif budgétaire. D’autre part, l’économie touristique, en mesure de créer dans l’Hérault plusieurs milliers d’emplois nouveaux, court aujourd’hui le risque de voir son activité ralentie en raison de l’augmentation de la pression fiscale qui pèse sur les ménages et en particulier sur les classes moyennes. Le constat est rude. Malheureusement, ni la question du coût du travail, ni la question de la baisse des dépenses publiques, ni la question des réformes structurelles de nos modèles social et territorial, n’ont trouvé récemment de réponse ! Le département de l’Hérault pourrait être un territoire audacieux, innovant et… compétitif. Il nous faudrait oser ce qui tout simplement s’appelle le bon sens : réduire les dépenses publiques, développer le partenariat publicprivé, favoriser l’innovation et la croissance des PME, petites et moyennes entreprises. Sebastien Frey, Président du Groupe Groupe communiste Le rural : un atout pour notre pays ! Une récente étude de l’INSEE révèle que près des trois quarts des bassins de vie sont ruraux, qu’ils concentrent plus des deux tiers des communes françaises, 78% de la superficie du pays pour 31% de la population. Cette photographie de l’espace national est à mettre en relation avec le grand mouvement de retrait des services publics depuis de trop nombreuses années des territoires, alors même que les territoires ruraux et périurbains attirent de plus en plus d’habitants et témoignent de la diversité des paysages et des milieux de vie. Nous savons, au Département, l’importance d’appuyer le développement de ces espaces ruraux, de préserver l’activité agricole, de conforter l’installation d’activités diverses, de les équiper de services publics à la mesure des besoins des populations et de construire une nouvelle culture du vivre ensemble, pour ceux qui y sont nés et pour ceux qui ont choisi de s’y installer. Ces territoires et les populations qui y vivent et y travaillent aspirent à une véritable prise en compte dans les politiques nationales de cette situation et qu’enfin, au-delà des effets d’annonce, une véritable loi de programmation pour le monde rural soit mise en œuvre en associant les collectivités territoriales et les citoyens. Il y a lieu, dès à présent, de mieux articuler les politiques de développement des territoires, de trouver les complémentarités entre l’urbain et le rural qui composent ensemble, dans la diversité, l’unité de notre pays. Pour cela, il s’agit de considérer le droit de chacun des citoyens de ce pays de disposer des mêmes droits et des mêmes services de proximité, du même droit de se soigner, d’apprendre, de se cultiver, de travailler : de bien vivre, donc. François Liberti, Président du Groupe Groupe majoritaire socialistes et apparentés Les contrats d’avenir, un engagement fort pour les jeunes Le Conseil général de l’Hérault s’est engagé aux côtés de l’Etat sur les emplois d’avenir, qui représentent un enjeu considérable pour les jeunes en difficultés particulières d’accès à l’emploi. Ce dispositif à la fois humain, social et économique a pour objectif de créer des emplois durables et de faciliter l’insertion professionnelle de jeunes Héraultais grâce à un double parcours individuel : emploi et formation. Par la signature d’une convention avec le gouvernement, le Conseil général a acté son engagement à créer 40 emplois au sein de la collectivité et 60 emplois au sein d’associations prestataires. Cet accord pose les bases d’un travail partagé autour de trois axes nécessaires à la réussite du dispositif : l’identification des jeunes entre 16 et 25 ans peu ou pas qualifiés, un repérage des filières et des métiers porteurs et une individualisation de la formation adaptée à chaque profil. La concrétisation de ces recrutements par des employeurs de l’économie sociale et solidaire et les collectivités locales permet à des jeunes motivés qui ont envie de travailler sur le territoire de reprendre confiance en eux, trouver les conditions d’un épanouissement personnel et collectif et à terme, de s’installer dans leur vie d’adulte. L’action du Conseil général sur les emplois d’avenir vient en appui des politiques d’insertion et des nombreuses initiatives menées par l’institution afin de sécuriser davantage les jeunes Héraultais dans leur parcours de vie. Kleber Mesquida, Président du Groupe 20 —Janvier 2012
HOMMAGE Jean-Marcel Castet Le goût des autres Par trois fois, Jean-Marcel Castet avait vaincu le cancer. Mais le quatrième a été le plus fort. Retour sur le parcours de ce passionné, maire de Jacou pendant 22 ans et conseiller général depuis 1998. L a valeur n’attend pas le nombre des années ». L’engagement non plus, pourrait-on ajouter, à voir la vie de Jean-Marcel Castet. Petit dernier d’une fratrie de quatorze enfants, il développe rapidement le goût des autres, comme en témoigne son adhésion dès l’âge de 12 ans à la Jeunesse ouvrière chrétienne. À 20 ans, il quitte son Agen natal et monte à Paris où il entre à la RATP. À 23 ans, il devient le plus jeune membre du Conseil économique et social, avant de devenir premier secrétaire national de la CFDT Transports où il s’est syndiqué quelques années plus tôt. Cap au sud En 1980, son épouse Jeanne est mutée à Montpellier. Ils s’installent à Jacou où Jean-Marcel Castet ouvre la première maison de la presse. En 1984, il revient à ses premières amours et intègre l’encadrement de la SMTU, l’ancêtre de la Tam. Il ne se doute pas que vingt ans plus tard, il sera l’artisan de la venue du tram dans sa commune. 1 er vice-président d'Hérault Transport, il multiplie la fréquentation des bus orange et bleu avec la création des cartes Zen et Zazimut et la tarification « Tout l'Hérault à 1 € ». Une action au quotidien et des résultats qui expliquent pourquoi les Jacoumards lui ont renouvelé leur confiance pour quatre mandats de maire. Ce qu’ils retiendront de lui ? Qu’il était un homme accessible, pragmatique et aimant l’esprit d’équipe. Des qualités qu’il aura cultivé toute sa vie sur les terrains de rugby ou pas bien loin. Ce sport, il en a toujours été fou, à Agen comme à Jacou … Réaction « Son efficacité et son inventivité étaient appréciées de tous » André Vezinhet, Président du Conseil général. « J’ai perdu avant tout un grand ami. Son efficacité, sa précision et son inventivité étaient appréciées de tous. Il était un militant inlassable des alternatives au tout-voiture. Le développement d’Hérault Transport et du réseau cyclable qu’il a accompagné ces dernières années en sont des exemples dont profitent les Héraultais tous les jours. Enfin, je retiens cet amour pour le rugby que j’avais plaisir à partager avec lui. Mes pensées vont vers sa famille, et en particulier vers Jeanne, son épouse qui l’a soutenu de façon admirable dans tous les combats de sa vie, jusqu’au dernier. » « Il a été un grand maire » Renaud Calvat, Maire de Jacou « Jean-Marcel a consacré 24 années de sa vie au service de sa commune. Il était toujours à l’écoute, recevant chaque personne qui le souhaitait, lui consacrant du temps, trouvant les mots justes pour aider, soutenir et réconforter. Il était un passeur. Un passeur d’idées et un passeur de témoin. Jean-Marcel aimait transmettre : son expérience, son savoir-faire et ses connaissances. Nous sommes tous fiers de l’avoir eu comme ami. » Janvier 2012 — 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :