[34] L'Hérault n°219 décembre 2012
[34] L'Hérault n°219 décembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°219 de décembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Hérault

  • Format : (168 x 240) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : Pierres vives remonte le temps.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
04 ENTRETIEN ANDRÉ VEZINHET aime à rappeler les propos du Président de la République, François Hollande : « le Département est plus une source d’économies qu’une charge pour la Nation. » « Le Département réhabilité » Pour André Vezinhet, les collectivités locales ont connu « une rupture de la confiance avec l’Etat ces dernières années ». Aujourd’hui, des rapports nouveaux naissent à la veille d’une nouvelle étape de décentralisation. Changement de gouvernement, changement pour les Départements ? Oui, il y a manifestement une nouvelle manière de penser les relations entre l’Etat et les collectivités locales. Nous nous sentions mal aimés par la précédente majorité, nous avons souffert pendant cinq ans d’une véritable recentralisation du pouvoir. Les collectivités étaient ignorées : pas de concertation, aucun dialogue possible. La crise financière a pourtant révélé une fragilité liée à la dette du pays, et les collectivités y participent. Mais les collectivités territoriales n’ont jamais été dispendieuses, y compris en temps de crise. Les finances des Départements sont saines, même si le gel des dotations de l‘Etat et une perte d’autonomie fiscale a mis à mal beaucoup de conseils généraux, notamment ruraux. Même dans cette situation difficile, notre déficit ne représente que 0,1% du PIB alors que les collectivités locales représentent 75% de l’investissement public. Donc aujourd’hui tout va aller mieux ? Il faut rester vigilant, même avec ses amis politiques ! Mais les rapports semblent se baser sur la confiance. Un exemple : les Départements ont signé fin octobre un pacte avec le Gouvernement. L’Etat va débloquer une aide en urgence pour les trente Départements les plus L’Hérault LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT
05 en difficulté en raison de l’explosion de dépenses sociales. Nous allons surveiller avec attention la répartition de ces fonds et il faudra que l’État s’engage à mettre en place un système pour que les Départements puissent avoir les ressources suffisantes pour assumer leurs dépenses obligatoires : Apa, RSA, allocations aux personnes handicapées, etc. Mais dans l’Hérault où le taux de chômage est à 14,4%, le Département va continuer à s’impliquer fortement pour l’emploi. Les Départements font partie des collectivités qui vont créer des contrats d’avenir. D’ailleurs, j’ai déjà co-signé avec Benoît Hamon la convention d’engagement sur cent contrats. On se dirige également vers une nouvelle phase de décentralisation, qu’en attendez-vous ? Nous sommes un maillon incontournable de l’aménagement du territoire. Et nous exigeons le respect du principe constitutionnel de non-tutelle d’une collectivité sur une autre. Bien évidemment, dans ce contexte, il faut maintenir la clause générale de compétence qui nous permet d’aller au-delà de nos compétences obligatoires quand les circonstances l’exigent. Je rappelle que le Département est le premier financeur des communes. Et si on reparle de suppression des Départements ? Il y a quelque semaines, Marylise Lebranchu, Ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique a dit : « Au quotidien, rares sont les politiques publiques qui ne passent pas, d’une manière ou d’une autre, par le Département. Que seraient-elles sans cet échelon incontournable ? Et que seraient beaucoup de communes sans l’appui du Département ? » Le débat est clos. Et si toutefois il ne l’était pas, je serai vent debout contre tous ceux qui remettent cela en cause. Les Français sont attachés à leur commune et leur Département, vrais acteurs publics de la proximité, fruits de la démocratie locale. Et ça, il ne faut pas l’oublier. J’AIME L’HÉRAULT, JE M’ABONNE ! Le Conseil général met en œuvre les principes de développement durable dans ses supports de communication. En 2013, si vous ne vous abonnez pas, vous ne recevrez plus ce magazine dans votre boîte aux lettres. Alors, pour ne rien manquer de l’actu de l’Hérault, vous pouvez d’ores et déjà vous pré-abonner. Pour cela, il suffit de remplir ce bulletin ci-dessous et de le renvoyer à l’adresse indiquée. L’abonnement à L’Hérault est gratuit. Je désire recevoir L’Hérault à partir de 2013 par voie postale Je désire recevoir L’Hérault à partir de 2013 par internet Nom : Nom : Prénom : Prénom : Adresse mail : Adresse : Ville : Code postal : Bulletin à renvoyer à : Conseil général de l’Hérault Direction de la Communication 1000 rue d’Alco 34087 Montpellier cedex 4 Vous pouvez aussi vous abonner en ligne sur herault.fr herault.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :