[33] Gironde n°97 jan/fev/mar 2012
[33] Gironde n°97 jan/fev/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°97 de jan/fev/mar 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Gironde

  • Format : (210 x 287) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : il est temps de bouger et d'être éco-mobile en Gironde !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Sommaire François Phliponeau/ATD quart Monde VIDÉO, PHOTO, INTERVIEW... TOUJOURS PLUS D’INFOS sur » Gironde en ligne » : www.gironde.fr/mag GIRONDE, le magazine édité par le Conseil général de la Gironde - Direction Communication, Information et Partenariats - Esplanade Charles de Gaulle - 33074 Bordeaux Cedex - tél. 05 56 99 33 33 - Directeur de la Publication : Philippe Madrelle - Co-Directeur : Gérard Marty - Rédacteur en Chef : Didier Beaujardin - Coordination : Direction Communication, Information et Partenariats - Rédaction : Didier Beaujardin, Laurence Pérou, Manuel Rulier - Crédits photos : Photothèque du Conseil général : Anaka, Michel Bernard, Bruno Compagni, Alban Gilbert, Stéphane Lartigues, Aurélien Marquot, Paul Robin, Yves Samuel, Services du Conseil général de la Gironde. Phovoir-images.com, Masterfile, Fotolia.fr, Gironde Habitat. Conception graphique, réalisation et photogravure : Agence SEPPA Bordeaux - Impression : SEGO imprimeurs, sur papier ReprintDeLuxe produit à partir d’un minimum de 60% de fibres recyclées combinées à des fibres vierges FSC. Dépôt légal : à parution - Tirage : 619 800 exemplaires - ISSN/1141.5932. 2 Gironde n°97 4-5 6-7 8-9 10-13 14-15 16-17 18-19 20-22 23 L’actualité en Gironde Eco-mobilité Préparez-vous à bouger autrement Restauration Cantines trois étoiles dans les collèges Le dossier Les nouveaux visages de la précarité Aujourd’hui, ce sont près de 170 000 Girondins qui, selon l’INSEE, se situent au seuil de la pauvreté et vivent avec moins de 950 euros par mois... La crise économique et financière produit ses effets en France. Au cœur des difficultés et à l’heure du désengagement de l’État, le Conseil général reste la principale collectivité locale dédiée à l’action sociale. Logement, santé, enfance, insertion, la lutte contre la précarisation est menée sur tous les fronts. Économie solidaire Economie et emploi : la troisième voie est déjà là Gironde terre d'accueil 15 000 habitants de plus chaque année en Gironde : qui sont-ils ? Ils bougent la Gironde Portraits Agenda janvier - février - mars Tribune libre GIRONDE est distribué gratuitement dans tous les foyers girondins et imprimé en braille. Si vous souhaitez vous aussi recevoir GIRONDE : 05 56 99 33 33 Poste 3724.
Une vraie volonté politique Les nécessités de la vie quotidienne, la crise économique, les préoccupations environnementales bouleversent les modes de déplacement des Girondins. Leur mobilité, par nécessité ou par choix, dessine une autre perception du territoire. Trois questions à Philippe Madrelle Président du Conseil général Sénateur de la Gironde Conseiller général de Carbon-Blanc Transports, mobilité, déplacement... Le Conseil général semble très soucieux de trouver les réponses adaptées à ces questions complexes… Il est essentiel d’en prendre la mesure. Un grand nombre de Girondins, pour des raisons essentiellement économiques, habitent loin de leur lieu de travail. La voiture, à cause d’embouteillages homériques, du coût du carburant, n’est pas toujours la solution idéale. En tout cas, nous mettons en œuvre toute une batterie de mesures pour que chacun puisse donner sa préférence au transport en commun. La carte Modalis, l’harmonisation des tarifs, la révision des circuits, si complexe cela soit-il, répond à une vraie volonté politique. Nous ne reviendrons jamais à un système qui a vécu… Pour autant, la voiture, même à travers le système du covoiturage, reste très présente. N’y a-t-il pas un problème d’insuffisance au chapitre routier ? Je défends depuis des années l’idée que la Garonne manque de franchissements routiers, non seulement à Bordeaux mais bien au-delà. Il suffit pour s’en convaincre de mesurer la thrombose qui paralyse l’agglomération bordelaise, matin et soir. Demain, et même si les modes alternatifs de transport se développent, le trafic de transit et le transport de marchandises n’iront pas en diminuant. Je crois qu’un débat ouvert et intelligent s’impose sur cette question. Il n’a jamais eu lieu. Pis ! Il nous a été confisqué. J’ai pris acte. Chacun doit assumer ses responsabilités mais je pense qu’il est plus qu’urgent d’ouvrir ce dossier. L’État fera ce qu’il jugera bon. D’ici peu, il sera trop tard… Que souhaitez-vous aux lecteurs de Gironde en cette aube de 2012, après une année qui a été des plus difficiles ? Je forme le vœu que les responsables politiques de ce pays se soucient un peu plus des êtres humains et beaucoup moins des caprices des agences de notations financières, des cours des marchés et des fluctuations de la Bourse ! Nous avons un besoin vital d’espérance et d’un vrai retour aux valeurs humanistes. Je souhaite aux lecteurs de Gironde, à tous les habitants de notre département une heureuse année 2012. Qu’elle vous apporte bonheur et santé ! Gironde n°97 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :