[33] Gironde n°128 oct/nov/déc 2019
[33] Gironde n°128 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°128 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Gironde

  • Format : (187 x 274) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : le numéro du service public.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
À votre service Franck, surveillant de travaux jour et nuit 8
Franck Margat est agent de maîtrise à la Maison du Département des Mobilités du Libournais. Gironde Mag l’a suivi sur un chantier de nuit. 6 400 km dont 360 km de pistes cyclables 450 km de couches de roulement renouvelées chaque année 51 millions d’ € consacrés aux interventions sur le réseau 635 agents interviennent, dont 430 répartis dans les 6 Maisons du Département des Mobilités Qu’est-ce qu’une Maison du Département des Mobilités ? C’est l’unité gestionnaire et responsable des travaux routiers. Sa mission  : entretenir, exploiter, sécuriser, aménager et moderniser le réseau départemental. La Gironde, qui possède le 6 e plus vaste réseau routier de France, compte six Maisons du Département des Mobilités, elles-mêmes incluant des centres d’exploitation routiers répartis sur l’ensemble du territoire. Gironde Mag  : En quoi consiste ce chantier ? Franck Margat  : Il s’agit d’une intervention sur un axe de grande circulation qui voit passer environ 7 000 véhicules par jour, dont 7% de camions. Nous travaillons donc de nuit, entre 20 heures et 6 heures, afin de ne pas gêner le trafic. La couche de roulement présentait des signes d’usure (fissures, faïençage 1, fluage 2), notre intervention prolongera sa durée de vie en amenant une imperméabilité et une rugosité qui permettront une meilleure adhérence et donc une meilleure sécurité. G.M.  : Quel procédé utilisezvous ? F.M.  : L’entreprise missionnée sur ce chantier réalise un enrobé coulé à froid. C’est un enduit à base d’émulsion polymère et de granulats. Comme son nom l’indique, le procédé est réalisé à froid, c’est-à-dire à température ambiante. Cela présente plusieurs avantages  : d’une part, les équipes ne sont pas exposées aux émanations d’un enrobé à chaud où les températures montent entre 130 et 140 degrés. D’autre part, le procédé est moins gourmand en énergie. Sans compter que son exécution est rapide, entre 3 et 6 km/h, et qu’il est possible de circuler sur la chaussée 30 minutes après l’application. G.M.  : Sur quelles autres missions intervenez-vous ? F.M.  : Le centre d’exploitation routier dans lequel je travaille gère plus de 400 kilomètres de routes départementales. En plus de la chaussée, nous intervenons notamment sur le fauchage des accotements, le curage des fossés, l’entretien des ouvrages d’art… Tous les jours, des équipes sont missionnées pour patrouiller sur l’ensemble du réseau. Ce sont nos yeux et nos oreilles. Leurs informations nous permettent de programmer des travaux en fonction des priorités. Nous intervenons aussi en urgence, quand nous recevons des appels des pompiers ou de la gendarmerie, en cas de tempête ou d’inondation. G.M.  : Comment procédez-vous en cas d’urgence ? F.M.  : Notre première mission est de signaler le danger pour éviter les accidents. Puis nous remontons l’information afin de programmer une intervention le plus rapidement possible. Nos équipes sont organisées en astreintes 24 h/24, toute l’année, pour gérer ces situations. + d’infos sur gironde.fr/routes 1. craquelures de surface 2. déformation lente 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :