[33] Gironde n°128 oct/nov/déc 2019
[33] Gironde n°128 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°128 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Gironde

  • Format : (187 x 274) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : le numéro du service public.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
À votre écoute 4 « J’apprécie de contribuer à des actions collectives. » Olivier Loubradou est bénéficiaire du revenu de solidarité active (RSA). Il vit à Bordeaux et élève seul son enfant. Il a participé à des groupes de travail, notamment sur la communication du dispositif RSA mais aussi à l’étude conduite autour des freins à l’emploi. Une implication qui lui a donné envie de s’investir de façon plus pérenne, en particulier lors des journées portes ouvertes des Maisons du Département des solidarités. « Il faut lutter contre des idées reçues et des préjugés. Ce n’est pas une honte d’être allocataire du RSA. Le dispositif doit être compris comme une aide, un coup de pouce pour se relancer dans l’emploi. À cet égard, la relation d’humain à humain est essentielle. Il faut avoir envie de dépasser ses propres réticences et de s’impliquer. C’est ce que j’ai fait. J’apprécie de bénéficier des actions collectives. Il ne faut pas avoir peur du regard et de la parole de l’autre. Ces rencontres nous permettent de devenir véritablement acteur du dispositif. Il y a dans cette force du collectif de nombreux éléments qui favorisent le pouvoir d’agir. » « L’atelier logement pour comprendre un chemine ment complexe. » Joyce Andrade est une jeune maman célibataire. Avec ses deux enfants en bas âge, elle a dû attendre quatre ans pour se voir attribuer un logement social. À l’issue d’un parcours complexe, c’est aujourd’hui chose faite à Mérignac. Elle a participé au projet Défi carte blanche du Département sur la thématique de l’habitat. « J’ai un BAC+2 en immobilier depuis deux ans. Je vivais jusqu’ici avec ma mère, en logement social. Cette situation a freiné ma recherche de logement au regard des procédures. De fait, je n’étais pas prioritaire car hébergée par un membre de ma famille… Ma participation à l’atelier log’et moi a été utile pour comprendre un cheminement complexe. Les deux journées m’ont permis de donner mon témoignage et de mieux mesurer la chronologie d’accès au logement social. Actuellement, les demandeurs ne savent pas qui a leur dossier, où il est et ce qu’il devient. Il est possible que mon implication ait pu aider au déblocage de ma situation. » « Accompagner, associer, impliquer. » Jean-Claude Seidita est président du Groupe d’entraide mutuelle Grain de Café. Cette structure, soutenue par le Département, accompagne, en lien avec les médecins et les acteurs de santé, les personnes atteintes de maladies mentales et psychologiques. Par l’action culturelle collective, elle les conduit sur la voie de l’insertion sociale, professionnelle et citoyenne. « Les temps de rencontres proposés par le Département autour de la démarche Gironde, territoire 100% inclusif, associant professionnels et personnes handicapées sont cruciaux. Il ne faut pas se contenter d’accueillir, de recueillir, d’écouter. Il faut accompagner, associer, impliquer. C’est ce que nous faisons à Grain de Café. Nous ne sommes pas un lieu thérapeutique ni de soin. Avec discrétion, nous avons choisi d’accompagner en étant convaincus que l’insertion sociale et professionnelle passe par la culture. C’est une fenêtre largement ouverte pour se réapproprier le monde qui entoure les personnes venant vers nous et les inclure dans la ville. S’agissant des formulaires, nous devons ensemble gommer la complexité qui est aussi un frein. »
« Mobiliser les habitants autour de projets communs. » Véronique et Stéphane Lecomte, d’origine normande, se sont installés à Cussac- Fort-Médoc, il y a quelques années. Si l’époux est président du comité des fêtes, le couple est très impliqué dans la vie de la commune et, en particulier, dans la démarche accompagnée par le Labo Mobil du Département sur place. Il s’agit d’impliquer l’ensemble des Cussacais afin d’atteindre collectivement l’objectif de devenir le premier « village bio local ». « Il est difficile de mobiliser les habitants sur des projets communs. Pourtant la réappropriation de sa propre vie passe par ces échanges essentiels. Avec le soutien du Labo Agenda 21, nous avons mis en place un jardin partagé pour valoriser la production des maraîchers mais aussi pour impliquer chacune, chacun, dans l’entretien de ce bien commun. Dans le sens du vivre ensemble, il faut que la récolte et la dégustation soient collectives. Les lotos que nous organisons chaque semaine et qui sont très suivis, proposent justement des produits culinaires locaux. » « Changer de méthode pour mieux accompagner. » Jean-Luc Gleyze, Président du Département de la Gironde. « L’opacité, la complexité des procédures ont vécu. Le Département a choisi de changer de méthode en donnant un coup d’accélérateur à la proximité à laquelle le Département est attaché. C’est pour nous la garantie que nos actions sont au plus proche des attentes des citoyennes et citoyens. C’est dans cet état d’esprit que nous avons territorialisé nombre de nos équipes et services, en particulier, dans les domaines clés pour notre collectivité  : la solidarité et l’action sociale. Nous avons par exemple associé les usagers à la réécriture de nos formulaires administratifs. Nous avons accompagné aussi nos agents, en prenant en compte leur expérience, pour gagner en efficacité. Dès le mois de janvier, nous mettrons en œuvre un budget participatif ouvert à des projets déposés et choisis par la population. En outre, nous allons associer directement les Girondines et les Girondins à l’élaboration de notre stratégie départementale de résilience territoriale. Il s’agit de leur permettre de mieux comprendre comment le Département peut les accompagner dans l’évolution de leurs pratiques au quotidien. Nous allons donc faire appel à un panel de quarante citoyennes et citoyens représentatif de la population girondine, recruté de façon aléatoire par un cabinet externe. Ce panel se réunira à cinq reprises entre décembre et avril. Notre démocratie a tout à gagner à encourager cette participation citoyenne. C’est, de mon point de vue, le moyen de franchir une nouvelle étape de la décentralisation républicaine. Le principe d’un grand débat circonscrit dans le temps ne suffit pas. C’est en permanence qu’il faut cultiver les échanges. Nos actions d’élus locaux et leur réussite reposent sur cette capacité à entretenir et à renforcer un dialogue permanent. » gironde.fr Maison du Département des professionnels et leurs partenaires peuvent vous aider. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :