[33] Gironde n°128 oct/nov/déc 2019
[33] Gironde n°128 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°128 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Gironde

  • Format : (187 x 274) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : le numéro du service public.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Regards croisés Juniors seniors, cohabiter Face aux problèmes de logement dans la Métropole, l’association Vivre avec propose à des étudiants et des seniors de cohabiter, permettant de répondre à la problématique de la solitude, qu’elle touche les jeunes ou les moins jeunes. Témoignage. Quand on accueille un jeune, c’est la vie qui entre dans la maison. 12 Bordeaux, ville étudiante, voit arriver chaque rentrée des milliers de jeunes en recherche de logement. « Entre les loyers trop chers et le CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) qui ne peut pas répondre à toutes les demandes, les solutions sont minces » explique Mamadou Saïdou Barry, étudiant en communication de 26 ans résidant actuellement chez Michèle, 81 ans. Grâce à l’association Vivre avec, ce jeune Guinéen a trouvé un espace confortable et calme pour étudier. Pour lui, cohabiter avec une personne âgée n’est pas une contrainte, c’est un choix qui lui permet chaque jour de se sentir utile et intégré dans la société. Michèle, elle, n’en est pas à son coup d’essai. Depuis le décès de son mari il y a quatre ans, cette retraitée dynamique reçoit chaque année deux étudiants dans sa grande maison des boulevards. « Quand on accueille un jeune, c’est la vie qui entre dans la maison. » souligne-t-elle. Cette cohabitation lui garantit une présence à son domicile, ainsi que de l’aide pour certaines tâches comme par exemple les courses. « Il m’aide aussi avec les mails, c’est un jeune, c’est facile pour lui ces trucs-là ! » rit-elle. Des règles pour vivre ensemble L’association Vivre avec encadre ces cohabitations grâce à un contrat qui établit des règles permettant aux deux parties d’être sécurisées. « Les accueillis n’ont pas le droit de recevoir chez la personne, explique Élise Renet, directrice de l’association, les seniors doivent obligatoirement mettre à disposition des jeunes une chambre privative et partager avec eux la cuisine et la salle de bain. » Des règles pas si strictes finalement, juste du bon sens. Malheureusement, l’association compte seulement 41 accueillants pour plus de 300 étudiants en attente. Alors, de la place en trop ? Tentez l’aventure ! Parole d’élue « Emblématique en matière de lien social, cette forme de cohabitation permet tout à la fois de lutter contre l’isolement des seniors et d’apporter une réponse qualitative à la recherche de logements des étudiants ayant peu de revenus. Aussi, dès le départ, notre Département a décidé de subventionner l’association Vivre avec. » Édith MONCOUCUT, vice-présidente chargée de l’autonomie, du handicap et de la politique de l’âge
Avant même sa sortie de terre, le futur collège de Marsas est l’objet de toutes les attentions. Il a été pensé dans les moindres détails avec l’aide de l’équipe pédagogique de Saint-Yzan-de- Soudiac. Marsas, futur collège d’excellence L’essor démographique conjugué au désir des familles de trouver des logements abordables hors de la métropole bordelaise a fait exploser le nombre d’élèves dans de nombreux secteurs de la Gironde. Saint-Yzande-Soudiac, n’échappe pas à cette tendance. Depuis la rentrée, ce collège classé REP (Réseau d’éducation populaire) accueille 771 élèves, pour une jauge de 700 enfants. Loïc Guibon, principal de l’établissement, précise  : « Nous disposons de 30 salles pour 32 classes, ce qui signifie que chaque heure de cours est une équation qui n’a pas de solution ». À l’horizon 2022, les effectifs devraient grimper à 932 élèves. « Ce n’est pas envisageable - commente le chef d’établissement - il fallait absolument apporter une réponse ». Préparer l’outil de travail Ce sera le nouveau collège de Marsas. Premier des 12 futurs établissements créés en Gironde par le plan collèges Ambition 2024, il ouvrira ses portes à la rentrée 2021. Référent de l’Éducation nationale sur ce projet, Loïc Guibon s’est impliqué dès l’origine dans l’accompagnement technique aux côtés des architectes. « Il y avait un vrai C’est la connaissance du terrain qui permet d’anticiper. consensus sur ce projet, affirme-t-il. Nous sommes juste intervenus pour affiner les plans sur des questions pratiques comme le lieu d’implantation de la vie scolaire ou le mode de fermeture des toilettes par exemple ». L’ensemble du personnel de Saint-Yzan de Soudiac a été associé à la réflexion. Fabienne Fevres, travaille comme surveillante au collège. « C’est très agréable de pouvoir s’impliquer et préparer ce futur outil de travail. On apporte notre regard de terrain et on essaye d’anticiper ». Habitante de Laruscade, son fils Rafaël fait sa rentrée en 4 e dans l’établissement où elle exerce. Mais il est probable que dans quelques années sa fille cadette soit orientée vers Marsas, selon la zone de recrutement du futur collège. Enjeu important pour toutes les familles concernées, la redéfinition de la carte scolaire départementale associera les parents d’élèves à partir de 2020. gironde.fr/plancolleges Parole d’élu « L’anticipation est le maître-mot pour faire face à un essor démographique sans précédent. Grâce à la concertation, en impliquant les parents et la communauté éducative, nous donnons tout son sens à notre plan collèges. » Guy MORENO, vice-président chargé de la politique éducative et sociale, et des collèges 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :