[33] Gironde n°126 avr/mai/jun 2019
[33] Gironde n°126 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°126 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Gironde

  • Format : (187 x 274) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : la parole citoyenne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Regards croisés 14 Pour les familles, le choix du collège est à la croisée de nombreux enjeux. Afin d’harmoniser la répartition des élèves, la sectorisation fixe des règles simples et précises. En concertation. Collèges, l’enjeu de la participation 1. Au Pian Médoc, au Haillan, à Mérignac, à Floirac, au Barp, à Saint Selve, à Montussan, à Marsas, à Fargues-Saint-Hilaire, ainsi qu’à Bordeaux Ginko, Bordeaux Mayaudon, et Bordeaux Belcier. « Le point très positif c’est que nous avons été associés à la réflexion. » Face à la forte croissance démographique en Gironde, le Plan Collèges prévoit la création de 12 nouveaux établissements (1). Afin d’éviter que certains collèges ne se retrouvent dans une situation tendue, la collectivité s’engage dans la construction de nouveaux équipements, dont les premiers seront livrés dès la rentrée 2021. Pour ce projet exceptionnel, le Département met également sur pied une démarche innovante en matière de concertation pour redéfinir les secteurs scolaires. « Afin d’associer au maximum les usagers, le but est de recueillir notamment la vision des familles pour qu’ils nous fassent part de leurs habitudes », explique Julie Chabaud, responsable de la mission Agenda21 et coresponsable de LaBase, le laboratoire d’innovation territoriale qui réfléchit à des solutions fédératrices. Mixité sociale En parallèle des ouvertures d’établissements, un remaillage qui concerne l’ensemble du territoire est à l’étude. Il impliquera la resectorisation d’un collège sur deux. Sans intervention, 44 collèges seraient de fait en sureffectif en 2024. Pour répondre à cet afflux, le plan collège prévoit de redessiner la carte scolaire, ce qui modifiera les zones de rattachement pour 50 à 60 établissements. D’où un dialogue très en amont, dans lequel l’Éducation Nationale est aussi de la partie, pour prendre en compte les enjeux spécifiques de chaque territoire. Thierry Boulagnon, principal du collège Émile Combes à Bordeaux, témoigne d’une concertation réussie car menée très en amont  : « Le but était de diminuer le nombre d’élèves car l’établissement affichait complet et si rien n’était fait, en 2022 ce serait devenu ingérable. Le Conseil départemental a donc anticipé en redirigeant des élèves de sixième vers le collège Bourran à Mérignac. Le point très positif c’est que nous avons été associés à la réflexion. Nous avons pu travailler sur toutes les hypothèses. Même les trajets des bus ont été adaptés pour faciliter la vie des familles. » L’affectation au collège de secteur est guidée par plusieurs objectifs  : la répartition harmonieuse du nombre d’élèves, la mixité sociale et la meilleure accessibilité possible pour les familles. Avec en ligne de mire un meilleur service public. gironde.fr/college Parole d’élu « Le Plan Collège Ambition 2024, ce sont 500 millions d’euros au service d’un projet qui inclut 12 nouveaux collèges, soit 8 000 places supplémentaires. Près de 60 collèges sont concernés par la sectorisation. Nous devons concerter rapidement mais sans précipitation, avec efficacité et ouverture d’esprit. » Guy MORENO, vice-président chargé de la politique éducative et sociale, et des collèges
Aides aux personnes âgées, à celles en situation de handicap, RSA  : le Département s’est engagé dans la simplification des notifications adressées aux Girondines et aux Girondins. Et cela en concertation avec eux. Il en a été de même pour le nouveau formulaire de demandes de prestations pour les personnes en situation de handicap. « Pas trop tôt » sourit Geoffrey Gaschard, 22 ans, participant aux groupes de travail. Le nouveau formulaire guide la personne dans l’expression de sa situation. Notifications, la voie simplifiée Parmi les imprimés qu’il doit remplir régulièrement, « le plus invivable était le dossier pour la MDPH », assure Geoffrey. Ce document, émanant de l’État, réunit plusieurs demandes d’aides comme la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) ou l’allocation aux adultes handicapés (AAH) pour les personnes qui ne peuvent pas travailler. Une sorte de labyrinthe de papier, « rempli de sigles non expliqués dans lequel il était très dur de se retrouver » ajoute-t-il. Désormais ça a changé  : « Même si le nouveau document est plus long à remplir, il est plus facile à lire » se réjouit Mathilde qui a aussi participé au groupe de travail initié par Mélinda Lizée, coordinatrice territoriale et Nadine Palard, responsable d’un pôle d’activité de la MDPH (Maison départementale des Personnes Handicapées). Une meilleure inclusion Pour Geoffrey, cette consultation était une victoire. « Je me souviens de cette feuille blanche sur laquelle il fallait écrire son avis, c’était l’horreur ! », évoque le jeune homme qui stresse dès qu’il a un stylo dans les mains. C’est une animatrice qui a pris note de ses suggestions. « Ça m’a fait plaisir de ne pas être mis à l’écart parce que je ne peux pas écrire. » Geoffrey participe régulièrement, avec Sandrine Labedade du Groupement d’Entraide Mutuelle de Libourne, à des temps de sensibilisation au handicap auprès des enfants, « pour une meilleure inclusion des personnes handicapées » résume Geoffrey, investi dans la vie associative locale. Pédagogue, le jeune homme devrait bientôt participer au tournage d’une vidéo pour expliquer aux usagers comment remplir le nouveau dossier MDPH. + d’infos sur  : mdph33.fr Parole d’élue « L’accès simplifié aux documents administratifs, voilà un enjeu majeur. Impliquer les personnes vivant avec un handicap dans ce processus, c’est aussi et avant tout les considérer comme des acteurs efficaces de leur inclusion dans une société où ils ont toute leur place. » Édith MONCOUCUT, vice-présidente chargée de l’autonomie, du handicap et de la politique de l’âge La MDPH a émis 81 700 notifications de décisions en 2017 dont 15 386 sont relatives à l’AAH et 11 913 à la RQTH. APA  : 15 000 personnes concernées Dossier MDPH  : 5 ateliers participatifs, regroupant 50 participants en situation de handicap physiques et sensoriels avec leurs accompagnants. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :