[33] Gironde n°126 avr/mai/jun 2019
[33] Gironde n°126 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°126 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Gironde

  • Format : (187 x 274) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : la parole citoyenne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Regards croisés Bacs, grandes traversées et tarifs réduits 12 Médocain d’adoption, Michel Dufour a participé avec d’autres usagers réguliers, professionnels et particuliers, en présence d’élus de la majorité départementale à une concertation autour des bacs qui rallient Le Verdon à Royan et Blaye à Lamarque. En quelques réunions, ils ont pu avancer leurs idées, qui sont devenues réalité. À partager sans modération  : une traversée à bord « Depuis le 1er avril, les tarifs du bac des bacs girondins. sont moins chers et plus simples à comprendre » résume le responsable de la Maison de Grave au Verdon. Michel Dufour avait déjà l’habitude de renseigner les futurs visiteurs du lieu, à la pointe du Médoc, en face du phare de Cordouan. Mais pour traverser en bateau, la grille tarifaire était confuse. « Selon si les gens passaient avec leur voiture, leur vélo, avec une remorque ou des enfants en bas âge, les prix n’étaient pas les mêmes. » Qui ont fait mouche. « En moyenne, les tarifs ont baissé de 20 à 50% depuis l’année dernière » se réjouit l’ancien président du Club des entrepreneurs du Médoc ravi d’avoir été entendu. « Plutôt que de toujours critiquer ce qui ne marche pas, il faut essayer de construire ensemble ». Vingt minutes de plaisir et de calme Depuis, il a trouvé, dans les concertations menées avec le Département, une façon d’agir concrètement. Amoureux de sa région, il est attaché à ce bateau, « véritable pont entre les deux rives, sans lequel les Médocains seraient enclavés ». Tourné vers la Charente-Maritime, Michel Dufour qui se rend plus souvent à Royan qu’à Bordeaux, espère que la baisse des prix du bac attirera aussi les locaux et les saisonniers qui bénéficieront de tarifs réduits, même en pleine saison. Surtout, qu’elle donnera envie aux Girondines et Girondins de s’embarquer « pour vingt minutes de plaisir et de calme » sourit le chasseur et cavalier qui ne se lasse pas de contempler le paysage d’une rive à l’autre. + d’infos sur gironde.fr/bacs Parole d’élue « Contribuer à l’essor des mobilités douces, c’est aussi se soucier des prix des modes de transports alternatifs à la voiture. Notre objectif reste d’inciter toutes et tous à faire le choix des transports collectifs et la simplification des tarifs des bacs va bien dans ce sens. » Anne-Laure FABRE-NADLER, vice-présidente chargée des mobilités
Un environnement singulier, des mobilités plurielles La qualité de vie se mesure à la capacité de se déplacer facilement. Pour imaginer les déplacements de demain sur le Nord Bassin, le Département a ouvert largement la réflexion et saisi la Commission Nationale du Débat Public, afin que soit nommé un garant de la concertation préalable avec le public. Objectif  : garantir pour ce projet d’envergure l’implication des citoyens et des acteurs du territoire pour que leurs avis soient pris en compte. Désignée en septembre 2017, Hélène Sarriquet a veillé au bon déroulement de la concertation. « Pour que tous les points de vue soient entendus, ceux des associations, des personnes qui exprimaient leurs besoins, la population a été rencontrée à la sortie des trains, sur les marchés, dans les collèges, les clubs de personnes âgées… » 45 000 flyers plus tard, après seize temps d’échange dans huit communes et 1 718 questionnaires « tout le monde est d’accord sur le fait que le pire serait de ne rien faire », poursuit-elle. L’enjeu d’un nouvel itinéraire Alors que l’amélioration des transports en commun et des voies cyclables fait l’unanimité, la question d’un mode de transport en site propre pour l’avenir est un sujet stratégique de réflexion et la concertation se poursuit sur le scénario à choisir pour le nouvel itinéraire routier. Résidant à Audenge, Philippe Peigney a pris part à la concertation  : « Développer les mobilités douces et des transports en commun demande un allègement de la RD 3, qui doit devenir une voie littorale sécurisée. J’ai habité Gujan-Mestras où une voie de contournement a permis cette transition. Nous devons sortir des querelles partisanes car il n’y a pas de solution miracle. Seule une approche globale sera satisfaisante. » « La synergie entre les différents maîtres d’ouvrage est plus que jamais nécessaire, comme la poursuite du dialogue engagé avec le public, qui doit être associé aux prochaines étapes du projet », conclut Hélène Sarriquet. + d’infos sur gironde.fr/projet-deplacements-durables-nord-bassin Parole d’élu « Lancer des chantiers aussi ambitieux nécessite de recueillir l’analyse, l’expertise et les idées des citoyennes et des citoyens, usagers des routes. La vaste consultation que nous avons lancée sur le territoire du Nord Bassin donne des bases pour avancer avec plus de sérénité, d’écoute et de dialogue. » Alain RENARD, vice-président chargé de la préservation de l’environnement, de la gestion des risques et des ressources, et des infrastructures routières La question des mobilités sur la partie nord du Bassin d’Arcachon a fait l’objet d’une vaste concertation. Le point sur la situation. 45 000 flyers et 1 718 questionnaires pour mettre tout le monde d’accord. 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :