[33] Gironde n°124 oct/nov/déc 2018
[33] Gironde n°124 oct/nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°124 de oct/nov/déc 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Gironde

  • Format : (187 x 250) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : regards croisés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Internet en Gironde  : plus fort, plus loin ! 32 Avec le plan Gironde Haut Méga, le Département entend couvrir les besoins de 410 000 habitations et PME en six ans. L’acte II du déploiement numérique est bien lancé ! Aujourd’hui, Gironde Haut Méga, réseau d’initiative publique impulsé par le Département, se décline dans l’installation de 410 000 prises et de 28 800 kilomètres de fibre optique en six ans, un temps record. Les habitants et les entreprises des 509 communes girondines - hors Métropole et ville de Libourne - pourront ainsi accéder au très haut débit. Le projet représente un investissement global de 669 M € . Pour mémoire, dès, 2007, le Département a mis en chantier la couverture numérique de la Gironde en créant le syndicat mixte Gironde Numérique. En lien avec Orange, il s’est agi ensuite de lancer un plan d’urgence pour apporter le haut débit et internet à 39 communes, via 1 100 km de fibre optique. Plus de 10 000 foyers et entreprises ont été l’objet de ce plan, mobilisant 3,2 M € . Plus fort, plus loin, avec le plan Gironde Haut Méga, les inégalités numériques doivent bel et bien disparaître ! Quand Omet témoigne Omet, 305 habitants, 15 MPE-PMI, en Entredeux-Mers, illustre l’engagement du Département et, à ses côtés, celui des communes et de leurs regroupements. Jean-François Dal’cin, maire d’Omet  : « L’arrivée du très haut débit a changé la vie de la commune. Il contribue à l’essor d’Omet et je veux remercier le Département pour son engagement ». Céline Pavageau, enseignante dans un collège à Cadillac  : « C’est un plus pour mon travail, pour la préparation des cours... Je ne suis plus obligée d’attendre de longues minutes pour qu’un document soit téléchargé. » Anne-Marie Gillet, exploitante viticole  : « Il y a encore des coupures même si tout le monde parle de progrès. Il faut aller au bout du côté technique pour que notre entreprise profite du haut débit ». Marianne Cediey, secrétaire de mairie  : « C’est un confort pour traiter les démarches administratives et suivre les dossiers. Je suis aussi bénévole au comité des fêtes et pour faire marcher nos associations, nos animations, c’est formidable ». www.girondehautmega.fr Parole d’élus « Veiller à l’accès de tous au très haut débit, c’est aussi accompagner les citoyens dans l’usage d’une technologie qui fait partie intégrante du quotidien. » Isabelle Hardy Présidente de la commission relations avec les usagers et accès numériques
Histoires d’eaux Visite hydrogéologique à Saint-Émilion À savoir En Gironde, 97% de l’eau du robinet provient des nappes profondes datant du tertiaire. Filtrée par les roches, elle est de très bonne qualité et nécessite peu de traitements. Pour garantir les grands équilibres dans la gestion de l’eau, le Département suit leur évolution et met en garde contre leur surexploitation  : sensibilisation des citoyens, installation de matériels hydro-économes dans les bâtiments publics. Depuis 60 ans, le Département surveille l’évolution des eaux souterraines avec le BRGM 1 et de l’Agence de l’eau Adour- Garonne. Pour fêter cet anniversaire, rendez-vous était donné samedi 15 septembre, au Château Bélair-Monange à Saint- Emilion. Objectif  : découvrir des formations géologiques qui jouent un rôle majeur dans le stockage des eaux souterraines, source d’approvisionnement en eau potable du département. Autour d’Olivier Douez, hydrogéologue au BRGM, une quinzaine de curieux écoute des explications qui ramènent 30 millions d’années en arrière. Deux enfants confirment par l’observation les dires de l’expert  : « Maman, regarde, il y a plein de coquillages ! » Nous sommes en effet sur la côte de la Madeleine, un secteur où des affleurements remontant à l’Oligocène inférieur laissent voir Les Journées européennes du patrimoine en septembre dernier, ont été l’occasion d’une balade hydrogéologique à Saint- Émilion. Deux heures durant, aux abords de la cité médiévale, les eaux souterraines ont volé la vedette aux grands crus. de nombreux fossiles d’animaux marins. Un peu plus loin, à Saint-Laurent des Combes 2, le petit groupe assiste à des prélèvements illustrant le suivi du niveau des nappes et de la qualité des eaux. Vigneron sur le coteau d’en face, Paul- Marie n’en perd pas une miette  : « Comprendre le sous-sol, c’est aussi comprendre le terroir. Quand on fait du vin, c’est important ! » 1 Bureau de Recherches Géologiques et Minières 2 À l’invitation du Syndicat d’alimentation en eau potable de l’Est du Libournais www.gironde.fr/eau Parole d’élu « Veiller à la préservation et à la transmission du patrimoine commun qu’est l’eau, c’est un devoir impérieux qui exige un engagement de tous les instants. » Stéphane Saubusse Président de la commission politique de l’eau et des déchets 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :