[33] Gironde n°102 avr/mai/jun 2013
[33] Gironde n°102 avr/mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°102 de avr/mai/jun 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Gironde

  • Format : (217 x 290) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,7 Mo

  • Dans ce numéro : goût et santé, l'équilibre est dans l'assiette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6/GIRONDE 102/ÉCONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE. LES COOPÉRATIVES, UN MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT La scop : entreprise version démocratique À propos des SCOP, les idées reçues et autres images d’Épinal sont nombreuses ! Elles assureraient à chacun le même salaire mais guère plus élevé que le SMIC, elles ne seraient pas de vraies entreprises mais un doux délire communautaire... Pourtant elles représentent 500 entreprises en Gironde et plus de 4 000 salariés ; leur poids dans l'économie est en augmentation constante. Une SCOP aujourd’hui, c'est quoi ? Motion-Twin : 11 associés qui possèdent une part égale de l’entreprise quelles que soient leur ancienneté ou leurs qualifications. LES SCOP EN CHIFFRES 2 000 42 500 entreprises salariés 4 milliards de chiffre d'affaires En 2012, le Gouvernement vise à multiplier X2 le nombre de SCOP en 5 ans Source : Alternatives Économiques 3 questions à Philippe Frémeaux, éditorialiste et ancien président d'Alternatives Économiques (SCOP) Définition Les Scop, Sociétés coopératives et participatives, désignent les entreprises à statut Scop (Société coopérative de production) et à statut Scic (Société coopérative d’intérêt collectif). Soumises à l’impératif de profitabilité comme toute entreprise, elles bénéficient d’une gouvernance démocratique et d’une répartition des résultats prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise. 1. Les coopératives, un nouveau modèle d’entreprise ? Même si elles sont très anciennes, leur nouvelle visibilité témoigne, sans aucun doute, du fait qu’aujourd’hui l'entreprise privée capitaliste n'est pas la seule forme d’organisation apte à produire des biens et services et que l'enrichissement personnel n'est pas le seul motif qui peut donner envie d'entreprendre. Enfin, elles prouvent parfois en actes que la démocratie ne s’arrête pas nécessairement à la porte des organisations qui produisent efficacement des biens et services. 2. Des aspirations en phase avec celles de la société ? L’économie sociale et solidaire répond effectivement à de nombreuses attentes : à celles des élu(e)s qui cherchent des alternatives pour créer de l’emploi sur leur territoire, mais aussi à celles de citoyens qui aspirent à exercer une activité porteuse de sens ou à consommer de manière plus responsable. 3. Les SCOP, une particularité dans l’univers des coopératives ? Les SCOP sont pour la plupart fondées par des personnes qui veulent créer leur propre emploi en se regroupant sur une base égalitaire et pour valoriser leurs compétences et qualifications sans vendre leur force de travail à un employeur. Elles constituent donc une réelle alternative aux sociétés de capitaux : les salariés-associés apportent les fonds nécessaires au fonctionnement de l'entreprise et ils élisent ses dirigeants sur la base du principe "une personne, une voix". Les réserves accumulées ne peuvent pas être partagées entre les actionnaires et sont obligatoirement mises au service du projet collectif. Aucune plus-value ne peut être dégagée lors de la revente des parts sociales.
/GIRONDE 102/7 CE SONT DES SCOP > le groupe Chèque-Déjeuner > l’École de conduite française (ECF) Bibliographie Motion-Twin, la SCOP à l'heure des nouvelles technologies Société de développement de jeux et logiciels en ligne créée à Bordeaux en 2001, Motion-Twin est une « SCOP ARL » : chacun des 11 associés possède une part égale de l’entreprise ainsi qu’un droit de vote quelles que soient son ancienneté ou ses qualifications. Après une année de test, c’est l’assemblée qui décide de l’incorporation d’un nouvel associé. La même part du capital, de l’intéressement ou des dividendes, le même salaire (un salaire de cadre plus que confortable), pas de hiérarchie, les règles sont simples mais ouvrent de multiples perspectives... S’apercevoir, par exemple, qu’on ne naît pas patron, mais qu’on peut le devenir : « J’ai été élu gérant de la SCOP en juin 2012, indique Thomas Pfeiffer, et j’ai appris. De manière générale, être patron n’est pas une fonction inaccessible pour peu qu’on ait l’esprit d’entreprendre et l’envie de s’impliquer. Ce qui veut dire aussi qu’un patron n’est pas irremplaçable. » Ou bien constater que la prise en commun des décisions importantes, que le partage du risque et des responsabilités encouragent l’épanouissement et la créativité de tous. « Plutôt que d’être un simple exécutant, exercer sa liberté et sa capacité à faire avancer les choses ou ne pas subir les décisions d’une hiérarchie souvent obscure donnent envie d’apprendre, de s’entraider, de s’intéresser à toutes les dimensions de l’entreprise, souligne Thomas Pfeiffer. Une énergie dynamique qui n’est pas sans impact sur la qualité de nos jeux. Même nos clients s’en aperçoivent quand, par rapport à des multinationales qui visent d’abord des retombées commerciales, nous nous permettons de l’humour, un ton original, décalé ou un contact direct avec nos joueurs via les forums. » Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, un secteur où les SCOP se développent. - Jean-François Draperi : La république coopérative, Bruxelles, Larcier, 2012. - Michel Dreyfus et Patricia Toucas-Truyen : Les coopérateurs : deux siècles de pratiques coopératives, Paris, L'Atelier, 2005. - Henri Desroche : Le projet coopératif, Paris, Éd. Ouvrières, 1977. - Claude Vienney : Socioéconomie des organisations coopératives, Paris, CIEM, 1982. - Danièle Demoustier : Les coopératives ouvrières de production, Paris, La découverte, 1984. Le Conseil général, partenaire engagé des SCOP Partenaire de longue date de l’Union Régionale des SCOP qui favorise la création et le développement des SCOP tout en donnant des moyens aux salariés de reprendre leur entreprise sous forme de SCOP, le Conseil général de la Gironde est lui-même adhérent de plusieurs sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) du département, la plus emblématique étant sans doute AUTOCOOL dans le domaine de l’autopartage. + infos Union Régionale des SCOP d'Aquitaine 05 59 74 54 92 uraquitaine@scop.coop www.les-scop.coop 1 er Forum des coopératives girondines le 4 avril De COOP en SCOP Le 4 avril, autour du président Philippe Madrelle et du vice-président en charge de l’économie sociale et solidaire, le Conseil général organise une journée spéciale SCOP. Au programme de nombreux témoignages d’entrepreneurs qui attesteront de la diversité de leur expérience et des ateliers-thématiques autour de l’emploi local, de la reprise d’entreprise en SCOP ou de l’insertion via les coopératives d’activités et d’emplois. Retrouvez le programme complet sur www.gironde.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :