[31] Haute-Garonne n°124 déc 12/jan-fév 2013
[31] Haute-Garonne n°124 déc 12/jan-fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°124 de déc 12/jan-fév 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Haute-Garonne

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : la médiathèque du Conseil général, trésor culturel pour les bibliothèques.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
cg31 Habitat social Comment sont attribués les logements HLM ? Chaque organisme gestionnaire d’un parc est doté d’une commission administrative chargée d’étudier les dossiers de candidature. Composée de représentants des locataires, de la collectivité locale concernée, de l’Etat et de l’organisme, selon les bailleurs de l’immeuble, elle veille à la bonne application du règlement et notamment à ce que chaque opérateur présente bien trois candidatures par logement. POUR ACCÉDER À UN LOGEMENT LOCATIF HLM, UNE PERSONNE SEULE DOIT GAGNER MOINS DE 1 780 EUROS PAR MOIS. Le patrimoine de chaque organisme est divisé en contingents de réservations. Ces réservataires proposent des candidats à la Commission d’Attribution des Logements des organismes HLM : 30% des attributions sont proposées par le Préfet, 20% par les collectivités locales (communes, communautés de communes, Conseil Général) qui garantissent les emprunts, le solde par des collecteurs du « 1% logement » qui ont financé l’opération. Cette commission veille à la bonne application des règles d’accès au logement social : plafond de ressources, composition familiale en adéquation avec la taille du logement, règles de priorité en fonction de la situation du demandeur et en tenant compte du nécessaire équilibre social des immeubles et des quartiers. En Haute-Garonne, 60% des ménages logés en HLM ont des revenus inférieurs à 60% des plafonds HLM, soit 1 070 euros par mois pour une personne seule, 2 070 euros par mois pour un couple avec deux enfants. L’EHPAD de Peyssies, un programme emblématique Ouvert en octobre 2011, l’Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de Peyssies est spécialisé dans l’accueil de personnes handicapées vieillissantes. Situé à une cinquantaine de km au sud de Toulouse, il est une réussite emblématique de la politique du Conseil Général en matière de prise en charge des dépendances. Construit dans un environnement rural paisible, l’établissement peut accueillir une soixantaine de résidents. « Auparavant, indique Alain Gabrieli, on ne pouvait pas accueillir ces personnes en situation de handicap dans les maisons de retraite classiques. C’était un gros problème en Haute-Garonne. Le Conseil Général a donc créé une structure sur mesures, avec des locaux, des équipements et un encadrement appropriés, avec du personnel spécialisé. Il s’agit d’une belle réussite. » 16/HAUTE-GARONNE 124
Aménagement L’eau de l’usine Picotalen 3 coule aux robinets de 200 communes Depuis le 30 mai 2012, elle alimente en eau potable 200 000 habitants répartis sur près de 200 communes de la Haute-Garonne, du Tarnet de l’Aude. L’usine de production Picotalen 3 située à Sorèze (Tarn), est ce qui se fait de mieux aujourd’hui avec son système moderne de traitement très performant. Inaugurée le 28 novembre dernier *, elle a pris la suite de l’ancienne unité Picotalen 2 qui ne répondait plus aux exigences et aux besoins actuels. Le gestionnaire, l’Institution des Eaux de la Montagne Noire (IEMN) que préside Gilbert Hébrard, conseiller général du canton de Caraman, dispose désormais d’installations à la mesure de sa mission qui est principalement de fournir une eau potable de qualité à l’ensemble des usagers de son secteur. L’institution créée en 1948 par les trois Conseils Généraux de la Haute-Garonne (lequel, on le sait, est très impliqué sur l’ensemble de la chaine de l’eau sur son territoire), du Tarnet de l’Aude avait construit à l’époque deux barrages, les Cammazes et la Galaube. La nouvelle station est équipée d’un système de traitement de l’eau brute qui repose sur un procédé très efficace de clarification par filtration et une double barrière de désinfection destinée à éliminer virus et bactéries. Ainsi, l’eau qui coule aux robinets des consommateurs est-elle irréprochable, comme le confirme régulièrement l’autorité de contrôle sanitaire. Picotalen 3 est financée à 17% (1,1 million d’euros) par le Conseil Général de la Haute- Garonne. * L’inauguration a eu lieu en présence de Josiane Chevalier, préfète du Tarn, Pierre Izard, président du Conseil Général de la Haute-Garonne, ses homologues Thierry Carcenac (Tarn) et André Viola (Aude), Marc Abadie, directeur de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne et Gilbert Hébrard, président de l’IEMN. Pour une gestion DURABLE DE L’EAU ! Le projet gigantesque de barrage de Charlas a pendant de longues années été présenté comme la seule solution pour répondre aux besoins en eau en Haute-Garonne. Il s’agissait de construire sur une zone sismique, une retenue de 110 millions de m 3, qui aurait noyé 650 hectares, gelé 150, et aurait coûté 325 millions d’euros. Grâce à l’appui d’experts indépendants, le Conseil Général soutient pour sa part les solutions capables d’assurer une gestion durable de la ressource en eau tout en sécurisant les débits d’étiage de la Garonne. Intégrée désormais dans les orientations du Comité de Bassin Adour Garonne, la position du Conseil Général débouche sur la création de 5 à 6 retenues d’eau de taille mesurée respectueuses de l’environnement et situées au plus près des besoins des usagers. HAUTE-GARONNE 124/17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :