[31] Haute-Garonne n°154 mai/jun 2019
[31] Haute-Garonne n°154 mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°154 de mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Haute-Garonne

  • Format : (210 x 275) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 26,4 Mo

  • Dans ce numéro : la fibre arrive chez vous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34 MA HAUTE-GARONNE DÉCRYPTAGE HAUTE-GARONNE RÉSISTANTE, un circuit pour découvrir l'histoire de la résistance haut-garonnaise à Toulouse L'HÔTEL DE PARIS 7 PLACE DU CAPITOLE C’est dans cet hôtel que de nombreux candidats à l’évasion, résistants et passeurs, se sont rencontrés. La Haute-Garonne était en effet une plaque tournante des réseaux d’évasion, français et alliés. PREMIÈRES ACTIONS DE LA RÉSISTANCE HAUT-GARONNAISE 1 3 RUE ALSACE-LORRAINE C’est ici qu’a eu lieu la première action significative de résistance. Six jeunes des jeunesses communistes ont projeté des tracts appelant à la lutte contre le régime de Vichy depuis le toit de cet immeuble lors de la visite du maréchal Pétain à Toulouse. BOUTIQUE DE MARIE-LOUISE DISSARD 4 0 RUE DE LA POMME Ce lieu symbolise l’engagement des femmes dans la Résistance. C’est depuis ce magasin de couture nommé À la poupée moderne que Marie-Louise Dissard, alias « Françoise », a dirigé le plus grand réseau d’évasion de la région vers l’Espagne entre 1943 et 1944. IMMEUBLE D'ARIANE FIKSMAN « RÉGINE » 11 RUE DE LA POMME Un appartement situé dans cet immeuble était loué par Ariane Fiksman, résistante d’origine russe appelée « Régine ». Ce lieu discret servait à la fois de boîte aux lettres et de cache pour les résistants. PRÉFECTURE P LACE SAINT-ÉTIENNE Les services de l’État français étaient dirigés par le préfet régional. Des dizaines de fonctionnaires ont pris des risques considérables pour servir la Résistance. BUSTE DE L'ARCHEVÊQUE SALIÈGE CATHÉDRALE SAINT-ÉTIENNE Le 23 août 1942, l’archevêque Saliège écrit une lettre pastorale de soutien aux juifs. Malgré les menaces d’interdiction, elle fut lue dans tout le diocèse de Toulouse. C’est l’une des rares manifestations du haut clergé sous le régime de Vichy. L'IMPRIMERIE DES FRÈRES LION 2 3 RUE CROIX-BARAGNON Les journaux de la Résistance, tracts et faux papiers étaient notamment imprimés chez les frères Lion, jusqu’en février 1944, où ils furent torturés puis déportés. LIBRAIRIE DE SILVIO TRENTIN 4 6 RUE DU LANGUEDOC Cette librairie fut le nid de la Résistance toulousaine. Étudiants, professeurs, médecins et syndicalistes se retrouvaient autour de l’exilé italien Silvio Trentin, initiateur de la lutte antifasciste. LE BUREAU CLANDESTIN DE FORAIN 3 RUE DU LANGUEDOC C’est depuis cet immeuble que François Verdier, dit « Forain », chef régional des Mouvements Unis de Résistance, organisait l’ensemble des actions dans le département. Arrêté par les Allemands en décembre 1943, il fut torturé pendant 44 jours avant d’être tué. L'INSTITUT CATHOLIQUE DE TOULOUSE P LACE DU PARLEMENT De nombreux intellectuels, parmi lesquels le philosophe Vladimir Jankélévitch, ont trouvé refuge au sein de l’Institut catholique de Toulouse qui était alors dirigé par un humaniste, Bruno de Solages. PALAIS DE JUSTICE P LACE DU SALIN Le procès du résistant Mendel Langer marque un tournant dans la justice du régime de Vichy. Condamné à mort pour transport d’explosifs, « Marcel » a été guillotiné en juillet 1943 des suites d’un réquisitoire à charge du procureur. Quelques mois plus tard, ce dernier fut exécuté par des résistants. Aucun magistrat français n’osera ensuite condamner à mort des résistants. PRISON FURGOLE P LACE DES HAUTS-MURATS Cette prison militaire, oubliée, reflète l’atmosphère de répression dans l’ensemble du département. Elle a souvent été l’antichambre de la déportation vers les camps de concentration. 1 Rue de la Dalbade 10 Place du Capitole 11 9 2 Rue du Languedoc Rue Alsace-Lorraine 3 8 R Allée
4 ue de Metz s Jules Guesde 7 Grande rue Nazareth 6 5 12 13 14 Rue Alfred Dumeril Jardin Royal Jardin des Plantes FACULTÉ DE MÉDECINE A LLÉES JULES GUESDE Nombre de professeurs, d’étudiants et de lycéens se sont engagés dans la Résistance. Parmi eux, on retiendra notamment Camille Soula, professeur de médecine et initiateur d’une révolte précoce ou encore Raymond Naves, professeur de lettres qui a été déporté à Auschwitz. LE MÉMORIAL DE LA SHOAH S QUARE DU BOULINGRIN Inauguré en 2008, ce monument est le seul avec celui de Paris à rendre hommage aux victimes du génocide des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale. Les six colonnes rappellent l’histoire des six millions de juifs qui ont été tués. LE CHÂTEAU DE LA GESTAPO 2 RUE DES MARTYRS DE LA LIBÉRATION C’est depuis cette villa que la Gestapo, la police de sûreté nazie, organisait des opérations de répression de la Résistance. MONUMENT À LA GLOIRE DE LA RÉSISTANCE P ARVIS DES F EMMES DE LA RÉSISTANCE Ce monument, inauguré en 1971, a été créé pour plonger le visiteur dans les années noires de l’Occupation à travers un dédale de cryptes et de tunnels. Grand Rond 17 Allées Serge Ravanel 18 19 Allées Frédéric Mistral 16 15 20 35 PLAQUE EN MÉMOIRE DE LA 35 È BRIGADE MARCEL LANGER J ARDIN DES PLANTES Le rôle des étrangers dans la Résistance a été considérable en Haute-Garonne, à l’image de Marcel Langer. Italiens, Polonais, Roumains et Espagnols ont mené de nombreuses actions de guérilla urbaine. STÈLE DES JUSTES DES NATIONS J ARDIN DES PLANTES Cette stèle a été inaugurée en 2003 par le Prix Nobel de la paix, écrivain et survivant d’Auschwitz, Elie Wiesel. Elle rend hommage à toutes les personnes qui ont sauvé des Juifs pendant la guerre. SERGE RAVANEL, COMPAGNON DE LA LIBÉRATION A LLÉE SERGE R AVANEL Serge Ravanel fut le coordonnateur des combats de la Libération. Chef régional des Forces françaises de l’intérieur (FFI), il avait sous ses ordres l’ensemble des forces de la Résistance. MUSÉE DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 5 2 ALLÉE D ES DEMOISELLES Actuellement fermé au public pour rénovation dans le cadre d’un projet de développement engagé par le Conseil départemental, le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation rouvrira en janvier 2020. AGENDA Les prochains circuits citoyens commentés auront lieu  : Samedi 18 mai à 18 h et 19 h 30 (dans le cadre de la Nuit des Musées) Samedi 25 mai à 17 h 30 et 19 h 30 (dans le cadre de l'Histoire à venir) Lundi 27 mai à 17 h 30 et 19 h 30 (dans le cadre de la Journée nationale de la Résistance) Rendez-vous pour le départ au Monument de la Résistance, esplanade Alain Savary à Toulouse. Inscriptions sur cd31.net/resistance



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :