[30] Le Gard mag' n°94 février 2013
[30] Le Gard mag' n°94 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de février 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (210 x 290) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : oser l'entreprise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Liens publics Risques auditifs : la preuve par le son Un don pour l’archéologie Jacques Goury a remis à Christophe Serre, vice-président du Conseil général et conseiller général du canton de Pont Saint-Esprit, des plaques de verre photographiques réalisées par Léopold Chiron (1845-1916), pionnier de l’archéologie moderne ayant effectué d’importantes fouilles dans le nord-est du département. Ce don a été fait, le 28 novembre dernier, en présence d’Alain Girard, conservateur du Musée d’Art Sacré du Gard et de Marie-Claire Pontier, directrice des Archives départementales, qui conservera ce « Fonds Chiron-Goury ». Cette dernière s’est engagée à ce que ces plaques, source documentaire de première importance pour l’histoire du Gard, soient numérisées et fassent l’objet d’une exposition, avant 2015, dans les nouveaux locaux des Archives du Gard. PF Le 4 décembre dernier, la Smac Paloma accueillait les collégiens de Jules Vallès de Nîmes (notre photo) et Théodore Monod de Clarensac pour un concertconférence sur la prévention des risques auditifs. Un mardi pas comme les autres pour les élèves de 4 e du collège de Clarensac : ils sont invités, dans une salle de concert à la Smac Paloma de Nîmes, à écouter le groupe Super 8 jouer du rock, mais aussi retracer l’histoire des musiques amplifiées. Le but ? Montrer les risques encourus pour l’oreille en concert, en discothèque ou avec des baladeurs. Quand on leur demande s’ils ont déjà entendu des sifflements après avoir été exposés à une musique trop forte, pratiquement tous les collégiens lèvent le doigt. Or « l’acouphène est un signal d’alarme. Il peut être permanent ». Découvrir que le volume du son double tous les trois décibels, qu’il suffit de bouchons dans l’oreille ou de pauses pour éviter des dommages irréversibles : c’est une surprise pour les jeunes auditeurs, qui ont appris que « plus d’une oreille sur dix de moins de 18 ans souffre déjà de troubles auditifs ». Le message passe d’autant mieux qu’il s’appuie sur des morceaux joués en direct, des films et beaucoup d’interactivité. L’opération de prévention, coordonnée au niveau régional par la fédération des musiques actuelles du Gard (Femag), relais de AGI SON, est financée depuis 2009 par le Conseil général pour les collégiens gardois. PF Le Département recrutera 100 emplois d’avenir Ils sont près de 7 000 jeunes de moins de 25 ans à chercher un emploi dans le Gard. Et, avec la crise, leur nombre ne cesse d’augmenter : + 10% en un an. La situation devient vraiment critique pour les jeunes de 16 à 25 ans, sans formation, peu ou pas qualifiés – et les difficultés sont encore accentuées pour les moins de 30 ans souffrant d’un handicap. Pour tous, le gouvernement vient de créer les contrats « emplois d’avenir ». Et comme le chômage touche indistinctement villes et campagnes, les 16-25 ans d’un niveau 1 er cycle enseignement supérieur au maximum interviendront dans les quartiers ou les territoires ruraux en difficulté. En 2013, près de 1 200 contrats seront ainsi signés dans le Gard. Le Conseil général participera à cette dynamique. Dans les mois prochains, il procédera à une centaine de recrutements, dans ses services ou auprès de ses partenaires, notamment associatifs. Les emplois concernés, à temps complet et pour trois ans au maximum, offrent un horizon professionnel aux jeunes mais aussi un véritable encadrement. Un tuteur les accompagnera, un parcours de formation leur sera proposé. DD Contact : votre Mission locale ou antenne de Pôle emploi. 6 | LeGARDMAG | février 2013
GARD : ça tourne au collège ! C’est l’une des nouveautés de la deuxième édition de Gardmotion. Cette année, sept établissements gardois * participent au concours de pocket films dans le cadre du dispositif « Artistes au collège ». À Bouillargues, « une de nos classes de cinquième a immédiatement adhéré au projet, explique Annie Regad, professeur de lettres au collège Les Fontaines. L’expérience demande de la persévérance. On est conduit à prendre des initiatives pour soi et pour le groupe. Bref, on devient plus autonome… ». Professionnelle de l’audiovisuelle, Aurélie Aura aide les jeunes à passer le cap. « En vingt heures de cours réparties en cinq séances, nous mettons en place le scénario, le storyboard, les décors, avant de nous lancer dans la réalisation proprement dite. » D’ici le 11 mars, date limite pour participer au concours, les 21 collégiens auront planché sur des séquences de trente secondes chacune. Mises bout à bout, elles formeront un court-métrage de trois minutes – durée fixée aux vidéos candidates à Gardmotion – autour du thème « J’ai fait un rêve… ». DD * Collèges Antoine-Deparcieux au Martinet, Via Domitia à Manduel, Voltaire à Remoulins, Saint Stanislas-Sacré Cœur à Nîmes, Gaston-Doumergue à Sommières, Les Fontaines à Bouillargues, et le Collège la Vallée Verte à Vauvert. www.gardmotion.com et www.facebook.com/gardmotion Gardmotion ou la preuve par l’image… Au collège de Bouillargues, les jeunes adhèrent. Alès : la Verrerie rénovée La Verrerie d’Alès fait peau neuve : sur le site de Rochebelle, le pôle national des arts du cirque dispose à présent d’une salle de création rénovée, de bâtiments administratifs réhabilités et d’un espace chapiteau, avec un nouveau bâtiment – lieu de vie et d’hébergement pour les compagnies en résidence. L’inauguration, en décembre dernier, a donné lieu à la signature d’une convention triennale d’objectifs et de moyens. Cosignataire, le Conseil général confirme ainsi son engagement auprès de la Verrerie, soutenue pour ses actions en faveur de la création, la diffusion et la sensibilisation autour des arts du cirque. Pour mémoire, sur 150 spectacles de cirque donnés en région, 100 le sont dans le Gard. DD Une place pour nos aînés En 2012, 20% des plus de 75 ans souffrent de la solitude et se disent seuls (contre 16% en 2010) *. Le 14 décembre dernier, visitant l’accueil de jour de la Croix-Rouge, rue Séguier et l’association l’Entr’aide Gardoise, Damien Alary a tenu à souligner que « depuis 2008, le Département a créé 1 500 places en maison de retraite ». Maisons en partage, gardes alternatives de nuit, soutien aux aidants familiaux, sur le terrain, le Conseil général met aujourd’hui en œuvre de nouvelles solutions, aux côtés des associations. L’accueil de jour pour personnes âgées de la Croix-Rouge soulage les familles. Les bénévoles de l’Association protestante de service effectuent, eux, des visites de courtoisie au domicile des bénéficiaires isolés de l’allocation personnalisée d’autonomie. Et, rue Richelieu, à Nîmes, l’Entr’aide gardoise gère un restaurant de quartier très accessible. Avec le concours du Département. DD * Source : rapport 2012 de la Fondation de France sur les Solitudes Contacts à Nimes : Entr’aide Gardoise, 33 Rue Richelieu, Croix-Rouge : accueil de jour, 43 Rue Séguier, Association Protestante de Services, 2 Place Oratoire Pour Damien Alary, ici à l’accueil de jour de la Croix-Rouge à Nîmes, « l’isolement des personnes âgées n’est pas une fatalité ». février 2013 | LeGARDMAG | 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :