[30] Le Gard mag' n°94 février 2013
[30] Le Gard mag' n°94 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de février 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (210 x 290) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : oser l'entreprise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Dossier « Un jeune, un parcours, un emploi » : où en est-on ? un brevet professionnel et une première expérience, j’ai pu être embauchée en CDI à « Après Quissac », se réjouit Nelly Gall qui vient d’intégrer, à 24 ans, le salon de Coiffure YMG – Y pour Yvette, la grand-mère, M pour Martine, la mère et G pour Géraldine, la gérante actuelle. Une affaire de famille sur trois générations, qui a survécu à l’épreuve des inondations et s’est refait une santé en déménageant dans un quartier plus fréquenté. « J’ai découvert le dispositif « Un jeune, un parcours, un emploi » du Conseil général dans la presse, confie Géraldine Calistri. Nous remplissions tous les critères : Nelly avait moins de 25 ans et était inscrite dans une Mission locale Jeunes. De mon côté, je gère une petite entreprise de 3 salariés et je proposais un CDI à temps plein. » La gérante peut donc bénéficier d’une subvention représentant 100% du salaire net de Nelly pendant 6 mois, dans la limite de 8 000 €. Comme elle, ils sont 50 chefs d’entreprise à avoir profité d’une mesure qui, d’une part, sert de tremplin à l’emploi des jeunes et, d’autre part, privilégie, quand les entreprises ont plus de 50 salariés, les filières innovantes et vertes. Fort de son succès, le dispositif est reconduit en 2013. PF Coiffure YMG, 3 8 avenue du 11 Novembre, Quissac, tél. 04 66 77 31 66 Contact dédié aux entreprises : Direction du Développement économique et de l’Emploi du Conseil général, tél. 04 66 27 34 97 vidéo sur www.gard.fr dans votre webzine Coiffeuses de mère en fille depuis 80 ans, elles ont pu faire face à un surcroît d’activité grâce au recrutement en contrat à durée indéterminée de Nelly, 24 ans. Hôtel d’entreprises : un partenariat innovant Au départ, un constat : à l’issue de leur passage par l’incubateur de l’École des Mines d’Alès (EMA), trop peu d’ingénieurs-créateurs d’entreprises s’établissent dans le bassin alésien. Pour les retenir, la Société anonyme d’économie mixte du Grand Alès* (SAEM’Alès) et l’EMA optent aujourd’hui pour un partenariat innovant : l’hôtel d’entreprises Innov’Alès. L’ensemble – deux bâtiments construits au sein du Science Park de l’École des Mines, sur le site de Croupillac – réunit entrepreneurs, chercheurs et étudiants. « Les avantages de cette synergie sont multiples, explique Francis Chanove, directeur administratif de la SAEM’Alès. L’effort financier consenti par les collectivités (Département, Région, État) permet de proposer aux jeunes entreprises des loyers abordables – des économies qui autorisent des investissements structurants. Au premier chef, la recherche et développement et le recrutement du personnel. » Du stade de l’incubation à celui de la commercialisation, le lien est fait et des passerelles se tendent avec les laboratoires de l’EMA et son Institut des Sciences des Risques. Depuis juin, ce creuset d’innovation regroupe quatre entreprises. Deux d’entre elles (Olentica, traitement des odeurs industrielles ; SAFER, équipements destinés à la protection industrielle) ont été incubées par Innov’Up (la couveuse de l’EMA), depuis rejointes par deux autres sociétés. À terme, les 2 000 m² d’Innov’Alès en accueilleront une trentaine, sur des baux de 24 mois. Loyer modéré, parties communes, échanges et partage de compétence, l’hôtel d’entreprises pourrait bientôt ressembler à une pension de famille. DD * Propriété de la Communauté d’agglomération du Grand Alès, la SAEM’Alès est notamment partenaire de la Chambre de commerce et d’industrie d’Alès et de l’Agence de développement Alès Myriapolis. Contact : Hôtel d’entreprises Innov’Alès, SAEM’Alès, 04 66 56 40 40. 16 | LeGARDMAG | février 2013
Dossier TPE : prime à l’audace Deux hommes, deux entreprises gardoises soutenues par le Conseil général et couronnées le 28 novembre dernier par le prix de la Très Petite Entreprise. Gérant de « Vaunage Passions Vélos » à Calvisson, Frédéric Augias a développé le coaching cycliste. Virgile Cazals a, quant à lui, ressuscité un métier disparu : sellier. Zoom sur son activité. À 27 Les selles de Virgile Cazals : du fait main qui s’exporte dans le monde entier. ans, Virgile Cazals est le plus jeune artisan de France dans le domaine pointu de la confection sur mesure, l’un des derniers à prendre le temps de découper, coudre et clouter le cuir. Le résultat tient autant de l’œuvre d’art que du matériel de cavalerie. Deux cents heures de travail et près de cent cinquante opérations réalisées pour l’assemblage d’une selle camarguaise : à l’atelier d’Aigues-Mortes, les journées sont longues. Sorti des nouveaux locaux – Virgile y a aménagé en janvier 2012 – l’artisan part à la rencontre de clients exigeants, écuyers olympiques ou cavaliers professionnels. Il résume rapidement son agenda : « On se lève, c’est cheval. On travaille, on mange, on dort, c’est cheval ». Un nombre incalculable de sacrifices, une exigence extrême… À vingt-sept ans, le jeune homme marche vers la perfection à allure forcée. Ses modèles furent jadis ses mentors. Ils sont aujourd’hui ses clients : auprès de Jean-Luc Parisot, responsable de l’atelier sellerie de l’école de cavalerie de Saumur, et Jean- Louis Guntz, maître-écuyer du Cadre Noir, tous deux meilleurs ouvriers de France, Virgile Cazals a appris la patience et l’humilité. Le ressort de son énergie : un accident qui le laissa à demi-paralysé pendant trois ans. Son rêve : ouvrir son propre show-room à Montpellier, à l’instar d’Hermès à Paris. En attendant de le concrétiser, Virgile prépare le concours du meilleur ouvrier de France et innove encore : sa dernière création, un système révolutionnaire de prothèses pour la rééducation des chevaux blessés. DD Vaunage Passion Vélos à Calvisson – www.vaunagepassionvelos.com – tél. 04 66 81 43 78 Sellerie Virgile Cazals à Aigues- Mortes – www.sellerie-cazals.com – tél. 06 26 96 84 58 Prix de la TPE : une initiative soutenue par le Département Le Prix de la TPE (Très Petite Entreprise) est organisé depuis 2003 par le CCREM (Club pour la croissance et la réussite des entrepreneurs de Méditerranée). Initialement destiné aux entreprises héraultaises, il s’est étendu cette année au territoire gardois, avec le concours du Conseil général. Passion Vélo Lauréat du Prix TPE dans la catégorie « Piloter », Frédéric Augias, gérant de Vaunage Passion Vélos à Calvisson, a créé une activité de coaching cycliste il y a un an. Cours particuliers ou collectifs, sur forfaits, la formule séduit. Une réussite : « Nous avons un très bon retour des clients, confie le jeune chef d’entreprise. Ce prix régional m’a apporté de la fierté et une reconnaissance des clients comme des professionnels. Le Département m’a soutenu dès le départ, une aide déterminante. » Coup de pouce à une démarche militante : pour Frédéric Augias, « il faut aujourd’hui favoriser les déplacements à vélo pour les trajets les plus courts. » février 2013 | LeGARDMAG | 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :