[30] Le Gard mag' n°94 février 2013
[30] Le Gard mag' n°94 février 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de février 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (210 x 290) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : oser l'entreprise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Dossier Senfas ou l’exigence bio Les filières courtes et le bio : une histoire de vingt-cinq ans déjà pour Michel d’Ozenay, Bourguignon qui a créé Senfas à Saint-Privat-des-Vieux, entreprise qui fabrique et distribue des produits certifiés notamment par Ecocert. Ce mercredi, on assiste à la fabrication de steaks végétaux… Mais, demain, les ateliers seront reconfigurés pour cuisiner des flans aux châtaignes ou de l’estouffade de bœuf aux champignons. L’ancrage régional n’est pas un gadget : l’approvisionnement se fait localement, et les deux dernières marques créées par Michel d’Ozenay déclinent toute une gamme de vieilles recettes cévenoles à partir de produits régionaux (cassoulet du Causse, ragoût du berger, tripes d’Alès, saucisses d’Anduze aux lentilles…). On les trouve sous les marques « Mijotés cévenols » pour la grande distribution et « Cévennes gourmet » pour les épiceries fines et petits commerces. Dans bien des domaines, Michel d’Ozenay est un précurseur. Premier en France pour les steaks bio sans gluten, seul en Europe à L’aide du Département a été sollicitée pour une nouvelle extension – ce qui entre dans le cadre de son soutien à l’immobilier d’entreprise. maîtriser toute la fabrication de raviolis cuisinés également sans gluten (livrés en grandes et moyennes surfaces), ateliers garantis sans allergènes, maîtrise de la stérilisation en barquettes plastique… : « Ces efforts se sont traduits par de lourds investissements et des années de mise au point, mais nous voulons rester dans le développement durable jusqu’au Vincent Cassaigne et Michel d’Ozenay devant la chaîne de fabrication de steaks végétaux. Au total, près de 4000 m² d’ateliers et hangars de stockage, pour des produits exportés en Espagne, Italie, Suisse, Allemagne, Belgique, Canada… Un bureau en Turquie permet aussi la maîtrise de toute la chaîne, pour les fruits importés – quand la production régionale ne permet pas de fournir les quantités suffisantes. bout : nous récupérons aussi la vapeur de nos machines et réalisons ainsi des économies d’eau et de chauffage, en fonctionnant en circuit fermé ». Le développement durable est aussi un mode de gestion : la PME compte cinq cadres (essentiellement des femmes), les décisions sont prises collégialement, les trente salariés ont de réelles possibilités de progression au sein de l’entreprise, les agents de maîtrise sont majoritaires, le recrutement souvent local… Même le marketing est « fait maison » pour les dernières productions. Michel d’Ozenay a d’ailleurs bénéficié du soutien d’une société coopérative de financement solidaire qui n’investit que dans les entreprises respectueuses de l’homme et de l’environnement. Alors, quand la très médiatique Babette de Rozières, chef cuisinier qui officie notamment sur France 5, choisit Senfas pour la création d’une gamme qui portera son nom, on n’est pas surpris. À découvrir lors du prochain MIAM, à Alès. PF Senfas, 18 avenue Paul Valéry, Zone artisanale Les Espinaux, Saint-Privat-des-Vieux, tél. 04 66 54 33 50, www.senfas.com 14 | LeGARDMAG | février 2013
Dossier Ginkgo : un cas d’école fait mes études à Nîmes, à l’IFAG*, et j’avais envie de continuer l’aventure sur place », « J’ai confie Damien Tignard, 29 ans, à la tête de Ginkgo. Avec l’un de ses associés, autre élève de l’IFAG issu d’un BTS Bois et habitat, il a développé un projet d’école autour de la construction et la commercialisation de maisons et d’extensions à ossature bois. En 2008, la question se pose : salué au niveau Habitat modulable avec matériaux naturels national, ce projet ne pourrait-il pas se matérialiser dans le Gard ? « La situation gardoise est idéale, très centrale, entre les Bouches-du-Rhône et l’Hérault. Mais nous avions déjà suivi des études payantes et n’avions pas assez d’économies pour nous installer. » Qu’à cela ne tienne. Innov’Up décide en 2008 d’accompagner le projet : « Ils nous ont aidés à le rendre plus professionnel, à travailler sa faisabilité technique et commerciale ». En 2009, les associés peuvent créer Ginkgo, à Garons, grâce à un prêt à taux zéro de 23 000 € proposé par Gard Initiative – dispositif porté et financé principalement par le Conseil général. Grâce à ce renforcement des fonds propres, neuf salariés sont recrutés. L’originalité du concept fait mouche : « Nous fabriquons et installons nous-mêmes un habitat modulable, contemporain, avec des matériaux naturels… et habitable très rapidement ». Rapide, économique, sans nuisances L’entreprise, labellisée Effinergie (pour la performance énergétique des bâtiments), utilise du bois de qualité, certifié forêts PEFC ou FSC (promotion de forêts durables), et attend que la filière bois gardoise soit suffisamment structurée en amont pour recourir davantage aux espèces locales. Dans le cadre du Fonds de revitalisation du bassin d’emploi du Vigan mis en place par le Département, des mesures vont déjà dans ce sens. PF (*) Institut de formation aux affaires et à la gestion Contact : Ginkgo, tél. 04 66 67 40 95 Damien Alary, avec Denis Bouad, 1 er vice-président du Conseil général, délégué au développement économique et à l’emploi, est allé à la rencontre de chefs d’entreprise innovants, à Garons, dans la zone industrielle Aéropole. février 2013 | LeGARDMAG | 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :