[30] Le Gard mag' n°73 septembre 2010
[30] Le Gard mag' n°73 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°73 de septembre 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 914 Ko

  • Dans ce numéro : coups d'oeil sur nos coups de pouce...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Coups de pouce Edgard : 1,50 € pour tous Faciliter la mobilité pour le plus grand nombre, tel est le credo d’Edgard qui, en un an, a étoffé son offre : plus de lignes, une gamme complète d’abonnements à prix préférentiels, une véritable intermodalité (connexions avec le réseau Tango, les TER etc.), des informations en ligne (y compris sur d’éventuelles perturbations du réseau) et des innovations plébiscitées par les usagers. Les lignes mises en place cet été vers le Pont du Gard, les marchés d’Uzès et d’Arles ainsi que vers les plages ont été l’objet d’une telle affluence qu’il a fallu doubler les services, principalement le week-end. Contact : 0 810 33 42 73 ou edgard-transport.fr Gratuit comme un transport scolaire Le Conseil général prend en charge la totalité des déplacements des élèves, sur son territoire de compétence*. Il suffit d’être domicilié dans le Gard et d’être éloigné de plus de 3 km de l’établissement scolaire de son secteur (ou davantage en cas de regroupement pédagogique intercommunal). Certaines dérogations à la carte scolaire sont acceptées (élèves en Segpa**, Bac pro, sections sport-études officielles de haut niveau etc.). Le Conseil général finance aussi les trajets des élèves qui empruntent le TER : ils ont droit à un abonnement mensuel gratuit. gard.fr * Toutes les conditions sur edgard-transport.fr et ** Section d’enseignement général et professionnel adapté. Une agence sociale de transport L a Scop MJN* expérimente, depuis 2009, une action de transport à la demande pour répondre aux besoins d’habitants du Gard rhodanien en situation d’isolement ou de précarité : personnes âgées sans moyen de locomotion, demandeurs d’emploi devant se déplacer pour des entretiens d’embauche, une formation ou des démarches administratives, salariés de chantiers d’insertion dans leurs déplacements domicile-travail. Plusieurs structures intercommunales soutiennent cette initiative d’ailleurs élargie, depuis le 1er juillet, aux sept communes de Val de Tave. Parallèlement à ces transports collectifs, il est proposé de louer des véhicules pour des besoins d’emploi ou de formation. L’agence sociale de transport, subventionnée par le Conseil général, aura permis le recrutement de deux salariés en insertion par l’activité économique. Et aujourd’hui, c’est une entreprise d’insertion, distincte de la Scop qui poursuit cette activité : Transmobil Gard rhodanien. * Société coopérative de production Maintenance, Jardin et Nettoyage, chemin des Limites, quartier de l’Estang Nord à Tresques, n°vert : 0 800 200 166. 6 GARD mag’n°73 - septembre 2010 Les repas bio à la crèche sont aussi l’occasion d’éduquer le goût et l’odorat des enfants, de sensibiliser les parents et le personnel à une alimentation saine mais aussi de développer les contacts avec les producteurs locaux. Du bio pour les tout-petits C’est, à première vue, une cantine comme il en existe des dizaines dans les établissements gardois. À la crèche « Gribouille » de Calvisson, la spécificité est assurément ailleurs... et plus précisément dans les assiettes des jeunes convives. En effet, depuis 2006, la cinquantaine d’enfants accueillis bénéficie régulièrement d’une alimentation à base de produits bio. Mieux, en 2009, 50% des 7 000 repas étaient réalisés avec des produits issus de l’agriculture biologique ! Des menus confectionnés sur place par le cuisinier de l’établissement en collaboration avec une puéricultrice. « Manger bio a certes un surcoût qui est prévu dans notre budget mais cela ne coûte pas plus cher aux familles », explique la directrice Nathalie Gleizes. Livré directement en fruits et légumes par le maraîcher de Junas Laurent Brochet, l’établissement, géré par la communauté de communes du Pays de Sommières, s’approvisionne également auprès de l’entreprise Bio Audéma à Codognan. Une initiative soutenue par le Conseil général qui propose aujourd’hui aux acteurs de la filière un calendrier de production, un recensement des fournisseurs locaux et une aide à l’élaboration de menus bio de saison. I.T.
Une carrière dans le jazz En cette fin juillet, aux abords des carrières de Junas, l’atmosphère est anglo-saxonne, l’accent newyorkais. Dix-septième édition du festival Jazz à Junas oblige, l’influence outre-Atlantique se fait sentir en terre gardoise. Au total, pendant cinq jours, plus de 5 000 personnes ont assisté à une quinzaine de concerts avec de grands noms américains du jazz. Des artistes de renommée mondiale dans un village de 1000 habitants : à bénévoles motivés, rien d’impossible ! Junas, 1000 habitants, accueille l’un des trente grands rendez-vous de Jazz en Europe. Certains concerts sont même gratuits. « Au fil du temps, nous avons acquis une certaine légitimité qui nous permet de prendre des risques en conviant parfois des artistes moins connus en France dans ce cadre exceptionnel », explique Sébastien Cabrié, directeur de Jazz à Junas. Pas de quoi pour autant ruiner les spectateurs. Depuis plusieurs années, une politique tarifaire attractive favorise l’accueil d’un public varié. « Certains concerts sont même gratuits. Cela ne pourrait être possible sans le soutien d’institutions comme le Département. » I.T. Sébastien Cabrié : « Sans les soutiens publics et privés, nous ne pourrions pas maintenir une telle programmation et des concerts gratuits ». Le choix du chœur L’accès aux diverses pratiques artistiques et culturelles est un droit ! Animé de cette philosophie, le Conseil général s’y implique fortement, notamment à destination des plus jeunes. En 2010, 650 000 euros ont été versés aux 54 conservatoires et établissements d’enseignement artistique gardois. Une aide au fonctionnement qui réduit les coûts d’inscription et garantit un enseignement de qualité avec des intervenants diplômés. Des spectacles moins chers Partenaire privilégié des communautés de communes pour leur saison culturelle, le Département leur a accordé en 2010 une subvention globale de 379 000 €. Facilitant la circulation du théâtre vivant, cette enveloppe budgétaire témoigne de la volonté du Conseil général de renforcer l’égalité des hommes et des territoires dans l’accès à la culture. C’est également à ce titre, et pour offrir au public des tarifs plus avantageux que le Conseil général soutient financièrement (827 200 euros en 2010) les centres culturels (Le Cratère, Le Périscope, Mobil Homme, la Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon etc.) auxquels s’ajoutent les salles de cinéma en milieu rural disposant du label Art et Essai. Visite libre au musée Du couteau en silex datant de la préhistoire au blouson en cuir de Johnny Hallyday, en passant par des exemplaires de la Bible, du Coran, de la Torah, sans oublier des icônes, des tableaux et même un sarcophage égyptien. L’endroit, classé monument historique, regorge d’objets exceptionnels. Ouvert en 1995 dans la Maison des chevaliers à Pont-Saint-Esprit, le Musée laïque d’art sacré du Gard regroupe des objets à caractère religieux, « tous cultes confondus ». Une approche originale du fait religieux conforme au principe même de laïcité. Pour mieux faire partager la richesse culturelle du Musée aux Gardois mais aussi aux touristes, depuis 2006, l’accès est totalement gratuit. Musée d’art sacré, 2 rue Saint-Jacques, 30130 Pont-Saint-Esprit. Renseignements au 04 66 39 17 61. n°73 - septembre 2010 GARD mag’7 Coups de pouce



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :