[30] Le Gard mag' n°72 jui/aoû 2010
[30] Le Gard mag' n°72 jui/aoû 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°72 de jui/aoû 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : chroniques d'un Gard meilleur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Ils étaient venus avec des idées préconçues : « Je ne pourrai jamais jouer devant les autres, je ne saurai pas apprendre un texte... » Pour certains, participer à cet atelier de théâtre relevait de la sciencefiction ! Les quinze bénéficiaires du RSA accueillis par le Mobile Homme, à Nîmes, ont vécu cette « Action spécifique d’insertion » (ASI) financée par le Conseil général comme une véritable aventure humaine. Rémy Leboucq, comédien et directeur de la structure, le confirme : « Ici, ils se sentent acceptés et ils acceptent les autres. La précarité isole et incite à se dévaloriser. Les gens sont persuadés que, s’ils en sont là, c’est leur faute. On doit leur redonner confiance... » Si toute ASI a cette vertu de lutter contre l’exclusion mais aussi de réapprendre rigueur, discipline et ponctualité, l’ASI culturelle a quelque chose en plus : « On part de l’essentiel, c’est-à-dire de soi. C’est utile quand on se présente à un employeur... » Bénéfice secondaire, mais 12 Dossier » Mobile Homme Théâtre Un nouveau départ GARD mag’n°72 - été 2010 non des moindres : ce groupe, plutôt éloigné de la culture, découvre le plaisir de lire, d’assister à des spectacles... « Je ne fais pas de différence avec mes autres publics. C’est ma façon de les respecter », souligne Rémy Leboucq. Le groupe est donc invité à participer aux divers ateliers hebdomadaires, et assiste gratuitement aux représentations – une politique tarifaire incitative bénéficiant par ailleurs aux habitants du « Quinze bénéficiaires du RSA apprennent à se mettre en scène… et se remettre en selle. » quartier. L’ouverture sur les associations locales est précisément l’autre credo du Mobile Homme Théâtre, créé en 2004 et doté depuis peu d’une nouvelle salle de 120 m², espace de création et de résidence artistique baptisé Tilleli (qui signifie liberté en touareg). L’esprit nomade prévaut d’ailleurs dans cette oasis artistique, « point de départ ou d’arrivée de toutes les trajectoires possibles. » A la rentrée, le Mobile Homme grandit pour devenir... « Mobile Môme » : un lieu d’accueil pour le jeune public, enfants et ados, avec de la danse contemporaine, du théâtre, de la musique, de l’écriture, des lectures, des résidences d’auteurs... « Mais je redoute les menaces qui pèsent sur les Départements, confie Rémy Leboucq. Sans le soutien du Conseil général, dont l’aide conditionne souvent l’obtention d’autres subventions, comment vivraient les intermittents du spectacle ? » L’ASI de pratique théâtrale, doublée d’un atelier animé par la plasticienne Stella Biaggini, qui a débuté en octobre et s’est achevé en juin, rappelle que les intermittents ne seraient pas les seuls perdants... P.F. Gard + « Le Gard compte plus de 30 000 bénéficiaires du Revenu de solidarité active, et la crise freine la dynamique du retour à l’emploi. Dans ces conditions, les actions spécifiques d’insertion restent un premier pas précieux dans une démarche de réinsertion », observe Laurent Pons, conseiller général, délégué à l’insertion. Le Mobile Homme Théâtre est conventionné avec le Conseil général : par l’Utasi* Grand Nîmes au titre de l’insertion ; par la direction de la culture qui soutient sa programmation et le lieu de diffusion ; par la politique de la ville (CUCS) en partenariat avec l’Etat, la Ville de Nîmes et l’Agglomération pour les tarifs et l’ouverture sur le quartier. *Unité territoriale d’action sociale et d’insertion.
Pôle mondial de l’eau Une appellation qui vaut de l’or ! On en compte désormais six ! Après Orphème (maladies orphelines et pathologies émergentes), Qu@liméditerranée (agronomie), Derbi (énergies renouvelables), Trimatec (éco-technologies issues du nucléaire), Risques (risques et vulnérabilité des territoires), le Languedoc-Roussillon a obtenu, en mai dernier, un autre pôle de compétitivité à vocation mondiale : l’Eau. Un précieux sésame qui vient récompenser une réflexion menée depuis plus de vingt ans sur la gestion et la préservation de cette ressource. Il y a deux ans se créait un « cluster » * associant collectivités territoriales, entreprises et centres de recherche. Parmi ces derniers, l’Institut languedocien de recherche sur l’eau et l’environnement (ILEE) qui regroupe plus de six cents personnels scientifiques. « Ce label est une excellente nouvelle pour notre région. Le Gard tirera son épingle du jeu puisqu’il compte une cinquantaine d’entreprises dans la filière dont la Compagnie du Bas- Rhône Languedoc (BRL), reconnue au niveau mondial avec 62,5 millions d’euros de chiffre d’affaires et près de 500 salariés. Partie prenante au sein de ce pôle aux côtés de Swelia, Veolia eau, l’ILEE et VersEau développement, la société BRL participera à la mise en œuvre d’actions concrètes, tout comme l’école des mines d’Alès », explique Damien Alary, président du Conseil général et du conseil de surveillance de la société BRL. « Exporter un savoir-faire gardois. » Si la recherche et l’extraction de l’eau reste l’une des missions premières du pôle régional, les acteurs locaux travailleront également sur les questions de sécheresse, des inondations, des fuites et du dessalement. Dans un souci de préservation d’une ressource de plus en plus rare, l’accent devrait, par ailleurs, porter sur la réutilisation de l’eau après épuration. Ainsi, de nombreuses recherches sont en cours étudiant la possibilité de réutiliser l’eau grise notamment pour l’irrigation. Une donnée non négligeable en ce qui concerne les besoins agricoles. « L’objectif de ce pôle est aussi de développer des activités commerciales et les échanges avec les pays étrangers puisque des techniques ou innovations technologiques pourront être transposées, exportées et industrialisées ailleurs », précise Damien Alary. A noter également que ce pôle renforce l’attractivité scientifique et sera un moteur du développement économique de la région. I.T. * Un cluster est un regroupement, généralement sur un bassin d'emploi, d'entreprises du même secteur. Dossier Gard + La filière eau en Languedoc-Roussillon• 350 entreprises représentant 4 000 emplois.• 700 millions d’euros de chiffre d’affaires.• 60 millions de m 3 supplémentaires devraient être consommés dans la région à l’horizon 2020. n°72 - été 2010 GARD mag’13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :