[30] Le Gard mag' n°71 juin 2010
[30] Le Gard mag' n°71 juin 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°71 de juin 2010

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 1,2 Mo

  • Dans ce numéro : mode d'emploi(s).

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Dossier Un Gardois sur douze Dans le Gard, un emploi sur douze est dû au Conseil général : c’est ce que révèle une étude interne sur les emplois directs (salariés et assistantes familiales), indirects (emplois dus au financement de tiers) et induits (emplois créés du fait de l’activité économique générée par les agents de l’administration départementale). 6 5 835 3 250 8 905 GARD mag’n°71 - juin 2010 S’agissant des emplois induits, on l’avait observé a contrario lors de la fermeture de casernes ou de tribunaux, déséquilibrant brutalement l’économie d’une région : l’emploi public est un puissant levier de développement local. Chaque fois que le Conseil général verse 28 152 € * pour un emploi, il crée 1,5 fois cette valeur en services induits (commerçants, logements...). Il génère ainsi de l’activité en cascade, par un effet de multiplication. Les investissements de la collectivité sont tout aussi porteurs : quand le Conseil général décide en 2010 de maintenir ses investissements à un niveau élevé (175 M €), il soutient l’activité gardoise. C’est bien lui qui gère plus de 4 500 km de routes et 3 000 ponts. Qui est chargé de la construction et de la rénovation des 53 collèges publics du département. Qui construit les nouvelles archives départementales... Grâce à tous ces chantiers dont il est maître d’ouvrage, le Conseil général permet l’emploi de 1 150 personnes dans le secteur du BTP**. Il a en outre, dans ce domaine, une action structurante d’aménagement du territoire. Les subventions de la collectivité ont aussi, dans certains secteurs, un impact direct sur l’emploi. C’est le cas de la culture, du sport, de l’éducation et de la jeunesse : un très fort pourcentage de l’argent injecté va à la rémunération des personnels, donc à l’emploi. Le cas du champ social est encore plus flagrant : non seulement c’est le Département qui, en gérant l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et la prestation de compensation du handicap (PCH), porte l’ensemble du secteur de l’aide à la personne, mais en plus ce secteur explose dans le Gard, qui connaît un vieillissement démographique. L’attribution du revenu de solidarité active (RSA) permet également à quelque 24 000 allocataires et leurs familles de continuer à vivre et consommer. 17 900 emplois Au total, l’aide publique que le Conseil général apporte au secteur associatif et aux citoyens gardois dans le cadre de ses compétences sociales, jointe au financement du Service départemental d’incendie et de secours, s’élève à plus de 280 millions d’euros. Elle participe indirectement à rémunérer 7 800 personnes dans le secteur des services. Finalement, 17 900 emplois dépendent dans le Gard des financements du Conseil général, soit 8% de l’emploi total. * salaire annuel moyen avec charges en France (source Insee) ** calcul réalisé en ETP (équivalent P.F. temps plein) 7 779 1 126 emplois directs emplois induits emplois indirects emplois indirects dans les services emplois indirects dans les BTP Réseau des métiers : un Il existait déjà les plateformes du Vigan, de Bagnols-sur-Cèze, d’Alès et de Vauvert. Depuis mars, le Réseau des métiers des Pays gardois assure aussi une permanence à Beaucaire. « C’est là toute la spécificité de ce dispositif, labellisé Cité des métiers, déconcentré aux quatre coins du Département. Le public bénéficie, avec ce réseau, d’un véritable service Du RSA vers un sa En 2009, 49% des allocataires du RSA qui ont bénéficié d’un accompagnement renforcé vers l’emploi ont repris une activité. 54% d’entre eux ont décroché un contrat de 6 mois et plus, preuve que la convention annuelle signée entre le Conseil général et Pôle emploi porte ses fruits. « Ce soutien personnalisé de six mois va au-delà des prestations habituelles de Pôle emploi, avec la programmation de rencontres régulières, de simulations d’entretiens d’embauche, la mise en relation avec l’employeur mais aussi la prise en compte des questions de mobilité, de santé, de logement », explique Catherine Braun, directrice du développement, de l’économie et de l’emploi au Conseil général. Un accompagnement maintenu pendant un mois après le recrutement, pour favoriser l’intégration en entreprise du néo-salarié.
e première étape… de proximité, gratuit et sans rendez-vous, auquel il faut ajouter quatorze points emploi, conventionnés par le Département, qui complètent le maillage départemental », souligne Laurent Pons (notre photo), conseiller général délégué à l’insertion sociale. Sur place les Gardois, à commencer par les demandeurs d’emploi, sont informés et orientés par une équipe d’animateurs-conseillers du Conseil général, peuvent consulter toute une documentation spécialisée voire profiter des outils multimédia. « Il s’agit d’apporter une réponse individualisée qui va permettre au bénéficiaire de trouver un emploi, de créer son activité, de choisir sa formation ou construire son projet professionnel », explique l’élu. Porté par le Département depuis 2006, le Réseau des métiers des Pays gardois est à l’initiative, via ses espaces délocalisés, d’une série d’animations : ateliers thématiques par plateforme, réunions d’informations collectives, « Journées emploi » et Forums des métiers et de l’emploi. Une cinquième plateforme devrait ouvrir ses portes en septembre à Nîmes. I.T. Plus d’informations sur Autre volet de cette convention : la pérennisation de l’emploi, notamment pour les bénéficiaires du RSA embauchés avec un contrat unique insertion-contrat initiative emploi – un CUE-CIE qui permet à l’employeur de bénéficier, sous conditions, d’aides directes renouvelables s’il s’engage à convertir le CUI- CIE en CDI. Cette consolidation dans l’emploi fait également l’objet d’un accompagnement renforcé. Le conseiller Pôle emploi travaille alors à l’intégration du salarié dans l’entreprise, à inciter l’employeur à augmenter le temps de travail du salarié, à informer les entreprises sur les conditions de renouvellement du CUI-CIE, etc. Et ça marche : 70% des salariés recrutés en CUI-CIE et suivis dans le cadre d’un accompagnement dans l’emploi ont obtenu un CDI. Dossier laire durable Dans le Gard, les dispositifs pour favoriser l’accès à une activité durable se multiplient à l’image du salon TAF organisé fin mars à Nîmes. En deux jours, près de 18 000 visiteurs s’y étaient pressés, notamment pour postuler aux 4 000 offres d’emploi. L’insertion grâce aux marchés publics Dans le cadre de ses opérations de rénovation urbaine, Habitat du Gard, bailleur social et partenaire privilégié du Conseil général, a intégré des clauses d’insertion dans ses marchés publics. Résultat : les entreprises lauréates doivent obligatoirement réserver une partie des travaux (5% du total des heures) à l’insertion. Ces dernières font alors appel, en sous-traitance, à une entreprise ou association d’insertion, à un groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification voire procèdent au recrutement d’un collaborateur sous contrat d’insertion. Objectif : favoriser le retour à un emploi durable pour les personnes en difficulté. Le Conseil général souhaite d’ailleurs développer cette pratique dans une logique de promotion de l’emploi. I.T. I.T. n°71 - juin 2010 GARD mag’7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :