[30] Le Gard mag' n°7 jun/jui/aoû 2019
[30] Le Gard mag' n°7 jun/jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de jun/jui/aoû 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (190 x 245) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 126 Mo

  • Dans ce numéro : le département soutient les projets des territoires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
POINTS DE VUE Le Bon Sens Républicain Non aux dérives de la solidarité Nous sommes favorables aux mesures d’urgence déployées par le Fonds de Solidarité Logement du Département qui permettent d’éponger une dette de loyer récente, d’éviter l’enlisement et l’engrenage du surendettement. Nous votons d’ailleurs POUR tous les rapports aidant les plus démunis à se loger dignement. Sur un territoire malheureusement classé 4 e département le plus pauvre de France, nous acceptons le maintien de l’eau, de l’électricité et surtout de la chaleur lorsqu’un ménage se trouve en grande détresse et ne peut apporter à ses enfants les conditions minimum de confort. Dans notre démocratie, le mot Fraternité prend alors tout son sens. En revanche, notre groupe a voté CONTRE le protocole signé avec Orange qui augmente encore une fois et de manière considérable le montant de l’abandon de créances liées à la téléphonie  : la téléphonie et l’accès à Internet ne sont pas à nos yeux des dépenses vitales ! Passer en 14 mois de 100 à 1000 € le montant de la dette épongée par la société Orange pour un ménage sur une année donne un signal fort regrettable aux travailleurs qui se privent de certains forfaits ou nouvelles générations de téléphones. Certains opérateurs proposent des forfaits à 2 € . Même s’il ne s’agit pas du budget du Département mais celui de l’opérateur historique, nous serons toujours à l’affût des excès, voire des dérives, d’aides publiques. Laurent Burgoa, Président du groupe Le Bon Sens Républicain 28 #07 été 2019 UDI et Indépendants Le Gard se doit d’innover ! Avec un département classé quatrième au niveau de la pauvreté et dont le taux de chômage atteint les 13%, notre territoire a besoin de véritables politiques économiques efficaces en faveur de l’emploi. Un emploi qui dépend notamment de notre attractivité  : tourisme, haut débit, qualité de vie, patrimoine, terroir, infrastructures, climat sont autant d’atouts pour attirer touristes et entreprises. C’est bien là le cœur d’une politique volontariste. Il faut donc innover pour permettre à de nombreux Gardois de retrouver le chemin de l’emploi. C’est peut-être par des événements planétaires que nous arriverons à combattre ce fléau. Le Tour de France par exemple va contribuer à cette attractivité et sera une véritable aubaine pour notre économie locale et pour notre notoriété. Mais au-delà de ces événements sportifs et festifs, il ne faut pas oublier que nous avons voté un plan pauvreté à destination des plus fragiles et que la collectivité poursuit la gestion de ses finances que nous nous efforçons d’accompagner dans la bonne direction. Dans tous les cas, l’investissement doit être une priorité car il est générateur d’emplois, il constitue une manne pour nos entreprises locales et contribue à améliorer la qualité de vie des Gardoises et des Gardois. Certes, le Département est au cœur des solidarités dont il consacre plus de 53% de son budget mais il se doit aussi d’inventer et d’innover car l’État ne sera peut-être pas toujours au rendez-vous ! Thierry Procida, Président du groupe UDI et Indépendants Rassemblement National De la solidarité territoriale à la priorité gardoise La solidarité territoriale est un pacte qui lie le Département – échelon local menacé qu’il convient de défendre pour sa pertinence – et les territoires qui le composent, fort diversifiés dans le Gard. Cette solidarité est multiple et c’est pourquoi on en parle souvent au pluriel. Elle s’exprime à travers différentes politiques d’intérêt général que nous soutenons. C’est le cas des contrats territoriaux qui permettent aux communes d’être accompagnées financièrement pour des travaux, ou de la politique consistant à favoriser les produits locaux de qualité dans les cantines des collèges (politique qui doit être poursuivie jusqu’à atteindre les 100%). Mais, pour porter dignement son nom et n’être pas simplement un slogan de communication décrivant avantageusement l’action de la majorité de gauche en place, il faut de la cohérence. Peut-on d’un côté accueillir toujours plus de migrants et de l’autre mettre en avant les solidarités territoriales ? Nous pensons au contraire que la charité doit être bien ordonnée et que le travail des conseillers départementaux est de servir les intérêts des Gardois avant ceux de ressortissants de pays lointains, stupéfaits de constater qu’ici on peut se montrer généreux avec l’argent du contribuable, au détriment de celui-ci. Nouvelle illustration lors de la séance plénière du Conseil départemental du 4 avril dernier, lorsqu’il a été question de voter en faveur d’une aide financière pour un projet au Mali. Fidèles à notre ligne de conduite, qui ne changera pas, et à nos engagements, nous avons refusé de valider ce choix. Avons-nous vraiment les moyens de financer des projets sur le continent africain ? Nicolas Meizonnet, Président du groupe Rassemblement national
Roman Kolinka DANS LES PAS (GARDOIS) DE... Sur les traces de son grand-père, Roman Kolinka a naturellement choisi le cinéma. Le petit-fils de Jean-Louis et Nadine Trintignant a déjà 25 ans de carrière derrière lui. À 7 ans, il tourne pour la première fois dans un téléfilm, dirigé par sa grand-mère, aux côtés de sa mère, Marie Trintignant. Sa rencontre avec la réalisatrice Mia Hansen-Løve est déterminante dans sa carrière puisqu’elle lui offrira trois rôles depuis 2014, d’un petit rôle au premier dans Maya, tourné en 2017 en Inde, qui lui vaut sa 2 e pré-nomination aux Césars. La réalisatrice lui avait déjà permis sa première pré-nomination, pour son rôle dans L’Avenir. C’est à Uzès que Roman Kolinka a choisi de s’installer, là où il a toujours eu une maison de famille, tout près de son grand-père, « un pur Gardois », et d’ouvrir un restaurant, « La famille ». UN MONUMENT ? UN ÉVÉNEMENT ? Le festival des Électros d’Uzès. Les organisateurs arrivent à faire venir des têtes d’affiches impressionnantes dans une petite ville. UN COIN DE PARADIS ? Les arènes de Nîmes évidemment. C’est magnifique, c’est très connu dans le monde et il s’y passe toujours beaucoup d’événements. Les gorges du Gardon. C’est toujours tellement impressionnant de passer sous le Pont du Gard en canoë. UN SOUVENIR ? UNE PASSION ? Ma toute première corrida. J’étais enfant et j’avais trouvé cela très impressionnant UN PRODUIT ? Mon grand-père a un vignoble à Saint- Hilaire d’Ozilhan, donc je dirai tout naturellement la cuvée Feuille de Garance du domaine Rouge Garance. Les sports automobiles que j’ai découverts très jeune avec mon grand-père. J’aime tout  : la F1, les rallyes, la moto… UNE AUTRE VIE ? Pilote justement, sans hésitation et sur n’importe quel engin… 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :