[30] Le Gard mag' n°5 mar à aoû 2017
[30] Le Gard mag' n°5 mar à aoû 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de mar à aoû 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : prendre de la hauteur.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
30 3L’INFO DU DÉPARTEMENT DU GARD 14 Le Gard solidaire Sécurité, laïcité, emploi, lutte contre la dépendance  : la solidarité revêt de multiples visages sur l’ensemble du territoire gardois et concerne petits et grands. CAFÉ DES AIDANTS  : POUR SOULAGER LES FAMILLES « Ici, on est entendu et compris, sans jugement », « c’est une soupape »  : au Café des Aidants d’Uzès, organisé par Présence 30 Gard, les témoignages des proches de personnes dépendantes convergent. Parents de jeunes handicapés, époux ou enfants de malades d’Alzheimer…  : tous apprécient de se retrouver car « tant qu’on n’est pas touché, on ne se rend pas compte de ce qui est impacté au quotidien ». Réveils nocturnes, vigilance de tous les instants, repli sur soi car on n’ose pas confier ses difficultés aux amis ou à la famille  : c’est pour trouver un soutien et des solutions pratiques, pour échanger des astuces et partager leurs expériences qu’une dizaine d’aidants se retrouvent, sans obligation d’assiduité, dans cet espace convivial où la confidentialité est garantie. parole d’élu Les rôles s’inversent Quand la maladie s’invite dans le quotidien, les rôles s’inversent  : les enfants doivent assumer la fonction de parents, des maris âgés doivent apprendre à cuisiner…, commente Corinne Costa, travailleuse sociale qui encadre le groupe, avec une psychologue, Carole Mondongue. Des ateliers d’écriture, de peinture ou d’activités physiques sont proposés aussi dans le cadre de la conférence des financeurs*. Ces actions mises en place pour éviter l’épuisement des aidants ne sont pas du luxe  : « Ils sont nombreux à partir avant les personnes qu’ils aident, d’après de récentes statistiques », rappelle Corinne Costa. Ici, les aidants peuvent évoluer vers l’acceptation d’un accueil de jour pour les soulager, voire d’un hébergement durable quand cela devient nécessaire. Leur sentiment de culpabilité s’estompe quand ils observent que la personne malade se sent en sécurité dans l’établissement qu’ils ont choisi. « Nous avons aussi mis en place des actions de prévention des chutes des personnes âgées, des outils domotiques et des groupes de parole pour les aides à domicile », résume Olivier Gibelin, président de Présence 30 Gard et l’un des vingt-huit signataires des conventions avec le Département, pour un programme coordonné d’interventions* – une première en région, saluée par Monique Cavalier, directrice de l’Agence Régionale de Santé Occitanie. (*) voir Parole d’élu. Contact  : Café des Aidants d’Uzès, le 1er mardi du mois, de 14h30 à 16h30, 1 Bd Gambetta (Le Vieux Café) d’Aniathazze. « Les problèmes sont là, on ne va pas les enlever. Mais en parler fait du bien, on se sent plus léger », résume une participante. LA SÉCURITÉ, AFFAIRE DE TOUS 42 M € par an pour le service départemental d’incendie et de secours (SDIS), hors contribution exceptionnelle en cas de catastrophe naturelle  : tel est l’engagement du Département pour les trois années à venir (2017-2019). La convention, signée le 20 mars dernier, prévoit également la reconstruction de la caserne de Pont-Saint- Esprit et la construction des centres de secours de Nîmes Ouest et d’Alès Ouest. Le Département manifeste ainsi sa ferme volonté d’assurer la sécurité des Gardois et de leurs biens. Rappelons, comme l’indique le rapport remis par le président du SDIS au ministre de l’Intérieur, lors de l’inauguration de la base d’avions de la sécurité civile (BASC) le 10 mars dernier (notre photo), que la sécurité civile est l’affaire de tous et que rien ne vaut une prévention efficace. « Le Département a invité 28 associations gardoises à une « Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées » présidée par Denis Bouad, à Nîmes. D’ici 2030, le Gard comptera 9 500 personnes dépendantes supplémentaires – d’où l’urgence de se concerter pour définir des priorités  : accès aux équipements et aux aides techniques individuelles, forfait autonomie, coordination et appui des actions de prévention menées par les services d’aide à domicile et soutien aux proches aidants. La Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) a alloué 1,4 M € pour des actions nouvelles de prévention, collectives et individuelles, favorisant l’équité d’accès sur tout le territoire. L’accent sera mis sur les Cévennes et Nîmes qui comptent davantage de personnes âgées… » Christophe Serre, vice-président du Département délégué à l’autonomie des personnes âges et handicapées.
PAROLE DE GARDOIS Dans le Gard, nous avons une spécificité  : intervenir dans les structures d’insertion et les missions locales pour aider les publics en difficulté à retrouver un emploi. Nous lançons un appel aux seniors qui souhaiteraient partager leurs expériences acquises en milieu professionnel. » CHRISTIAN GREMILLOT, délégué territorial de l’ECTI, association reconnue d’utilité publique qui organise la transmission bénévole d’expérience par des professionnels seniors. Contact  : ECTI Languedoc, tél. 06 09 87 24 63 Ambiance concentrée mais conviviale autour du duo d’animateurs Gérard Angot et Christian Gremillot, bénévoles de l’ECTI. LA LAÏCITÉ SANS LE DIRE 30 3L’INFO DU DÉPARTEMENT Laïcité  : le mot peut impressionner les enfants, alors que la pratique leur vient spontanément. C’est le constat d’Isabelle Fardoux-Jouve, conseillère départementale déléguée à la lutte contre les discriminations, la promotion de l’égalité et de la laïcité, qui a voyagé d’école en école, dans le Gard, avec le conteur Guy Gatepaille  : « Il commence à raconter une histoire adaptée à l’âge de son public, puis il suspend son récit et c’est aux enfants d’imaginer la suite. Par exemple  : Il ne reste qu’un arbre. Comment en partager l’ombre ? » Les solutions trouvées par les enfants sont des règles du vivre ensemble. « Il vaut mieux apprendre à faire de la laïcité qu’essayer de l’expliquer », commente l’élue. Une fresque sur ce thème, réalisée par des lycéens de Saint- Christol-lès-Alès, accompagne ses déplacements. Le travail avec les enfants, réalisé aussi avec Karim, danseur et griot, sera amené au Burkina Faso. Les centres sociaux du Département pourront accueillir ce projet, et le Musée laïc d’Art Sacré du Gard, à Pont Saint-Esprit, s’est également mobilisé sur ces questions. Contact  : isabelle.fardoux-jouve@gard.fr Retrouvez sur gard.fr l’interview de Guy Gatepaille. RETOUR À L’EMPLOI  : PAS SEULS Dans ce bureau de l’association La Clède, à Alès, Romain joue le rôle d’un employeur recrutant une aide à domicile, et Mounira celui de la demandeuse d’emploi. Plus tard, ce sera Hassina qui jouera le recruteur face à Romain. Au total, ils sont cinq à s’entraîner mutuellement et à commenter leurs performances. Savoir mettre en avant ses compétences, découvrir l’importance de la gestuelle  : tout compte dans ces simulations d’entretien menées sous l’œil attentif de Gérard Angot et Christian Gremillot, deux chefs d’entreprise devenus bénévoles pour l’ECTI. « Ne faites pas de réponses négatives  : si vous ne savez pas vous servir d’un appareil, dites que vous êtes prêts à vous former », conseille Gérard. Les vingt-cinq adhérents de l’ECTI du Languedoc interviennent en binômes pour accompagner le retour à l’emploi des personnes en insertion. Le groupe que Gérard et Christian suivent depuis janvier a beaucoup progressé  : « C’est dommage que le monde de l’entreprise et celui de l’insertion se connaissent si peu. Nous essayons de créer des passerelles. » 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :