[30] Le Gard mag' n°2 mar/avr/mai 2018
[30] Le Gard mag' n°2 mar/avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mar/avr/mai 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (190 x 245) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : en mai, j'ai régate.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
06 comment ça marche ? Alerte enfance Gard VOISINS, AMIS, PARENTS, ENSEIGNANTS, NOUNOUS… LA SITUATION D’UN ENFANT VOUS PRÉOCCUPE, VOUS CRAIGNEZ QU’IL NE SOIT EN DANGER, VOUS PENSEZ QU’IL A BESOIN D’AIDE ? développe les solidarités IL Y A DES SIGNES Quand QUI NE faut-il TROMPENT s’alarmer PAS ! ? Matthias 2 ans Leila 7 ans #02 printemps 2018 Alexandre 4 ans Quelque chose vous interpelle dans le ALERTE comportement ENFANCE d’un enfant. GARD Il est triste, négligé, isolé, ou au contraire agressif, violent, instable. Vous le sentez en souffrance…. Bref, vous n’êtes pas sûr mais vous pensez que cet enfant peut être en danger. 0 810 8000 30 parole d'élu « En juin, nous signerons la charte constitutive de l’observatoire départemental de la protection de l’enfance qui rassemble tous les partenaires institutionnels en relation avec l’enfance. C’est l’outil de mesure et de coordination qui manquait pour suivre l’évolution de la situation de l’enfance dans le Gard, évaluer les politiques publiques et les acteurs qui les conduisent et améliorer nos réponses communes. » JEAN-MICHEL SUAU, VICE-PRÉSIDENT DÉLÉGUÉ À LA PROTECTION DE L'ENFANCE ET À LA FAMILLE Comment alerter ? Appelez le 0 810 8000 30. Un professionnel de la cellule Alerte Enfance Gard vous répond immédiatement. L’appel peut rester anonyme à votre demande. En fonction des informations données, votre interlocuteur décidera de l’action à conduire. Quel traitement de l’information préoccupante ? Elle est immédiatement transmise au centre médicosocial du territoire dont relève la famille de l’enfant. Le service social, la PMI et l’aide sociale à l’enfance étudient l’information recueillie et évaluent la situation  : la famille est-elle déjà connue des services sociaux ? Quel type d’intervention est souhaitable ? Une équipe médico-sociale se rend au domicile de la famille pour proposer diverses solutions à ses difficultés. Chaque situation fait l’objet d’une réponse adaptée. Si la famille refuse d’accueillir les services sociaux, le Département est dans l’obligation d’en informer le Parquet des mineurs. Le suivi de la famille Si la famille accepte cette aide, l’accompagnement se met en place. Il prend de multiples formes  : aide à l’organisation de la vie quotidienne, aide éducative à domicile, hébergement temporaire pour l’enfant etc. Tous les aspects de la vie quotidienne de l’enfant sont pris en compte et ses parents aidés dans leurs difficultés personnelles. Un suivi régulier de la famille permet de réviser le dispositif à tout moment. Appelez Alerte Enfance Gard au 0 801 8000 30 Ce numéro est opérationnel du lundi au vendredi, le 119 prend la relève aux horaires de fermeture.
L'interdiction du portable au collège JEAN-LUC DIMEUR, Principal au collège Révolution à Nîmes. La mise en condition. Interdire le téléphone au collège, c’est une manière de sacraliser l’environnement scolaire, de lui reconnaître sa spécificité de lieu de travail des élèves qui nécessite leur plein investissement. C’est également apprendre que chaque lieu a ses usages et ses règles. La déconnexion. Nos élèves ont l’âge où leur curiosité et leur désir d’appartenance sociale les poussent à rester ultra-connectés en permanence pour ne pas rater le bon tweet  : c’est incompatible avec un bon apprentissage. La lutte contre l’addiction. Les jeunes passent de plus en plus de temps devant un écran et c’est dangereux. Interdire l’usage du smartphone, c’est apprendre qu’il est possible d’avoir des activités riches et épanouissantes en son absence et éviter ainsi d’en devenir dépendant. La protection des élèves. Mal utilisé, il peut se retourner contre son utilisateur. Une simple photographie prise et diffusée sur le net, sans connaissance du droit, peut mettre en grande difficulté son auteur. De fausses alertes sur internet peuvent créer un mouvement de panique et gêner les procédures normales comme on a pu l’expérimenter lors d’un récent épisode cévenol. ALEXANDRA RUBI, Mère de deux collégiens à l’Institut Emmanuel d’Alzon à Nîmes POUR/CONTRE LE MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE A ANNONCÉ QU’IL SOUHAITAIT INTERDIRE LE TÉLÉPHONE PORTABLE DANS LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES DÈS LA RENTRÉE 2018. CETTE QUESTION SUSCITE LE DÉBAT. QU’ON SOIT POUR OU CONTRE, C’EST L’INTÉRÊT DE L’ENFANT QUI PRIME. pour contre Un objet rassurant. Même si nous sommes informés en temps et en heure de l’absence de nos enfants, le téléphone demeure rassurant surtout sur le trajet école-maison ou écoleactivité périscolaire. Rassurant aussi pour les enfants… Une mesure anticipée. Dans le collège de mes enfants comme dans beaucoup d’autres, l’interdiction du téléphone est inscrite dans les règlements intérieurs, et donc de fait l’utilisation est déjà contrôlée. Une décision anachronique. Nous vivons dans l’ère du « tout numérique ». Les collèges, les débouchés professionnels sont numériques. Le smartphone serait-il le responsable de tous les maux ? Une sanction difficile. Je m’interroge sur la mise en place du dispositif d’interdiction  : la communauté éducative aura-t-elle les moyens de faire les contrôles et assumera-t-elle les sanctions ? 07



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :