[30] Le Gard mag' n°2 mar/avr/mai 2018
[30] Le Gard mag' n°2 mar/avr/mai 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de mar/avr/mai 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (190 x 245) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : en mai, j'ai régate.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
POINTS DE VUE Le Bon Sens Républicain Cessons d’ennuyer les Français ! Le Département va investir 194 millions pour apporter le très haut débit à tous les Gardois. Cette année 46 millions sont consacrés à la modernisation et la sécurisation des 4 550 km de routes départementales. Institution de proximité, le Département agit et investit pour améliorer le quotidien des Gardois pendant que des technocrates parisiens proposent des mesures répressives envers les automobilistes et oublient d’aider les territoires à sécuriser les routes dangereuses. La réduction de la vitesse à 80 km/h sur toutes nos routes départementales est une mesure gouvernementale déconnectée de la réalité. Notre groupe politique souhaite une application restreinte aux routes dangereuses à partir d’une étude AU CAS PAR CAS entre l’État, le Département et les communes. En tant qu’élus de terrain il nous appartient de défendre les intérêts des Gardois contre des décisions nationales éloignées du quotidien en province. C’est le sens de notre mobilisation pour limiter la fermeture de classes dans les écoles rurales, maintenir les cours d’appels existantes ou défendre la viticulture lorsque la ministre de la Santé réduit le vin à un danger pour la santé identique aux alcools forts. Que serait notre Gard sans ses vignes ? Le nectar issu de nos terres et de nos cépages est un atout économique très envié au-delà de nos frontières. Cessons d’ennuyer les Français ! Laurent Burgoa, Président du groupe Le Bon Sens Républicain 26 #02 printemps 2018 UDI et Indépendants Le Gard à deux vitesses ! Tandis que la vitesse sur les routes départementales devrait s’abaisser à compter du 1er juillet, pour le haut débit, le département du Gard donne, au contraire, un coup d’accélérateur ! Si pour la première mesure, on peut s’interroger sur son efficacité, pour la seconde mesure, on ne peut que s’en féliciter. Car le département du Gard est en retard, très en retard et il fallait en effet passer à la vitesse supérieure. Dans chaque foyer, internet est désormais une nécessité. L’eadministration galopante, encouragée par tous, doit être accessible pour tous. Faciliter l'utilisation des technologies de l'information et de la communication par la montée en débit et le déploiement de la fibre optique était une nécessité absolue. WiGard est désormais d’utilité publique et ce déploiement permettra à chaque Gardoise et Gardois de se connecter aisément sur la planète web. Mais au-delà de l’impact positif pour chaque foyer, c’est aussi l’attractivité du territoire et l’économie de notre département qui vont en tirer profit. L’investissement important engagé, à hauteur de 250 millions d’euros, pourrait donc bien rapidement être amorti devant le confort et les avantages que procurera ce nouveau réseau. Passer à la vitesse supérieure est donc parfois nécessaire, tant que cela ne met pas en danger autrui ! Thierry Procida, Président du groupe UDI et Indépendants Front national Séparons le bon grain de l’ivraie Il existe des dépenses publiques qui sont unanimement reconnues comme étant utiles et nécessaires pour favoriser l’attractivité d’un territoire. Le déploiement du très haut débit à l’échelle départementale fait ainsi partie des projets d’intérêt général que nous soutenons. En revanche, lorsque l’idéologie prend le pas sur la raison, nous ne manquons jamais à notre devoir qui est de défendre les intérêts des Gardois. Au lieu de subventionner la propagande en faveur de l’accueil des migrants ou une amicale d’anciens élus, donnons-nous les moyens de lutter contre la fraude sociale et expérimentons des alternatives aux politiques d’insertion dont l’efficacité n’est pas incontestable. Insertion ne doit plus rimer avec assistanat. Nous sommes soucieux que l’argent des contribuables soit utilisé à bon escient. Pourquoi ne pas proposer un contrat de travail de sept heures par semaine aux bénéficiaires du RSA ? Chacun serait gagnant  : plus de social, moins de socialisme. Pourquoi ne pas appliquer au Département la clause dite « Molière » ? Insérée dans les marchés publics en particulier pour la réalisation de travaux publics, cette clause permettrait d’imposer à l’entreprise retenue pour le marché d’employer des salariés qui parlent français, ou de prévoir une prestation de traducteur. Voilà une idée qui permettrait de défendre l’emploi local. Les Gardois d’abord ! Nicolas Meizonnet, Président du groupe Front national
Ingrédients RIZ COMPLET ET RIZ NOIR DE CAMARGUE ½ OIGNON CISELÉ 1 LITRE DE BOUILLON DE VOLAILLE ET 2 CUILLERÉES D’HUILE D’OLIVE VIERGE 4 ASPERGES VERTES 4 FILETS DE ROUGET DE MÉDITERRANÉE 2 CITRONS 100 G + 125 G DE SUCRE Beurre au safran QUELQUES PISTILS DE SAFRAN ¼ JUS DE CITRON 80 G DE BEURRE ET 2 CL CRÈME FLUIDE CITRON CONFIT EN ZESTE AU SIROP HERBES FOLLES VENECRESS, ATSINA CRESS Le Gard militant du GOÛT Riz de Camargue au citron confit filet de rouget et beurre au pistil de safran du Gard proposée par Serge et Maxime Chenet Niveau moyen Préparation 40 minutes Cuisson 35 minutes Coût peu coûteux Personnes 4 27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :