[30] Le Gard mag' n°1 déc 17/jan-fév 2018
[30] Le Gard mag' n°1 déc 17/jan-fév 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de déc 17/jan-fév 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Gard

  • Format : (190 x 245) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,3 Mo

  • Dans ce numéro : la qualité Gard.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
comment ça marche ? Accompagner la perte d’autonomie des personnes âgées UN PARENT QUI A BESOIN D’AIDE POUR RESTER À DOMICILE ? UN PROCHE QUI NE PEUT PLUS VIVRE SEUL ? QUE FAIRE ? QUEL SOUTIEN POUR LES AIDANTS ? Quelles démarches ? 1° Quelle orientation ? 2° Maintien à domicile Dépôt d’un dossier d’Aide personnalisée à l’autonomie (APA) auprès du Service territorialisé de l’autonomie (STA) de son secteur ou de la mairie ou du CCAS de sa commune. Évaluation du plan d’aide (aide ménagère, frais de transports, adaptation du logement, portage de repas, dépenses d’hygiène, accueil de jour en maison de retraite…) et du montant de l’allocation par l’équipe médico-sociale du STA. Participation financière en fonction des ressources  : c’est le ticket modérateur. Hébergement en structure d’accueil Famille d’accueil, résidence autonomie, maison en partage, maison d’accueil et de résidence pour l’autonomie, résidence services seniors. ou Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Coût à la charge de la personne. Si les ressources sont insuffisantes, obligation pour les familles de participer à la prise en charge. Si les revenus et contributions familiales sont inférieurs au coût de l’hébergement, le Département intervient. NB  : l’aide du Département est récupérable sur succession. 06 #01 hiver 2018 1 re étape  : prendre rendez-vous avec le médecin traitant. 2 e étape  : contacter, selon la perte d’autonomie  : sa caisse de retraite principale, un Service territorialisé de l’autonomie (STA) du Département si la dépendance nécessite une prise en charge plus importante. parole d'élu « Pour accompagner les personnes en perte d’autonomie et soutenir leurs familles, le Département a créé le carnet de l’autonomie. Ce guide part de situations très concrètes pour donner les bons contacts et les aides proposées. Il est disponible dans les centres médico-sociaux du Département et les centre communaux d’action sociale des mairies. Il facilite vraiment les démarches des Gardoises et des Gardois confrontés à ces situations. » CHRISTOPHE SERRE, VICE-PRÉSIDENT DÉLÉGUÉ À L’AUTONOMIE Et les aidants ? Les activités extérieures me permettent de décompresser. 3° Être soutenu des solutions de répit  : services d’aides à domicile, accueils de jour, accueillants familiaux… un soutien moral et psychologique  : psychologues, psychothérapeutes, équipe spécialisée Alzheimer (apmf.fr, mediation-familiale.org, aidants.fr). Être reconnu Rémunération ou dédommagement du proche aidant sous conditions limitées (être âgé de plus de 16 ans, ne pas être concubin ou conjoint de la personne aidée).
Produire 100% bio DENIS ARMAND, Domaine du Mas d’Espanet à Saint-Mamert L’efficacité. Je me suis engagé dans le bio en 2005. Le déclencheur a été la perte d’une vigne, à cause d’un désherbant. Depuis que je fabrique moi-même les composts, cela ne s’est jamais reproduit ! La santé. Je suis sensible à tous les produits phytosanitaires. En agriculture conventionnelle, je souffrais d’irritations, de maux de tête… Je m’étais empoisonné et n’avais aucune intention de nuire à la santé de mes employés ou des consommateurs ! Et en tant que producteur bio, je paie des certifications pour justifier de l'absence de nocivité. Le respect de la nature et le bon sens paysan.On ne dirige pas la nature. Il suffit d’observer, d’anticiper, de respecter les équilibres, d'écouter les conseils des anciens. Je travaille en biodynamie, de bonnes pratiques agricoles qui respectent les rythmes cosmiques. La demande des consommateurs. Le bio est très demandé même s’il est plus cher. Le Département a soutenu notre commercialisation. Ma vigne est en pleine forme et la vie est revenue dans les sols ! POUR/CONTRE LE GARD EST LE 2 E DÉPARTEMENT DE FRANCE EN NOMBRE DE PRODUCTEURS BIO. MAIS LE CHOIX DU BIO FAIT-IL L’UNANIMITÉ ? QU’ELLE SOIT CONVENTIONNELLE OU BIO, C’EST UNE AGRICULTURE TOUJOURS PLUS RESPECTUEUSE DE LA NATURE QUE LE DÉPARTEMENT SOUTIENT. pour contre THIERRY MEYNIER DE SALINELLES Domaine Mas Grand Saint André, Saint-Gilles Président de la coopérative agricole Conserve-Gard Le bio et le conventionnel sont complémentaires. On a besoin des deux. Je ne suis pas contre le bio mais il faut être réaliste. On ne peut pas nourrir la population mondiale en bio car les rendements sont inférieurs et nous n’aurions pas assez de surfaces productives. L’arboriculture, en particulier, est sensible aux maladies, aux champignons, aux insectes… Les techniques culturales biologiques doivent encore progresser, et la formation des hommes également. Le bio en est aujourd’hui au même stade que le conventionnel il y a trente ans. Je préfère une très bonne culture raisonnée avec des techniques maîtrisées et contrôlées qu’un mauvais bio qui ne prend pas en compte tous les paramètres environnementaux. Pour faire du bio, il faut que l’environnement alentour soit également dans une démarche vertueuse. Ce n’est pas toujours le cas  : trafic routier, cultures non biologiques, usines à proximité… Il y a donc des territoires qui s’y prêtent mieux que d’autres. Avec Conserve-Gard nous travaillons à la conversion des vergers en bio pour Saint-Mamet mais cela prendra du temps car il ne faut pas cacher l’impératif de rentabilité. Soyons professionnels et lucides sur cette évolution culturale. 07



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :