[2A] La Voix du Sud n°23 avr/mai/jun 2014
[2A] La Voix du Sud n°23 avr/mai/jun 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de avr/mai/jun 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Corse-du-Sud

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : accueillant familial, un métier reconnu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Opinion libreLibariu avisu Conformément à la loi n°2002-76 du 27 Février 2002 relative à la démocratie de proximité, cette tribune d’expression est réservée à chacun des groupes d’élus du Conseil Général. Laurent MARCANGELI - Canton d’AJACCIO I - UMP CE N’EST PAS EN SUPPRIMANT LES DÉPARTEMENTS QUE L’ETAT SE MODERNISERA Le Premier Ministre a consacré un long moment de sa déclaration de politique générale à l’organisation territoriale de la France. Sous couvert de réforme en profondeur du pays, il a notamment indiqué vouloir supprimer les Conseils départementaux en 2015 ou 2016. En contradiction avec ses propos de janvier à TULLE, le Président de la République est venu à son tour confirmer cette orientation. A peine redessinés, confirmés et « modernisés », si l’on s’en réfère aux termes employés par un certain Manuel VALLS, Ministre de l’Intérieur, pour convaincre le Parlement de voter la loi du 17 mai 2013, les Départements sont donc appelés à rejoindre les vestiges de l’histoire administrative, n’étant plus adaptées aux défis du monde actuel. Cette perspective purement comptable est incohérente. Elle est surtout infondée. Le travail mené depuis des décennies par les Départements, leurs élus et leurs personnels pour accompagner les familles en difficultés et la croissance des territoires a fait de ce niveau de collectivité un acteur reconnu et irremplaçable de toutes les solidarités. Ce n’est pas parce que l’on va supprimer les Départements que les dépenses liées aux services et prestations aux habitants disparaîtront. Il faudra toujours aider les plus démunis, soutenir nos aînés, transporter les élèves, construire des routes ! Il s’agit donc une fois de plus de « story telling », d’annonces destinées à détourner les citoyens des vrais sujets : l’urgence à rééquilibrer les comptes publics, à rétablir la compétitivité de l’économie. Si le débat sur l’organisation territoriale est nécessaire, ce n’est pas en faisant du « local bashing » que l’Etat se modernisera. Quand la tête est malade, on ne commence pas par soigner ses membres. François CASASOPRANA - Canton d’AJACCIO III - DVG POUR UNE ACTION DEPARTEMENTALE EFFICACE Le Premier Ministre, Manuel VALLS, a proposé une importante réforme du « millefeuille territorial » pour faire gagner l’administration territoriale de la République en efficacité. Personne ne peut nier aujourd’hui l’utilité de l’action départementale : solidarité, équilibre territorial, lien de proximité... C’est dire combien est juste la décision du Premier Ministre de faire précéder la réforme d’un temps pour le débat, la concertation entre les élus et la population. Ce temps sera utile, particulièrement pour offrir des garanties aux territoires les plus fragiles. Changer l’action locale en profondeur est particulièrement important en Corse. Auditionné par la Commission « CHAUBON », en mars dernier, j’avais proposé que la prochaine mandature (2015-2021) soit consacrée à redéfinir et préciser les compétences de chaque échelon, avec notamment : - La montée en puissance de la CTC, par exemple dans le domaine du social ; - L’essor des intercommunalités à l’échelle des bassins de vie (centres intercommunaux d’action sociale, pouvoirs de police et d’entretien des voies, compétence de promotion touristique…) ; - Le transfert de moyens d’action depuis le Département vers la Région et les intercommunalités ; - Le maintien du Département comme cadre spatial d’intervention pour la proximité ; - La transformation des conseils départementaux élus en une chambre des territoires, élue au scrutin binominal paritaire, constitutive, à côté de l’Assemblée de Corse, de la CTC. C’est aussi le cap choisi par le Premier Ministre, le seul à garantir des choix pertinents, des politiques efficaces et un renforcement des moyens sans fiscalité supplémentaire. Cette approche ne saurait être résumée à la suppression pure et simple des conseils généraux qui légitime les peurs et donne à tous les conservateurs l’occasion de développer les arguments les plus fantaisistes et les plus populistes. Elle est au contraire une réforme moderne qui donne un nouveau souffle à l’action publique dans le Département et qui en renforce la légitimité. Loin d’enlever quelque chose aux citoyens, elle va permettre de renforcer le service public qui leur sera rendu. Et c’est bien le rôle d’un élu que de vouloir augmenter l’efficacité des politiques publiques… Paul-Joseph CAITUCOLI - Canton de PETRETO-BICCHISANO - Nationaliste DE LA FRACTURE TERRITORIALE A L'AMPUTATION RURALE Depuis de nombreuses années, la désertification rurale et son corollaire, la fracture territoriale, est un sujet évoqué, palabré dans toutes les enceintes politiques, de la base au sommet du système politique Français et Européen. Une sorte de tarte à la crème ou de mille-feuille sans crème !!! ! Tous les voyants de cette fracture sont au rouge : désert médical, précarité galopante, pouvoir d'achat des ruraux inférieur de 30% à celui des citadins, disparition des services publics de proximité…, toutes ces difficultés sont affrontées avec abnégation par les Maires des petites Communes qui tentent d'endiguer ce tsunami du désert, qui emporte sur son passage la culture, le patrimoine, et l'identité de nos territoires ruraux !!! L'interlocuteur de ces combattants du riacquistu, est le Conseil général. Je suis un fervent défenseur de la simplification administrative, de la réforme institutionnelle, et ce depuis que je milite (1987), mais cette architecture institutionnelle est au service d'un projet de société avec l'homme au cœur du dispositif, pour permettre son épanouissement et son émancipation. Pour nos territoires ruraux c’est un dispositif au service de leur revitalisation en synergie avec les centres urbains. Aujourd'hui, il faut le dire, c'est grâce au courage politique de l'actuel président du Conseil général de Corse-du-Sud que nous avons les moyens de tenter de sauver les meubles dans un rural où le vide coûte plus cher que le plein selon la formule d'un polytechnicien du Canton de PETRETO. La nouvelle réforme des Cantons, sonne le glas de la revitalisation et prononce l'ablation du rural, du système économique, social et culturel de nos vallées, de nos pieves !!! ! Au nom de l'égalité des citoyens dans un système démocratique, ce principe de non discrimination entraîne paradoxalement des inégalités car il ne tient pas compte du patrimoine, de la culture, de l'environnement et de l'aménagement du territoire. Une uniformité génératrice d’inégalités. Ce découpage, vient déstabiliser les schémas de l'intercommunalité en éclatant les territoires, avec des projets sur plusieurs Cantons, ce qui ajoute à la confusion et aux stratagèmes politiciens. Ainsi, seuls les grands partis traditionnels pourront s'affronter, pour espérer renforcer la puissance de leurs appareils respectifs, quid des projets et de la démocratie locale, de la proximité. Alors qu'une assemblée des territoires pourrait sur la base des intercommunalités, administrer de façon cohérente notre vivre ensemble. L'assemblée régionale réalisant les infrastructures de base !!! Cette proposition pourrait-être étudiée par la commission CHAUBON. INFOS CG2A Suite aux récentes éléctions Municipales et afin de ne pas tomber sous le cumuldes mandats, nous vous informons que Laurent MARCANGELI Conseiller général d’AJACCIO I et Jean-Louis LUCIANI Conseiller général d’AJACCIO VII ont démissionés. Ainsi, c’est pour chacun d’entre eux, leur suppléante respective qui prendra la relève en mai et ce jusqu’aux prochaines éléctions cantonales. Laurent MARCANGELI sera donc remplacé par Aghuitella PIETRI-MISTRE et Jean-Louis LUCIANI par Marie-Thérèse BARANOVSKY. 14 Avril 2014. N°23 - Conseil général de la Corse-du-Sud - www.cg-corsedusud.fr
CE MOIS-CI DECOUVREZ La parole a ` nos partenairesPartinariatu COORDONNÉES : 2, rue Commandant LHERMINIER - 20200 BASTIA Tél. : 04 95 31 59 15 - Fax : 04 95 32 52 42 E-mail : corse-echecs@orange.fr Président : Léo BATTESTI Tél. : 06 45 53 00 54 E-mail : leobattesti@wanadoo.fr UN PARTENARIAT EXEMPLAIRE A PLUS D’UN TITRE… La ligue Corse d’Echecs est la plus grande association sportive de Corse. En 1997, date de sa création, elle avait 120 membres. Elle a aujourd’hui plus de 7 000 licenciés, ce qui la place en tête des ligues insulaires pour les moins de 16 ans ! Si, historiquement, le sport Echecs s’est développé dans la région bastiaise, il est aujourd’hui présent dans toute l’île. La Corse-du-Sud a connu, grâce, en particulier au partenariat avec le Conseil général, un formidable essor. Des clubs ont été créés à Aiacciu, dans l’Extrême sud, en ALTA ROCCA, dans le grand AIACCIU et la région de PORTIVECHJU. Plus de 3 000 scolaires du département bénéficient ainsi de l’enseignement d’une heure par semaine dans le temps scolaire, nécessitant la mobilisation de 6 salariés de la ligue. Ils ont également droit à de nombreux supports pédagogiques : manuels, mensuels. Mais aussi, pour la Corse-du-Sud, d’un cahier d’exercices, édité par le Conseil général de la Corse-du-Sud, comportant une centaine de problèmes pour tous niveaux de jeu et très apprécié par les scolaires. De nombreux tournois internationaux sont organisés, comme ceux, en juillet, à QUENZA et CIAMANACCE qui accueillent l’élite mondiale. Autre grand événement à PORTIVECHJU avec, au mois de mai, un grand match entre deux légendes des Echecs. De nombreux champions du monde y ont participé avec comme public, au centre culturel, 600 enfants de la région. Des opens internationaux ont lieu régulièrement à AJACCIO et, cette année, à PORTICCIU. Les meilleurs joueurs européens y seront présents. Les jeunes corses sont aujourd’hui parmi les meilleurs au niveau fédéral, comme l’ajaccien Albert TOMASI qui a été champion de France et vice-Champion d’Europe. Une « SCOLA CORSA DI L’ECCELLENZA » a été créée cette année. Elle permet l’encadrement spécifique de l’élite jeune et a pour ambition d’encore mieux représenter notre île lors des championnats de France, d’Europe et du monde. Dans les catégories -12 -10 et -8 les espoirs insulaires sont parmi les favoris, ce qui était inconcevable il y a quelques années à peine. Le développement de masse initié par la ligue a donc porté ses fruits. Il a créé une élite insulaire qui donne une belle image de notre île et a permis à des dizaines de milliers de jeunes d’apprendre des valeurs de respect des règles et d’autrui qui leur seront fort utiles dans leur construction individuelle. L’exemple de la ligue Corse a, d’autre part, de fortes retombées internationales. Son Président, Léo BATTESTI, a été invité à le présenter, entre autres, à Pékin, Mexico, Sofia, Moscou, Londres, Vice-Président : Jean-Marie MARIOTTI Tél. : 06 18 68 02 24 E-mail : mariotti.jeanmarie@orange.fr Vice-Présidente : Marie-Paule TOMASI Tél. : 06 11 35 03 76 E-mail : mptomasi20@gmail.com Le tournoi de QUENZA en Juillet est une belle illustration du partenariat ligue corse d'Echecs, Conseil général 2A. Tlemcen, Budapest à l’occasion de prestigieuses manifestations internationales. Les plus grands champions actuels vantent l’île et leurs médias nationaux parlent abondamment de leur match en Corse, à l’instar des champions du monde, la chinoise Hou YIFAN et l’indien Vishy ANAND, héros d’un pays de plus d’un milliard d’habitants. Le partenariat avec le Département 2A est exemplaire à plus d’un titre. Sortant d’une routine qui consiste à avoir une politique sportive identique à celle du siècle dernier, le CG2A a pris en compte les évolutions de la société, les réalités du terrain et accompagné une démarche qui a prouvé sa réalité et son intérêt pour le devenir collectif de la Corse. Cette politique commune est particulièrement visible lors du championnat de Corse de Blitz (parties très rapides) qui a lieu chaque année à QUENZA et qui attire plus de 300 personnes au cœur de l’ALTA ROCCA. L’importance d’une présence sportive de qualité dans les zones rurales est ainsi soulignée et assumée par les deux partenaires. Sans doute un autre exemple à suivre… Notre magazine trimestriel a été conçu en vue de mieux faire connaître l’action du Conseil général de la Corse-du-Sud. Cette dernière ne serait pas complète si elle ne faisait mention des partenaires de la Collectivité départementale. 15 Avril 2014. N°23 - Conseil général de la Corse-du-Sud - www.cg-corsedusud.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :