[29] Penn ar bed n°153 jui/aoû/sep 2019
[29] Penn ar bed n°153 jui/aoû/sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°153 de jui/aoû/sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Finistère

  • Format : (220 x 275) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : le Finistère s'engage pour l'environnement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
JEUNES MAGAZINE PENN AR BED/N°153/JUIN 2019 BREST CREATIV'MAKERS LES JEUNES FONT LEUR CINÉMA Des jeunes de Brest découvrent depuis l'an passé l'univers du cinéma et de la musique grâce à la réalisation d'un court-métrage et de sa bande originale. A 42 Action ! Sur le plateau, un hall d'immeuble du quartier de Kérédern, le silence se fait. Techniciens et acteurs sont à l'œuvre. Depuis l'an passé, des jeunes de Bellevue, Kérédern et Lambézellec à Brest participent à la création d'un court-métrage et de sa bande originale à l'initiative du Patronage laïque de Lambézellec. « C'est un projet formidable qui nous permet de découvrir les métiers liés au cinéma et à la musique, mais qui montre aussi le quartier sous un autre angle », s'enthousiasme Léa, l'actrice principale, une jeune lycéenne de 17 ans. De l'écriture du scénario à la postproduction, en passant par le jeu d'acteur ou la prise de vue, une quarantaine de jeunes âgé-e-s de 11 à 24 ans ont VALORISATION DES DÉCHETS + D’INFOS SUR brestcreativmakers trouvé là un moyen d'exprimer leur créativité. « Il s'agit d'un projet réalisé dans des conditions professionnelles », précise Lætitia Dagorn, l'animatrice. Ainsi, l'équipe a travaillé avec le collectif Rocade de Brest pour le cinéma et Locamusics Records pour la bande originale. Le souhait de l'équipe est maintenant de voir leur court-métrage faire partie de la sélection du prochain Festival européen du film court de Brest en novembre. Léa, elle, y croit très fort ! GAËLLE MÉVEL A L'ART DE RECYCLER LE PAPIER 1 500 € de subvention du Département + D’INFOS SUR www.ty-paper.com AtelierTyPaper MATHIEU LE GALL Gaëlle Mével n'était encore qu'une enfant lorsqu'elle participa, à la faveur d'une sortie scolaire, à un atelier de création de papier suivi d'une séance de calligraphie. « Cela m'a totalement fascinée », se souvient l'étudiante en dernière année de Design de la transition à l'EESAB* de Brest. « On peut réutiliser tout ce qui nous entoure et notamment le papier. On peut fabriquer du mobilier, des petits objets, refaire du papier… », s'enthousiasme-t-elle. Ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est transmettre sa passion. Les enfants de l'école du Quizac à Brest l'ont déjà expérimenté à l'occasion de TAP** qu'elle animait. Désormais, elle propose aussi des ateliers aux écoles du Finistère  : « Je viens avec tout le matériel, broyeur, mixeur, séchoir. J'ai créé un code couleur pour chaque machine. Quand les enfants ont compris le processus, ils peuvent être autonomes », expliquet-elle. Cet atelier a été mis en place grâce à une subvention de 1 500 € du Département dans le cadre du FDAIJ***. * EESAB  : École européenne supérieure d'art de Bretagne ** TAP  : Temps d'activités périscolaires ***FDAIJ  : Fonds départemental d'aide à l'initiative des jeunes MATHIEU LE GALL
FRANCK BÉTERMIN SOCIÉTÉ PAUVRETÉ  : PAROLE AUX JEUNES Le 9 avril dernier une centaine de jeunes se sont réunis au Conseil départemental, à l'invitation de Marie Gueye, vice-présidente déléguée à la jeunesse, afin de débattre du thème de la pauvreté. Témoignages. Nathan FRANCK BÉTERMIN La pauvreté. Ce sont les personnes qui souffrent. Le manque d'argent et de diplôme peut aussi entraîner la pauvreté. Il y a de nombreux pauvres qui sont capables de faire des choses extraordinaires, qui ont une culture incroyable. La société les met de côté, dans des cases. Du coup, ils se replient sur eux. La plus grande richesse que l'on puisse avoir, c'est l'ouverture aux autres. Il faut s'ouvrir à la personne qui est à côté de nous, qui souffre. La pauvreté peut être éradiquée en se rappelant chacun, chacune, que nous sommes tous humains. La vraie richesse, c'est la rencontre. Pamela Solennet Corentin Certains étudiants ne peuvent pas se nourrir correctement. Cela a un impact sur leur santé. Et certains ne peuvent pas se soigner. C'est important que les jeunes puissent s'en sortir. Il existe de nombreuses aides. Mais ils n'en ont pas forcément connaissance. La solidarité joue un rôle important. Pour aller de l'avant, il faut un soutien moral. Ce n’est pas toujours évident. Faire des petits boulots, pour se nourrir, pour se loger, ce n’est pas facile. Il faut s'intéresser au sujet de la pauvreté pour trouver une solution pour les personnes qui ont des problèmes de logement, d'argent, d'alimentation. Nous avons retenu que même si on est pauvre, il y aura toujours quelqu'un qui nous viendra en aide, pour nous réconforter. FRANCK BÉTERMIN FRANCK BÉTERMIN VIDÉO SUR E-MAG-PENNARBED.FR Keren Je retiens que les gens sont beaucoup plus conscients que ce que je pensais des situations de pauvreté et réfléchissent à ce qui se passe. Je retiens aussi l'importance de la solidarité. Tout le monde est d'accord pour dire que l'entraide c'est important et pour dire qu'il faut régler le problème de la pauvreté. La meilleure solution c'est nous-mêmes. Clara La pauvreté ne doit plus être un tabou. Il faut décomplexer le sujet pour aider les gens à s'en sortir. Dans le débat d'aujourd'hui, il n'y avait pas assez de personnes qui subissaient la pauvreté. Je trouve difficile de discuter de ce sujet sans donner la parole aux personnes concernées. FRANCK BÉTERMIN JEUNES MAGAZINE PENN AR BED/N°153/JUIN 2019 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :