[29] Penn ar bed n°153 jui/aoû/sep 2019
[29] Penn ar bed n°153 jui/aoû/sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°153 de jui/aoû/sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Finistère

  • Format : (220 x 275) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 6 Mo

  • Dans ce numéro : le Finistère s'engage pour l'environnement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
DOSSIER MAGAZINE PENN AR BED/N°153/JUIN 2019 14 AGIR VITE VIDÉO SUR E-MAG-PENNARBED.FR LE FINISTÈRE S'ENGAGE POUR L’ENVIRONNEMENT
FRANCK BÉTERMIN LA POINTE DU RAZ, À NOUVEAU GRAND SITE DE FRANCE Si l’année 2019 est placée sous le signe de l’environnement, voilà longtemps déjà que le Conseil départemental s’engage dans ce domaine. Préservation de la biodiversité et des espaces naturels sensibles, alimentation et sécurisation de l’eau, traitement des déchets, mobilité plus durable, aides à la rénovation énergétique des logements, politique de gestion des risques littoraux et fluviaux… Sur tous ces sujets, le Département a pris le parti de travailler de manière transversale en associant tous ses services et en partenariat avec les collectivités, les associations et les habitants. TROIS QUESTIONS À Armelle Huruguen vice-présidente du Conseil départemental du Finistère, en charge de la commission territoires et environnement et présidente du Syndicat Mixte du Grand Site du Raz en Cap Sizun. Comment le département s’engage-t-il dans les questions environnementales ? Les Finistérien.ne.s ont conscience de vivre dans un environnement de qualité auquel ils.elles sont attaché.e.s et qui représente aussi une formidable source d’attractivité. Ils. elles expriment régulièrement leur besoin de nature dans ces lieux de ressourcement pour leur bien-être, leur santé. Le Département est engagé dans la préservation de son environnement depuis plusieurs décennies. Dans un contexte international marqué par des alertes à répétition, notre logique est de ne pas subir, d’anticiper ce qui peut l’être et de nous adapter. Notre fonction, face à l’ampleur des sujets concernés, est de comprendre pour agir. Pour ce faire, nous nous appuyons sur des connaissances scientifiques. Nous votons ensuite des politiques publiques les plus articulées possible les unes aux autres. Pour les mettre en œuvre, nous construisons des partenariats avec des collectivités et des associations. Viennent ensuite les évaluations qui nous permettent d’en apprécier les effets. Quelles politiques sont menées pour lutter contre les risques liés au dérèglement climatique et pour la préservation de la biodiversité ? Nous identifions plusieurs urgences dans nos politiques de préservation de l’environnement  : l’exploitation des ressources, l’artificialisation croissante des sols et la destruction des habitats. Nos actions concernent la préservation et la protection d’espaces naturels (4 500 ha) dans 4 500 ha d'espaces naturels protégés « Faire émerger de nouveaux modèles de développement » leur grande majorité ouverts au public, la prise en compte des 9% de zones humides du Finistère, la prise en compte des risques et la réduction des vulnérabilités en matière d’inondation et de submersion, la protection de la ressource en eau, la gestion du Parc marin d’Iroise et du Parc naturel régional d’Armorique ainsi que la connaissance de la faune de ces milieux. Protéger l’environnement, c’est aussi agir sur toutes les questions d’aménagement du territoire. Nous devons être garants de la protection et de la préservation de tous ces milieux et de toutes ces espèces. Le dérèglement climatique, tout comme la préservation de la biodiversité, nécessitent de faire émerger de nouveaux modèles de développement et d’aménagement. Ici et maintenant. La Pointe du Raz a obtenu à nouveau cette année le label Grand Site de France  : qu’est-ce que cela va apporter au territoire ? L’enjeu de cette nouvelle labellisation, c’est de concilier la fréquentation du site, ses différents accès avec les milieux naturels. On travaille notamment avec les plus jeunes, les acteurs de l'économie, mais aussi ceux du tourisme, de la pêche, de l’agriculture, pour proposer notamment des reconnaissances spécifiques, comme pour les ligneurs du Raz de Sein, par exemple. Les visiteurs attendent de l’authenticité sur ce type de sites. Les acteurs demandent que le label serve de catalyseur pour les différentes dynamiques qui existent dans le Cap Sizun. Il y a une volonté de faire ensemble  : maintenant il faut agir. DOSSIER MAGAZINE PENN AR BED/N°153/JUIN 2019 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :