[29] Penn ar bed n°152 avr/mai/jun 2019
[29] Penn ar bed n°152 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°152 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Finistère

  • Format : (220 x 275) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'égalité femmes-hommes dans le finistère.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
JEUNES MAGAZINE PENN AR BED/N°152/MARS 2019 42 EXPOSITION BRODERIE ET PHOTO EN RÉSONNANCE Charlaine Crogennec, photographe, et Mathias Ouvrard, brodeur, ont décidé de monter une exposition, qui met leurs pratiques artistiques en résonance. Un projet présenté au Fonds départemental d’aide aux initiatives des jeunes (FDAIJ). C Charlaine Crogennec et Mathias Ouvrard se connaissent depuis quelques années déjà, « par le milieu breton ». Du haut de ses 28 ans, Mathias a déjà un beau parcours dans la broderie. Lycéen, il commence à broder pour son plaisir. Puis suit à Paris un cursus d’arts appliqués à l’école Dupérré, avec une option borderie. Dans le milieu des cercles de danse bretonne, il s’entraîne à réaliser des costumes. Puis se lance dans la création d’une première collection avec 26 silhouettes pour le festival de Cornouaille en 2016, avec Thomas Jan, un ami couturier. L’année suivante, il réalise dix looks pour l’édition 2017. « Cette dernière collection, on a décidé de la prendre en photo ». Une première exposition en commun Et c’est là que les chemins artistiques de Charlaine et Mathias se croisent. La jeune femme de 22 ans n’a pas perdu de temps. Après un bac arts appliqués, elle se rend à Paris pour passer un BTS photo. Elle sait déjà ce qui lui plaît  : la photo de mode. Et avant même de finir son diplôme, elle se lance à son compte, commence à travailler, puis revient dans le Finistère. Quand ils se rencontrent autour de la dernière collection de Mathias, l’idée de la photographier dans les monts d’Arrée, leur apparaît comme une évidence. « Son travail est inspiré par la mode du terroir. Ces paysages des monts d’Arrée, concentrés de la Bretagne, collaient bien avec la collection », détaille la jeune photographe. Ces photographies ont depuis été exposées à la galerie Artem, à Quimper, fin 2018. L’exposition se présentait comme un dialogue entre ces photos, des costumes brodés présentés en pied, une série de papillons brodés encadrés et d’autres photographiés sur des modèles. Ce projet artistique a été présenté au Fonds départemental d’aide aux initiatives des jeunes (FDAIJ), qui aide financièrement des jeunes à réaliser un premier projet individuel ou collectif. + D'INFOS SUR www.charlainecroguennec.com mathiasbroderie Charlène Croguennec et Mathias Ouvrard. FRANCK BÉTERMIN
FRANCK BÉTERMIN SCIENCES VIDÉO SUR E-MAG-PENNARBED.FR C L’association Cap des étoiles propose des actions visant à rendre les sciences et techniques accessibles aux jeunes. Cassiopée, la grande nébuleuse d’Orion… ce jour-là, dans le gymnase du Lycée des métiers de Pont-de-Buis, les élèves ont la tête dans les étoiles. Bien installé.es dans « Le chaudron des sciences », un planétarium gonflable itinérant de l’association Cap des étoiles de Crozon, acquis en 2018*, ils et elles observent le ciel en écoutant les explications de Pascal Perdriau, ancien électromécanicien en aéronautique. Depuis un an, ce dernier travaille en binôme avec Geneviève Terrière, chercheuse au CNRS** et déléguée régionale du ministère de la Recherche, aujourd’hui à la retraite. Ensemble, ils proposent aux écoles, collèges, lycées, structures jeunesse et bibliothèques du Finistère des actions de vulgarisation scientifique, notamment l’atelier LA TÊTE DANS LES ÉTOILES spatial inspiré du Spatiobus, outil du CNES***. Les plus jeunes apprennent à fabriquer des fusées, les plus âgés découvrent l’astronomie. Cap des étoiles met aussi à disposition des expositions scientifiques et des films produits par les organismes de recherche sur des thèmes aussi variés que l’espace, la biodiversité, le conspirationnisme, les femmes inventrices… « La culture scientifique n’est pas suffisamment développée dans notre pays, notamment dans les territoires "isolés", regrette Geneviève Terrière. Elle est pourtant essentielle car elle peut permettre de lutter contre le chômage des jeunes et actuellement contre les rumeurs. Notre objectif est de promouvoir l’orientation des jeunes vers les formations techniques et scientifiques de Pascal Perdriau et Geneviève Terrière. + D'INFOS SUR www.espacesciencesdesrias.fr base, nécessaires à tous les métiers. » Pour la conseillère principale d’éducation du Lycée des métiers, l’intérêt est évident  : « Ce genre d’activité est très valorisant pour nos élèves et élargit leur horizon. » À l’avenir, Geneviève Terrière souhaite aborder d’autres sujets  : « Nous projetons de réaliser des vidéos à 360° sur d’autres thèmes pour ouvrir le champ des possibles aux élèves. La première vidéo prévue est axée sur l’océan. Mais pour cela nous sommes à la recherche de sponsors », conclut-elle. *Le dôme a été acquis grâce au Conseil départemental du Finistère, la Communauté de communes de Crozon-Aulne maritime, Le Crédit Agricole, la Banque populaire de Bretagne et Groupama ** Centre national de la recherche scientifique *** Centre national d’études spatiales JEUNES MAGAZINE PENN AR BED/N°152/MARS 2019 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :