[29] Penn ar bed n°127 oct 12 à jan 2013
[29] Penn ar bed n°127 oct 12 à jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°127 de oct 12 à jan 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Finistère

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : faciliter l'accès au service public.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
> ac teu r s Michel Desjoyeaux « Je continue d’appDouble vainqueur du Vendée Globe, le « professeur », avec son nouveau programme sur D35 et MOD 70, revient à ses premières amours : celles du multicoque. Il nous parle également de son projet Ocean 50, un monotype d’une classe intermédiaire qui promet de belles sensations au large. p Pour vous, la page monocoque semble interrompue. Qu’est-ce qui vous plaît dans le multicoque ? J’ai toujours jonglé mono/multi, petit/gros, solo/double/équipage, et c’est une vraie chance, qu’on a en voile, de pouvoir passer d’un support à l’autre, tout ça restant de la voile ! Actuellement je suis en phase multicoque, comme activité principale sur le circuit des MOD70, mais qui sait pour demain ? Le multicoque, c’est la vitesse, les sensations, le spectacle, un peu de stress, mais pas trop si on le fait avec des gens en qui on a confiance. Et sur les MOD70, trimarans de 21 mètres par 16 de large, on emmène en course côtière jusqu’à quatre invités VIP, qui découvrent le multicoque et la compétition à la voile de l’intérieur, aucun autre sport ne permet cela ! Ça veut dire que vous ne ferez plus de course en solitaire autour du monde ? Il ne faut jamais dire jamais ! Le tour en solo n’est pas seulement trois mois de mer non-stop mais surtout un fort engagement, sur plusieurs années. Donc beaucoup d’énergie, niveau qui 6 finistère penn-ar-bed I n°127
« Je retiens des images fortes de nos premières expériences de course en MOD 70, comme ces grands moments de glisse, qui nous rapprochent toujours plus vite de l’arrivée. » français. C’est aussi pour cela qu’on travaille actuellement sur de petites ailes rigides, pour apprendre, sans laisser le train de l’expérience partir sans nous. Quel sera votre sentiment le 10 novembre prochain, au moment du départ du prochain Vendée Globe auquel vous ne participez pas ? Aller voir l’état d’esprit de ceux dont un seul me succédera ! Et puis, en plus d’assister François Gabart et Macif sur cette course, mon cœur sera partagé, avec Armel le Cléac’h qui skippera Banque Populaire, mon dernier mono ex-Foncia, et surtout Jérémie Beyou sous les couleurs de Maître Coq, avec mon « ancien » Foncia mais encore vaillant avec lequel j’ai gagné en 2009. En quoi consiste votre projet « Ocean 50 » ? Créer une étape intermédiaire entre les circuits Figaro (bateau de 10 mètres, monotype simple) et l’Imoca60 (les bateaux du Vendée Globe, 18 mètres, prototype très technologique). Intermédiaire en termes de technologie, de management, de budget, de type de course. Aujourd’hui, un « Figariste » qui tourne bien sur le circuit depuis plusieurs années peut aspirer à repousser les limites de l’océan, et on peut considérer qu’un Imoca 60 soit trop ambitieux, d’un coup. Avec l’Ocean 50, monotype très strict, on répond à cette demande. Quel rôle a joué le Pôle France Finistère Course au large de Port-la-Forêt dans votre carrière ? Vaste débat ! J’ai la chance de faire partie des pionniers de ce centre, de ce groupe. Nous avons grandi ensemble, et appris ensemble, chacun à sa manière, dans un cadre donnant-donnant, voire mieux même, gagnant-gagnant, ce qui est nécessaire quand on fait de la compétition ! On ne refera pas l’histoire, mais c’est sûr que ça a été un accélérateur de particules ! Au-delà de la structure actuelle, organisée et riche d’expérience, ce sont les hommes qui font la valeur ajoutée, et les centres qui ont essayé de copier, ne peuvent faire qu’une pâle copie… A 47 ans, où puisez-vous cette envie de toujours naviguer et gagner ? Je ne sais pas, je fais ce que j’aime, depuis longtemps, c’est diversifié, j’adore la technologie, je suis servi ! J’adore la confrontation, je suis servi ! Je dois être encore supportable, puisque je trouve encore des équipiers pour venir naviguer avec moi et qui donnent tous les jours le meilleur d’eux-mêmes. Pourquoi j’arrêterais ? Et en plus, je continue d’apprendre des choses, et puis la voile est un sport d’expérience, dans lequel on peut durer, alors je ne suis pas prêt de prendre ma retraite, au grand désespoir de mes concurrents… ! n F. Betermin Le marin le plus titré de la course au large Vendée Globe (2000/01, 2008/09), trois Solitaire du Figaro (1992, 1998 et 2007), une Route du Rhum (2002), une Transat AG2R (1992), une Transat anglaise (2004), le Record SNSM et une Transat Jacques Vabre (2007), une Istanbul Europa Race (2009) et dernièrement, un record sur l’Artemis Challenge. rendre des choses » n’est atteignable qu’avec une réelle motivation, voire une ambition presque disproportionnée. Je suis passé deux fois par cette case-là, mais pour le moment, je suis dans une autre case, passionnante également, rassurezvous ! Je ne suis pas blasé, je suis juste sur autre chose… La coupe de l’America passe en multicoque en 2013. N’êtes-vous pas tenté ? Si, bien sûr, la Coupe en monocoque lent et lourd me titillait déjà. C’est évident qu’en multi, ça correspond plus à notre tempérament et savoir-faire Image D Mer Forte L’Ocean 50, un monocoque innovant C’est un monocoque qui se positionne entre la classe 40’et la classe IMOCA. Il intègre les solutions techniques récentes, la technologie des bateaux de course les plus performants et les plus fiables : une quille basculante, un système de safran relevable interchangeable dernière génération et une carène résolument moderne et sûre… Le chantier CDK à Port-la-Forêt assurera la construction des bateaux avec le support de fournisseurs qui ont fait leurs preuves dans le domaine de la course au large. L’Ocean 50 est conçu pour participer à l’ensemble du programme de course au large allant d’une transat à un tour du monde, en passant par des parcours côtiers. Le premier Ocean50 version mer agitée sera mis à l’eau en 2013. wwPlus d’infos : Mer Agitée – Port La Forêt – 29940 La Forêt Fouesnant tél. 02 98 56 82 85 n°127 I finistère penn-ar-bed 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :