[28] Eurélien n°6 déc 07/jan-fév 2008
[28] Eurélien n°6 déc 07/jan-fév 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de déc 07/jan-fév 2008

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général d'Eure-et-Loir

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : le grenier de la France trouve les solutions de l'après-pétrole.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 Eurélien n°6 - Hiver 2007/2008 - Les solutions de l’après-pétrole dossier L’agriculture en Eure-et-Loir, ce n’est plus l’image de la mer de blé à perte de vue. La production agricole, végétale et animale reste une base de l’économie du département car les agriculteurs ont su s’organiser pour peser sur les marchés internationaux et se diversifier dans des productions nouvelles. Si l’alimentation humaine reste la première motivation des agriculteurs du département, ils recherchent désormais de nouveaux débouchés dans l’industrie de demain, celle de l’après pétrole. Grenier à blé de la France et terre d’élevage de qualité : l’économie de l’Eure-et-Loir repose depuis toujours sur son agriculture. Ses paysages en témoignent. Le département consacre 76,3% de ses surfaces à l’agriculture. En moyenne en France, ce taux se monte à 53,7% seulement. Très tôt, les agriculteurs euréliens ont su s’organiser pour conquérir des marchés au-delà du département. Il y allait de la pérennité de leurs exploitations. Les silos qu’ils ont bâtis dans les années 60-70 sur le port de Rouen leur permettent maintenant d’alimenter le monde entier. Les agriculteurs ont pris en main leur destinée en créant des sociétés spécialisées dans la commercialisation des grains comme l’union de commercialisation Sénalia ou la coopérative Scael, avec sa filiale Lecureur, toutes deux basées à Chartres. Mais il ne faut pas croire que les agriculteurs euréliens ne produisent que du blé ou du colza. On dénombre cinquante espèces différentes cultivées en Eure-et-Loir. Le département est, par exemple, le premier producteur de semences potagères, celles qui vont dans les jardins. Les éleveurs se sont spécialisés et ont acquis une réputation de qualité. Le nombre de vaches laitières actuel ne représente plus que 13% de ce qu’il était en 1950 mais la production départementale est passée de 813 000 à 516 000 hectolitres dans le même temps. La pomme de terre a rendez-vous à Chartres Les exploitants ont diversifié leurs productions. Le département est devenu un producteur important de pommes de terre, avec des marques comme Pom’alliance, la Dimancheville ou Parmentine, alors que cette culture n’existait pratiquement pas, ici, à l’échelle industrielle auparavant. D’ailleurs, Chartres sera, le 6 février, le lieu du congrès national des producteurs de pomme de terre. Il aura une résonance particulière dans l’opinion puisque l’Unesco a choisi de dédier l’année 2008 au développement de la pomme de terre dans le monde. Il n’est pas rare de trouver un gîte rural, un élevage de porcs, de lapin ou de volailles au détour d’une route du département. Quelques agriculteurs ont même implanté des chênes truffiers sur les terres calcaires de Beauce. Souvent, ils valorisent leurs productions directement auprès du consommateur. Les clients en profitent pour visiter la ferme et mieux comprendre les mutations du métier. La Chambre d’agriculture valorise ses produits sous la marque collective « Terres d’Eure-et-Loir ». En prolongeant cette volonté d’ouverture, depuis quelques années, les agriculteurs cherchent des nouveaux débouchés qui peuvent parfois les éloigner considérablement des filières agroalimentaires traditionnelles comme la meunerie, par exemple. Les producteurs se sont déjà engagés à fournir des graines de colza pour produire le diesel de nos voitures à partir de ressources renouvelables. En 2008, ils inaugureront la pleine production des deux usines de bioéthanol – un composant du super et super sans plombproduit à partir de blé, de betteraves ou de maïs – dans lesquelles les agriculteurs d’Eure-et-Loir se sont engagés : une à Lillebonne Champ de pommes de terre en fleurs (vers Rouen), pour les adhérents des coopératives Agralys à Châteaudun, Cabep à Bonneval et Interface céréales dans le Drouais ; et une autre à Bazancourt (en Marne) pour les
adhérents de la coopérative Scael. Cet engagement n’est pas responsable de la hausse du prix des matières premières agricoles qu’il faut plus imputer à une sécheresse persistante en Australie. Du parfum au toit des immeubles Mais l’agriculture réserve encore bien des surprises. On sait que les parfumeurs ou les industries cosmétiques font appel aux agriculteurs pour produire des plantes spécifiques dont ils Le pavot de Californie cultivé pour l’industrie pharmaceutique extraient des composants aromatiques. L’Eure-et-Loir compte plusieurs dizaines d’hectares de ces cultures. L’entreprise Alban Muller de Fontenay-sur-Eure s’approvisionne à 40% depuis l’Eure-et-Loir. Vous doutez-vous que les nouveaux bitumes des routes contiennent des huiles de colza ? Savez-vous que les portières de voitures ou les garnitures des coffres contiennent du lin produit par une soixantaine de producteurs d’Eure-et-Loir ? Imaginez-vous qu’il serait possible de baisser la température estivale de 4°C d’une ville comme Chicago (économisant donc la climatisation) en recouvrant les toits des immeubles des dalles végétales produites à Broué ? On Eurélien n°6 - Hiver 2007/2008 - Les solutions de l’après-pétrole dossier recherche même à utiliser de la luzerne biologique dans les vaccins, ou du lin pour l’isolation des fibres optiques, etc. Les possibilités nouvelles qui dessinent le nouvel horizon de l’agriculture sont innombrables. Agrodynamic, les filières de demain Le Conseil général a déposé, sous le nom d’Agrodynamic, un projet labellisé « pole d’excellence rurale » par le gouvernement afin de faire émerger 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :