[28] Eurélien n°3 mar/avr/mai 2007
[28] Eurélien n°3 mar/avr/mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de mar/avr/mai 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général d'Eure-et-Loir

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : rencontre avec Dominique Chapatte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Les gens d’ici Dominique Chapatte a mis le « Turbo » pour être eurélien Héritier du talent médiatique et de l’épicurisme de Robert Chapatte, son père, Dominique Chapatte, le créateur de Turbo, la mythique émission de M6, l’essayeur à Indianapolis, en Namibie ou dans les déserts chinois, s’est installé à Gallardon il y a trois ans. Récit d’une adoption réciproque. « Ces dernières années, l’air parisien est devenu insupportable. Pas seulement l’air, la circulation, Gros plan Eurélien n°3 - Printemps 2007 - Les Gens d’Ici Anthoine Hubert (10 ans) survole la piste de kart Du Noël de ses trois ans, Anthoine Hubert, jeune habitant de Jouy, a fait une couronne de lauriers. Dans le sillage de son père, François, amateur de rallyes automobiles, Anthoine prit le volant d’un mini-kart qui, dès ses 7 ans, le conduisit au damier de la coupe de France (2005) de sa catégorie ! Usager de la piste de Châteaudun mais licencié au club la tension entre les gens, l’ambiance délétère… Nous voulions fuir la capitale et ma femme est tombée amoureuse de la maison. (…) Les studios de M6, à Neuilly, sont à 45 minutes, moins que du Val-de-Marne quitté sans états d’âme. (…) Non, non ! Je respecte les vitesses et mon permis a ses douze points ! (…) C’est vrai qu’ici, c’est plat mais j’aime voir les blés lever et quand je reviens, le soir, j’admire les couchers de soleil… J’aime ces grandes étendues de céréales. Je me ballade un peu partout dans le monde et en France et ce n’est pas vrai que l’Eure-et-Loir manque d’identité. C’est très caractérisé.(…) J’aime ce bourg et son atmosphère sentie nulle part ailleurs. Non, pas provinciale. Est-on en province à 45 minutes de Paris ? J’ai très vite lié amitié avec beaucoup de gens d’ici. » « … Vous croyez que les Euréliens n’ont pas toujours été fiers de leur département ? Je ne vois pas pourquoi ! » Dans la consultation pour le Livre Blanc, 69% se sentent Euréliens et 80% sont satisfaits de vivre en Eure-et-Loir. Dominique Chapatte est bien un des leurs. d’Angerville, l’écolier de Saint-Prest n’hésite pas à assurer qu’il « joue la gagne », ce que ses excellents résultats démontrent régulièrement. Les prochains mois seront, pour lui, ceux du championnat de France de karting, catégorie minimes, cette fois. Un challenge qui, loin de l’effrayer, paraît le motiver. « Qui a vu le damier une fois, ne peut plus s’en passer ! ».
Un métier au Conseil général Cuisinier au collège : un virtuose du piano Avec l’élargissement des missions du Conseil général, le quotidien de l’activité départementale ne correspond plus à l’image d’Epinal de l’administration, cols blancs, ronds-de-cuir et paperasse. Cottes et toques blanches témoignent de la diversité des métiers exercés dans la fonction publique territoriale et les services départementaux. Illustration par une incursion dans les cuisines d’un collège. Un lieu où les élèves sont nourris à plus d’un titre : on y satisfait leurs besoins alimentaires, bien sûr, mais on les forme également au respect des équilibres nutritionnels et aux plaisirs des saveurs. Eurélien n°3 - Printemps 2007 - Un métier au Conseil général « Je pensais arrêter en 2008, avec mes 43 années de cotisations pour la retraite. Maintenant, je crois que je vais prolonger jusqu’à mes 60 ans » , n’hésite plus vraiment Guy de Stéfano, installé à la table du restaurant scolaire d’Arsène Meunier, l’un des collèges de Nogentle-Rotrou. Après des débuts dans la restauration gastronomique, Guy de Stéfano s’est destiné à la restauration collective dès 1972, au sein de l’Éducation nationale, au lycée Remy Belleau de Nogent. Entré deux ans plus tard au collège Arsène Meunier, le chef n’a, à l’évidence, pas perdu le goût du métier alors même qu’il a atteint, échelon après échelon, le sommet de sa carrière administrative. « Je continue aux casseroles mais j’assure aussi les achats et l’organisation de l’équipe », explique Guy de Stéfano : « Nous avons un groupement d’achats mais nos avis professionnels sont pris en En quelques repères 43 : jusqu’au 1er janvier 2006 comptés sur les doigts d’une main (y compris avec les professionnels du Centre départemental de l’Enfance), les cuisiniers départementaux sont passés, depuis à 43. Quelques postes restent à pourvoir pour la prochaine rentrée. 115 : des quelque 300 techniciens et ouvriers de service auprès des collèges, 115 ont déjà intégré la fonction territoriale. 7 : dans son laboratoire d’Arsène Meunier, Guy de Stéfano coordonne une équipe de sept collaborateurs dont deux cuisiniers à temps plein. 255 : la plupart des métiers « territoriaux » ont été répertoriés dans un guide édité par le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT, antenne à Chartres). Ces 255 métiers et leurs fiches pratiques sont également consultables en ligne (www.cnfpt.fr).compte et chacun passe ses propres commandes. Avec le gestionnaire du collège, nous élaborons une base de menus à la fois équilibrés et variés qui tournent toutes les 5 semaines et nous conservons la possibilité de diversifier encore selon les opportunités du marché. Mon activité n’est donc pas répétitive ». Avec une vingtaine d’internes, le service du collège élargit les contraintes professionnelles aux petits-déjeuners et aux dîners. « Chaque cuisinier est de service une semaine sur deux, c’est donc très supportable », assure le chef, pour qui le 1er janvier 2006 n’a guère modifié la recette. « Techniciens et ouvriers de service, nous sommes passés sous la gestion du Département, ce qui n’a rien bouleversé pour moi, à part l’accès à une prime annuelle. Déjà, en 2000, on devait au Département la remise aux normes des laboratoires. Les cuisines dataient de plus de 50 ans : ça changeait la donne ! » 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :