[28] Eurélien n°2 déc 06/jan-fév 2007
[28] Eurélien n°2 déc 06/jan-fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de déc 06/jan-fév 2007

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général d'Eure-et-Loir

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : collèges... des outils pour la réussite.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Gros plan Eurélien n°2 - Hiver 2006 - Les Gens d’Ici Les gens Gens d’ici d’Ici Colette Neuville, porte-voix des actionnaires minoritaires Entre 1975 et 1990, c‘était une discrète mère de famille aux environs de Nogent-le-Roi. Depuis, la frêle silhouette de Colette Neuville a franchi le Roulebois comme d’autres le Rubicon, s’aperçoit au centre-ville chartrain, a dévoilé son incroyable énergie combattive, s’est révélée en porte-parole et porte-lances des actionnaires minoritaireset, régulièrement, fait frémir les milieux d’affaires. Une large vue marine : c’est la seule distraction que Colette Neuville a accordée à son bureau de l’Adam (association de défense des actionnaires minoritaires). Adossée à un alignement bien ordonné d’épais dossiers, Colette Neuville a choisi Chartres « pour ne pas être dérangée » dans ses études et analyses de contrats-droit des affaires-stratégies. A l’été 90, Colette Neuville était en passe d’oublier ses études (Droit, Sciences-po et DES de sciences économiques) quand la Bourse chuta dans le gouffre de la société Tuffier. Malmenés, les actionnaires minoritaires venaient de trouver leur « Jeanne d’Arc ». Vents, marées, tempêtes et procès n’étaient pas de force à déstabiliser cette native de la Manche qui, du coup, créa son association, entra « en affaires », en profession (ou sacerdoce ?) et en création d’emploi pour un métier jusqu’alors inconnu. « …L’Adam, avec trois emplois créés, n’a pas vocation à défendre des sinistres mais à aider les actionnaires, Premier maillot France face à la Turquie, en juin, et, six mois plus tard, Siraba Dembélé, la souriante handballeuse de vallée d’Âvre drouaise revient « bronzée » de Stockolm et de l’Euro féminin ! Pour l’harmonie sports/études (hand et expertise comptable), elle est accueillie depuis l’an dernier au prestigieux club de Mérignac (Gironde). Celle qui débuta à 10 ans avec Saint-Rémy-sur-Âvre ne « calcule », pourtant, pas son avenir sportif mais savoure son individuels comme gérants de placements collectifs, à exercer leurs pouvoirs pour mieux rentabiliser l’épargne investie. Il ne doit pas y avoir une catégorie d’actionnaires mieux traitée que d’autres », définit-elle. Un combat économique et éthique. Depuis, l’Adam et sa présidente sont appelées en conseils par les plus de 3 000 adhérents comme par les « institutionnels » (y compris fonds de pension), voire à siéger parmi les dirigeants (Eurotunnel). L’ADAM intervient dans les AG. mais aussi, souvent, dans les opérations financières (fusions, OPA, etc) pour tenter d’en améliorer les modalités. « Beaucoup pensaient qu’une telle activité ne pouvait s’installer qu’à Paris. J’ai choisi Chartres parce que je m’y sens bien, que je peux m’y concentrer sans être sans cesse dérangée. Généralement, ceux qui souhaitent me voir n’hésitent pas à se déplacer. Tout récemment, un futur patron de marché financier en Chine a, ainsi, découvert les charmes de l’Eure-et-Loir (…) J’ai pu choisir ma façon de vivre : vie privée à la campagne, bureau en ville mais sans les pressions de la capitale. Quand je vais déjeuner, je ne suis pas tout à fait une anonyme mais chacun respecte mon temps de lecture », sourit-elle. Siraba Dembélé, « médaillée Euro » de handball bonheur au gré des progrès. « Il y a deux ans, j’étais en Nationale 2… Ca fait bizarre ! », mesure l’enfant de Dreux sans programmer sa (probable) titularisation pour les championnats du monde de l’hiver 2007, en France. BTS, sélection, médaille : l’année de ses 20 ans aura été prolifique en succès pour Siraba !
Un métier au Conseil général Eurélien n°2 - Hiver 2006 - Un métier au Conseil général Médecin de PMI : Pour que mamans et bébés vivent en harmonie Le service de protection maternelle et infantile (PMI) protège la santé de la mère et de l’enfant en assurant un développement harmonieux du jeune enfant dans son cadre de vie. Cette mission est assurée par des professionnels (médecins, sages-femmes, psychologues, infirmières puéricultrices, éducateurs de jeunes enfants, secrétaires) chargés de mettre en place des actions de prévention médicales, psychologiques et sociales pour la santé en faveur des futures mamans et des enfants de moins de 6 ans. Il organise des consultations sur divers thèmes : maîtrise de la fécondité, préparation à la vie de couple, préparation au rôle de parent. Ces consultations peuvent également mener à l’entretien préalable à l’interruption volontaire de grossesse. « Notre rôle est celui de tous les médecins cliniques de consultation de nourrissons dans des sites qui appartiennent au Conseil général. Nous faisons aussi des bilans en école maternelle… Il y a également l’accompagnement et le soutien des parents lorsque ces derniers ont des moments de fragilité particulière », explique Laurence Perry, 55 ans, Médecin de circonscription de protection maternelle et infantile, avant d’ajouter : « L’autre grande partie de mon travail est le management de mon équipe. Dans mon équipe, Chartres 2, j’ai 15 personnes C’est la plus grosse équipe du département. Dessagesfemmes, des infirmières puéricultrices, psychologue, éducatrice de jeunes enfants, secrétaires. Je les aide et les conseille sur les comportements à adopter en cas de situation délicate. » Une lourde mission qui évolue avec la société : « En 1981, lorsque j’ai commencé, nous avions vraiment du Quelques chiffres : 35 points de consultations infantiles dans le département 9 lieux de consultations prénatales 140 écoles maternelles ont bénéficié de bilans de dépistage permettant d’examiner 2 717 enfants (exercice 2004). temps pour accompagner les parents. Leur profil psychologique et sociologique était très varié. Aujourd’hui, la plupart de notre temps de travail est consacré à l’accompagnement des familles en difficultés… Nous aimerions pouvoir recentrer notre travail sur nos missions de prévention primaire car c’est l’origine même de tout », ajoute-t-elle. Un métier parfois difficile mais passionnant et si vous lui demandez ce qui l’a fait courir : « Le travail de soutien et d’accompagnement des parents. On peut avoirune grossesse difficile, un nouveau né avec une maladie ou un handicap qui entraîne une séparation très précoce, on peut aussi avoir vécu un deuil pendant sa grossesse... C’est pour toutes ces raisons qu’un père ou une mère peuvent être un peu plus fragiles qu’un autre et nous, personnel médical et paramédical, nous sommes vraiment là pour ça : les soutenir. » 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :