[28] Eurélien n°19 jun/jui/aoû 2012
[28] Eurélien n°19 jun/jui/aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de jun/jui/aoû 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général d'Eure-et-Loir

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,0 Mo

  • Dans ce numéro : la petite reine fait un grand Tour en Eure-et-Loir !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Compétences Initiatives Découvertes Du champ aux papilles Service Un SERVICE du Conseil général Favoriser la réussite scolaire de tous Comment ça marche ? La Direction du patrimoine bâtit l’avenir La Direction du patrimoine tient un rôle essentiel au sein du Conseil général. Chaque jour, elle œuvre pour maintenir une qualité de service et défi nir des investissements d’avenir. Gérard Sourisseau, Vice-Président du Conseil général 14 Eurélien Magazine n°19• ÉTÉ 2012 Deux chiffres clés permettent de mesurer l’importance de la Direction du patrimoine et son niveau d’intervention : 250 sites et 500 000 m² de bâtiments. C’est ce qu’elle gère au quotidien. En charge d’un patrimoine diversifié (collèges, tertiaire, historique et culturel, Service départemental d’incendie et de secours), cette Direction en assure l’entretien, la rénovation, voire la construction. Dotée d’une équipe de 38 personnes pilotée par Christine Sarrazin, directrice, elle œuvre et veille au bon fonctionnement des bâtiments dont le Conseil général est propriétaire ou gestionnaire ; elle prévoit également les investissements nécessaires à leur modernisation et à leur fonctionnalité. Comme les collèges tout d’abord, une compétence obligatoire pour tous les départements de France ; au nombre de 39 en Eure-et-Loir, ils accueillent 17 905 élèves. « Pour cette Direction et nous-mêmes, conseillers généraux, il s’agit d’offrir les meilleures conditions de scolarité possibles, afin de favoriser la réussite scolaire de tous dans une optique d’équité territoriale », déclare Gérard Sourisseau, Vice-Président du Conseil général en charge de l’Éducation. C’est pour cela qu’un Programme pluriannuel d’investissement a été adopté. D’un montant de 72 millions d’euros et courant jusqu’en 2015, il fixe les investissements nécessaires pour maintenir une qualité de service dans les établissements euréliens. Tous les bâtiments d’accueil du public Rattachée à la Direction générale adjointe des investissements, la Direction du patrimoine a aussi la charge des bâtiments administratifs et techniques des services qui composent le Conseil général. Sont concernés de manière non exhaustive, ceux du secteur social et médico-social (Protection maternelle infantile, Centre départemental de l’enfance…), les installations techniques de la Direction des routes (subdivisions, centres d’exploitation), mais aussi l’Antenne universitaire de Chartres, les services culturels (Compa, Archives...) ou encore le patrimoine historique (Maintenon, Pré-Catelan, La Ferté-Vidame) et bien-sûr les bâtiments de l’esplanade Taugourdeau à Mainvilliers et l’Hôtel du Département place Châtelet à Chartres. « Travailler avec les autres directions, cultiver la transversalité entre services, être impliqué dans ses missions : autant de qualités qui font notre différence », souligne Christine Sarrazin. Le projet d’aménagement des anciennes archives en est l’exemple : 4,4 millions d’euros sont mobilisés pour ce projet de reconversion du site en bureaux, salles de réunion, où le Codel et le Comité départemental du Tourisme devraient s’installer. Enfin, de manière identique, elle travaille en lien étroit avec le SDIS, dont elle suit et programme les travaux de réparation et de construction. Pour réussir toutes ces missions, la Direction du patrimoine dispose d’une équipe polyvalente de techniciens, agents administratifs, jardiniers, artisans pour pallier les problèmes qui relèvent parfois de l’urgence. Gestion quotidienne, vision d’avenir Aujourd’hui, cette Direction doit faire face à de nouveaux défis, à de nouveaux enjeux, comme prendre en compte les évolutions réglementaires majeures liées à l’accessibilité et au Grenelle de l’environnement, à travers des programmations pluriannuelles. « Nous devons adapter notre savoir-faire aux enjeux environnementaux, indique Christine Sarrazin, C’est un défi que nous relevons tous les jours pour rendre l’action du Conseil général plus efficace et moins consommatrice de ressources. »
En chiffres LE SERVICE 72 millions d’euros dans le cadre du Plan pluriannuel d’investissement en faveur des collèges. 471 000 m² de bâtiments (hors SDIS). 250 sites référencés. 17 905 collégiens accueillis dans les établissements publics. LE BILAN CARBONE Le bilan carbone réalisé par le Conseil général présente un intérêt important pour lutter contre le réchauffement climatique. La réduction des émissions de gaz à effet de serre est un enjeu capital du développement durable. Inscrit dans « le Projet eurélien » du Conseil général, il permet de dresser un diagnostic et de lister des actions concrètes. Les résultats de ce bilan révèlent trois impacts majeurs : les déplacements de personnes, les matériaux (notamment pour la voirie) et les consommations d’énergies des bâtiments. Sur ce dernier point, les émissions de gaz à effet de serre sont en grande majorité liées au chauffage. Elles engendrent 20% du bilan carbone de la collectivité. Des leviers existent pour réduire ces émissions : sensibilisation des gestionnaires et utilisateurs, amélioration des rendements, meilleure isolation et ventilation des bâtiments, installation d’appareils moins gourmands en énergie, etc. Des solutions d’avenir que le Conseil général fait sienne afi n de réduire son impact et de préserver les ressources pour les générations futures. Portrait Hervé Quilcaille, technicien en charge des casernes du SDIS ervé Quilcaille est en charge du Hsuivi des opérations de réparation et de construction des casernes des sapeurs-pompiers, ainsi que de quelques bâtiments publics et classés. Référent auprès du Service départemental d’incendie et de secours, il gère au quotidien près de 90 bâtiments où des diagnostics techniques sont régulièrement effectués. « C’est une mission qui demande beaucoup de réactivité, puisqu’il faut agir vite lorsqu’une panne arrive, soulignet-il. Car il est plus que nécessaire que d’assurer la continuité de ce service de secours en faveur des Euréliens. » Une fois par mois, Hervé Quilcaille se réunit avec ses collègues et les représentants du SDIS pour faire le point sur les opérations en cours. ÉTÉ 2012• Eurélien Magazine n°19 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :