[28] Eurélien n°15 déc 10/jan-fév 2011
[28] Eurélien n°15 déc 10/jan-fév 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de déc 10/jan-fév 2011

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général d'Eure-et-Loir

  • Format : (200 x 280) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : terroirs et traditions, des fêtes à l'eurélienne;

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 Eurélien n°15 - Hiver 2010 - Hier pour demain Hier pour demain Facel-Véga brille toujours dans le La marque automobile Facel-Véga symbolise une aventure humaine passionnante qui dura une décennie. Elle fut créatrice de voitures de sport et de prestige, notamment grâce à son savoir-faire en carrosserie. De très nombreux Euréliens travaillèrent dans l’usine de Dreux, l’une des trois que comptait cette marque. Son destin fut comme son nom l’indique, l’itinéraire d’une étoile filante dans le ciel de l’automobile français. Roger Marchand, ancien de Facel-Véga dans sa Facellia « Facel comptait dans sa clientèle des sociétés telles que Rolls- Royce, Ford, Panhard, Piaggo et Massey-Fergusson, pour lesquelles elle fabriquait ou des carrosseries de série, ou des ensembles préfabriqués de carrosseries, de châssis, de coques, de pare-chocs, de calandres, d’ailes, etc. Facel était parfaitement outillée pour produire en série une voiture de très grand luxe » 1. D’où le lancement en 1954 de la mythique « Véga », une voiture de sport confortable et luxueuse, née de la passion d’un industriel français, amateur de ce genre de voiture : Jean Daninos. Trois usines dont une à Dreux Roger Marchand, qui habite Vernouillet se souvient de cette époque. Propriétaire d’un cabriolet Facellia (qu’il a lui-même restauré) et essayeur de ces mêmes modèles au début des années 60, il se rappelle avec nostalgie ces « voitures qui avaient une belle ligne à l’époque. L’usine de Dreux était spécialisée dans la finition, la carrosserie, la sellerie et les essais sur route. Beaucoup de femmes y travaillaient, elles s’occupaient notamment de la sellerie, en cuir dans la majorité des voitures. La veille des salons, on pouvait passer des nuits à l’atelier pour régler les derniers paramètres des voitures ». 17 Bentley Cresta créées La création de Facel date de 1939. Facel signifiait alors : Forges et Ateliers de Construction d’Eure-et- Loir. Le siège social et l’usine spécialisée dans la métallurgie pour l’industrie aéronautique et militaire étaient localisés au 4, rue des Gaults de la cité durocasse. Facel se spécialisa L’usine Facel telle qu’elle apparaissait, vue de la rue Pastre, à la fin des années 60.
Eurélien n°15 - Hiver 2010 - Hier pour demain cœur des passionnés dans la fabrication des carrosseries de série métalliques, destinées aussi bien aux voitures de luxe qu’aux véhicules industriels et militaires. Entre 1948 et 1954, Facel créa un département de voitures de luxe et conçut 23 500 coupés et cabriolets Simca, 45 000 carrosseries en aluminium pour Panhard, 2 200 Ford Comète et 17 Bentley Cresta. Des pièces pour les scooters Vespa, pour les tracteurs Massey-Fergusson et 9 630 Jeep Delahaye furent également produites. Ceci poussa sans doute Jean Daninos à créer sa propre marque de voiture de grand tourisme : Véga. Un nom trouvé par son frère Pierre, écrivain, qui eut l’idée de prendre le nom d’une étoile. Vue arrière du coupé HK 500 Des « Ferrari » made in Eure-et-Loir La marque et sa voiture éponyme furent alors créées en 1954, en partie dans les ateliers drouais. Ce coupé fut alors considéré comme l’un des plus beaux à l’époque. La Véga, concurrente des Mercedes, Aston-Martin, Porsche et autres Ferrari, fut équipée d’un moteur V8 Chrysler développant jusqu’à 390 chevaux sur les modèles les plus puissants. La plupart des essais des voitures s’effectuèrent d’ailleurs sur les routes euréliennes. Les voitures furent acquises par un public fortuné constitué d’artistes, pilotes automobiles ou encore familles princières. Parmi les modèles les plus réputés, on peut citer la HK 500, l’Excellence et la Facellia. « La Facel-Véga HK 500 était devenue le coupé 4-places le plus rapide du monde » 2. 2 900 véhicules construits L’année 1964 marque l’arrêt de la production automobile Facel- Véga due, entres autres, à des problèmes mécaniques sur la Facellia. Selon les carnets de production, 2 900 modèles furent construits pendant les dix années où la marque exista. Aujourd’hui, regroupés au sein d’une amicale, les passionnés de ces voitures anciennes se retrouvent pour partager le plaisir de conduire ces modèles d’exception, qui furent un temps la vitrine française des voitures de grand tourisme… Tous les deux ans à Luray (Dreux-Est), l’Amicale Facel-Véga organise un rassemblement avec les anciens de l’usine drouaise et une trentaine de voitures. La prochaine édition aura lieu le 22 mai 2011. 1 Facel Vega, Jean Daninos, éditions EPA, 1981. 2 Ibid. Jean Daninos ou la passion de l’automobile Né en 1906 à Paris, Jean Daninos marqua l’histoire de l’automobile en tant que créateur de la marque Facel-Véga. Il débuta sa carrière professionnelle chez Citroën, conceptualisant les premières carrosseries « tout acier » et aidant au développement des Traction Avant. Spécialisé dans le façonnage des carrosseries, il travailla ensuite pour des sociétés aéronautiques dont Bronzavia, laquelle créa en 1939 une petite filiale du nom de Facel. Durant la Seconde Guerre mondiale, il participa à l’effort de guerre depuis les États-Unis où il dirigea une usine liée à l’aviation militaire. De retour en France, il obtient la présidence de Facel et crée, quelques années plus tard, sa propre marque de voiture : Véga. Un rêve qui prend forme le temps d’une décennie, jusqu’en 1964. Il devient ensuite consultant technique pour différentes entreprises, avant de s’éteindre en 2001. Rétro mobile club : un musée drouais bien carossé Créé en 1980 par Johanny Dutertre, le musée « Rétro mobile club drouais » réunit une quarantaine d’automobiles et motos, ainsi que des cycles datant du XIX e siècle. Le fleuron de cet établissement étant une ancienne ambulance de l’hôpital de Dreux de 1930. À ses côtés, on y trouve une Facel-Véga, des véhicules de pompiers, une Berliet 944, une Peugeot 203, une Panhard et des modèles plus anciens encore, datant du début du siècle dernier. Le véhicule le plus récent étant une Ferrari de 1948. Exposés dans un décor 1900, ces véhicules séduiront tous les passionnés des belles mécaniques, d’autant qu’un garage d’époque a été reconstitué. Situé rue du Commandant-Beaurepaire à Dreux, il est ouvert les premiers dimanches du mois, de 14 h 30 à 18 heures. Plus d’infos : 02 37 64 40 74 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :