[27] C l'Eure n°67 décembre 2014
[27] C l'Eure n°67 décembre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de décembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Eure

  • Format : (300 x 450) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 3,0 Mo

  • Dans ce numéro : reportage... 133 millions d'euros d'investissement public pour le très haut débit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
L’interview du mois Philippe Croizon Consultant handicap « Changer de regard sur le handicap » Premier athlète français amputé des quatre membres à traverser la Manche à la nage, Philippe Croizon, le « nageur de l’extrême », use de sa notoriété et de son charisme comme consultant. Il était l’invité du colloque national « Sport handicap, Sport citoyen » organisé par par la Commission Sport et Handicap de l’Eure avec le soutien du Département, en novembre dernier à Evreux. Que retenez-vous de ce colloque ? Je suis très sollicité, en France et à l’étranger, pour participer à des colloques, séminaires, formations en entreprise sur le thème du handicap ou du dépassement de soi. Mais un tel événement sur trois jours, très suivi par le public et qui aborde tous les bienfaits de la pratique sportive sur l’équilibre physique, mental et social de la personne handicapée, reste rare. Cela contribue à changer le regard de la société sur le handicap et c’est le défi que j’ai décidé de relever, il y a de cela sept ans, à travers mes performances sportives et aujourd’hui, ma société de consulting (1). Quelle est votre histoire ? Le 5 mars 1994, l’ouvrier métallurgiste de 26 ans que j’étais est mort. Victime d’un cas d’électrocution rarissime, je suis resté trois mois en soins intensifs, j’ai subi une centaine d’heures d’interventions chirurgicales et j’en suis ressorti, plus survivant que vivant, amputé. Pendant douze ans, j’ai subi mon handicap, enduré la souffrance physique et morale, espéré mourir. Et puis un jour, sauvé par l’amour, « j’ai décidé de vivre » (titre de son premier livre paru en 2006), de dominer mon handicap pour en faire un formidable outil de dépassement de soi. Pour me prouver, et montrer à tous, que rien n’est impossible, que chacun possède cette puissance de réactivité, mise en sommeil par une vie aseptisée. Pourquoi avoir choisi le sport ? Le sport est un outil de résilience incroyable. Il m’a permis d’accepter et de maîtriser mon corps mutilé. Je me suis entraîné pendant cinq ans, 35 heures par semaine, pour devenir le premier athlète français aussi lourdement handicapé à traverser la Manche à la nage, puis à relier les cinq continents en traversant les détroits. Autant de défis que je n’aurais sans doute pas envisagé du temps de ma pleine intégrité physique et que la plupart des « valides » n’osent pas imaginer. Aujourd’hui, je mets mon expérience, ma conviction, mon énergie au service d’un message. (1) Créée en 2012 et basée à Ingrandes (Vienne), Philippe Croizon Consulting (philippe-croizon-consulting.com) propose des prestations de conférencier, consultant, chroniqueur média et ambassadeur de marques. TOUR COMPLET Premier collège HQE eurois Depuis septembre, les élèves du collège Marie-Curie de Bernay profitent d’un établissement flambant neuf qui vient d’être officiellement inauguré. Pas moins de 16,5 millions d’euros ont été investis par le Département de l’Eure dans cette construction moderne et fonctionnelle mais aussi labélisée HQE, pour haute qualité environnementale. Le nouveau collège est ainsi exemplaire sur le plan de sa construction, de son fonctionnement quotidien ou encore de sa maintenance avec des solutions innovantes mises en œuvre comme la récupération des eaux de pluie ou encore l’installation de capteurs solaires. Il s’agit du premier collège eurois à recevoir ce label. D’autres vont suivre dans les mois à venir comme le collège de Bourg-Achard en cours de construction. « Etre ensemble dans la maison médicale est une évidence aujourd’hui, lance Sylvaine Mabilais-Marty, l’un des quatre médecins généralistes à avoir installé son cabinet dans la structure. Et pourtant, je n’étais pas convaincue au début. » Avec le soutien financier de l’Europe, de l’Etat, de la Région et du Département (lire encadré), le projet a pu être mené à terme. « Regrouper les docteurs au même endroit, c’est une très belle idée », estime Jeannick Chauvin, qui attend son mari chez le kiné. Si Cormeilles est un bourg dynamique de 1 200 âmes, l’ombre de la désertification médicale menaçait. « Si nous voulions maintenir un accueil médical à Cormeilles, classée par l’Agence régionale de santé (ARS) comme « zone fragile », nous n’avions pas le choix, assure le Dr Gilles Agostini qui a, le premier, tiré la sonnette d’alarme. Le bilan est déjà positif, puisque l’arrivée de deux jeunes femmes médecins nous a apporté du sang neuf. » Un bâtiment réhabilité « Nous avons contacté l’ARS qui a répondu favorablement à notre demande, car élus et praticiens portaient ce projet ensemble », se souvient Pascal Cauche, maire de Cormeilles, depuis 2008. Aujourd’hui, la maison médicale, implantée dans un bâtiment réhabilité en plein cœur de bourg, regroupe quatre médecins généralistes, trois infirmières, trois kinésithérapeutes et une pédicure podologue. Une diététicienne et une psychologue y tiennent des permanences hebdomadaires. Une salle permet de gérer les urgences avant un transfert vers l’hôpital le plus proche si nécessaire. « Maintenant, les patients savent que l’un d’entre nous sera toujours disponible pour De Bourg-Beaudoin à l’Elysée Cela restera un 11 novembre pas comme les autres pour Clara Colleret, élève de CM1 à Bourg-Beaudoin et son professeur des écoles, Laurence Mouquet. A l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de l’Armistice, le professeur et son élève étaient en effet parmi les invités du Président de la République, François Hollande. Cette invitation faisait suite à la participation de la classe de Clara et de sa maîtresse au concours national « Les petits artistes de la mémoire ». En rendant un hommage émouvant à un poilu, la classe de CM1 de Bourg-Beaudoin a remporté le premier prix de l’académie de Rouen et le privilège d’envoyer la représentante de la classe participer aux commémorations du 11 novembre, aux côtés du chef de l’Etat, à Paris puis à Notre-Dame-de-Lorette pour l’inauguration de l’Anneau de la Mémoire. Maison médicale de Cormeilles Traitement efficace contre la désertification médicale Afin d’assurer aux Eurois un meilleur accès aux soins de proximité, le Département soutient la création et le développement des maisons de santé. Retour à Cormeilles, dans l’un de ces établissements ouvert il y a un an. Les patients et les praticiens de la maison médicale de Cormeilles bénéficient du confort moderne d’un bâtiment neuf. le recevoir », assure Sylvaine Mabilais-Marty. Caroline Davoust, pédicure podologue ajoute  : « La proximité avec les autres praticiens est vraiment intéressante. Nous pouvons réorienter un malade vers l’un ou l’autre. Et s’il y a une urgence, c’est rassurant. » Les professionnels et les patients y gagnent. « Plus grands et accessibles aux personnes à mobilité réduite, nos locaux sont adaptés à l’exercice de notre profession, souligne Valérie Seigné, masseur–kinésithérapeute. Nous avons installé plus de matériels, ce qui nous permet de proposer plusieurs techniques. C’est un confort supplémentaire pour nous et pour les patients. » En garantissant une offre de soins de proximité à la population, la commune a un atout de plus pour séduire de nouvelles familles avec enfant et retenir celles qui y vivent déjà. Un engagement fort du Département « Les maisons de santé pluridisciplinaires sont un moyen de contribuer à éviter les déserts médicaux. La présence du Département sur ce dossier est un moyen pour notre collectivité d’intervenir sur cette question essentielle pour les Eurois  : la santé », insiste Jean Louis Destans, Président du Conseil général. Ainsi dans le Département, depuis 2011, sept projets d’aménagement de maisons de santé ont vu le jour à Saint-Andréde-l’Eure, Gaillon, Tillières, La Madeleine-de- Nonancourt, Etrépagny, Château-sur-Epte et Cormeilles représentant un engagement financier de plus de 2 M € . E clairage Un tour de table financier complet Le coût de ce projet, soutenu par le « 276 » dans le cadre du contrat de pays Risle-Estuaire 2011-2013, s’élève à 1 350 000  € d’investissement. Il est financé par la commune de Cormeilles pour plus de 511 000  € , le Conseil général de l’Eure pour 256 000  € , la Région Haute-Normandie à hauteur de 256 000  € . L’État intervient quant à lui à hauteur de 245 000  € et l’Europe à travers le FEADER pour 81 863  € .
Une extension et un plateau sportif pour les collégiens de Romilly Dans un délai de réalisation serré, l’extension du collège de la Côte des Deux Amants à Romilly-sur-Andelle a été livrée à la rentrée de septembre. Les élèves et la communauté éducative bénéficient ainsi d’un nouveau bâtiment moderne et fonctionnel, de plus de 1400 m², comprenant quatre nouvelles salles de sciences, deux salles de technologie, une salle d’arts plastiques, une salle de musique et une salle d’animation qui a été inauguré par le Président du Département, Jean Louis Destans et le vice-président Jacques Poletti, conseiller général du canton. À cette occasion le nouveau plateau sportif, également destinés aux collégiens, a lui aussi été inauguré ainsi que des travaux lourds de rénovation de la demi-pension. En tout, pas moins de 4,6 millions d’euros ont été investis par le Département pour favoriser la réussite scolaire des élèves de cet établissement. Une aide pour plus de 750 clubs sportifs Le soutien au sport est l’une des préoccupations du Département. Lors de la dernière commission permanente, les élus ont attribué une subvention de 935 000 e en faveur de 754 clubs sportifs eurois avec l’objectif de permettre le développement d’une pratique sportive de qualité, ouverte vers le plus grand nombre. Ce dispositif est complété par la signature entre le Département et les comités sportifs eurois de conventions d’objectifs et par le soutien à l’organisation de nombreuses manifestations sportives sur le territoire. Ces deux engagements sont assortis chaque année d’une enveloppe financière d’environ 650 000e. Nouvelle technologie Le très haut débit prend de la vitesse Après les travaux de construction des infrastructures, le très haut débit commence à arriver dans les entreprises et chez les particuliers grâce à une volonté politique forte et partagée, accompagnée d’un investissement public de plus de 133 millions d’euros sur cinq ans. Lundi 1er décembre, le Président d’Eure Numérique, Alfred Recours, le Préfet de l’Eure, René Bidal, le Président du Département, Jean Louis Destans, le Président de la Région, Nicolas Mayer-Rossignol et le président d’Altitude Infrastructures, David El Fassy ont paraphé l’accord d’engagement pour le déploiement du THD dans l’Eure, officialisant un tour de table financier à plus de 130 millions d’euros. Dans quelques jours, les premiers foyers eurois vont pouvoir bénéficier des avantages de la fibre optique pour accéder à internet. Avec des débits jusqu’à présent inconnus, la fibre et le très haut débit (THD) qui l’accompagne, marquent l’ouverture d’une nouvelle ère de l’internet avec des usages que l’on peut entrevoir aujourd’hui mais qui devraient considérablement se développer dans les années à venir. Ce bond technologique dont les habitants du canton de Conches-en-Ouche seront les premiers à bénéficier dès le début de l’année, ne doit rien au miracle mais au contraire à un travail long, patient et également très coûteux dans lequel les collectivités publiques, Département de l’Eure en tête, se sont investies depuis plusieurs années. Car avant Les investissements consentis pour le déploiement du THD ont également un impact sur l’activité d’entreprises euroises qui se sont emparées des nombreux chantiers ouverts. d’arriver aux portes de 70% des foyers eurois d’ici 2019, le THD nécessite une infrastructure bien réelle. Un réseau de plus de 500 km Ainsi, plus de 500 kilomètres de fibre optique ont été enfouis à travers tout le territoire depuis 2004. Ce réseau constitue la colonne vertébrale du projet THD du Département de l’Eure qui vient de signer, avec ses partenaires que sont la Région et l’Etat, un accord d’engagement portant sur un investissement public de plus de 133 millions d’euros sur cinq ans. Il s’agit du prix à payer pour ne pas laisser s’installer dans l’Eure la fracture numérique. « Cela répond à une exigence forte des habitants de ce territoire qui ne veulent pas passer à côté de cette technologie. Un lourd défi relevé Il s’agit aussi d’un choix politique tourné vers l’avenir et porté par le Département que nous partageons avec l’Etat et la Région mais également avec les communes, les com munautés de communes et les agglomérations. Cette volonté commune va nous permettre, dans les cinq ans à venir, d’atteindre l’objectif ambitieux de mettre le THD à disposition de 70% des Eurois », précise Jean Louis Destans, le Président du Département. Cet engagement place l’Eure dans le peloton de tête des départements français et met ainsi à la disposition des Eurois un outil tourné vers l’avenir. > Retrouvez sur www-eureenligne.fr, dans la rubrique vidéo, un film de présentation du THD dans l’Eure Sur le plan technique et financier, le déploiement du THD dans l’Eure est un défi considérable. « Mais la première étape est franchie », se réjouit Alfred Recours, vice-président du Département mais aussi président du syndicat mixte ouvert Eure Numérique à qui incombe aujourd’hui la suite de la mise en œuvre du déploiement du réseau dans le département en partenariat avec les collectivités locales concernées. Et si les particuliers et entreprises vont bénéficier progressivement des avancées du THD, ce projet de longue haleine est également une opportunité pour plusieurs entreprises euroises qui se spécialisent dans les chantiers liés à la fibre optique et au THD. De nouvelles compétences qui s’exportent en dehors du département et qui contribuent à créer de l’activité et donc de l’emploi. EUREK@, B on à savoir Des offres pour les entreprises et les particuliers Les offres commerciales liées au THD se développent pour les particuliers comme pour les entreprises. Elles sont actives dans plusieurs zones d’activités (Le Long Buisson à Evreux, Les Granges à Bernay, ZAC de Thuit-Anger), bientôt opérationnelles à Pont-Audemer et en phase d’étude à Brionne, aux Andelys, à Carsix ou encore à Gisors. Ces offres professionnelles sont proposées par les fournisseurs d’accès habituels et commercialisés à partir d’environ 130 euros par mois avec des garanties de services. Pour les particuliers, la commercialisation passera également par les fournisseurs d’accès habituels du marché. Pour un abonnement mensuel sensiblement équivalent à l’Adsl (à partir de 30 e par mois), les abonnés pourront bénéficier de tous les avantages de la fibre et ses très hauts débits avec une simple prise. D’ici la fin de l’année, un site internet, eureka-thd.fr, permettra à chacun de vérifier son éligibilité à l’accès au THD dans l’Eure.. On prend date. Jeudi 8 janvier À 18h, cérémonie des vœux aux personnalités dans le hall de l’Hôtel du Département à Evreux.. Lundi 12 janvier À 14h, réunion des élus de la commission permanente du Département à l’Hôtel du Département.. Samedi 24 janvier Nuit de l’orientation dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie, rue Henri Becquerel à Evreux, de 14 h à 20h, pour permettre aux visiteurs (collégiens, lycéens, étudiants, jeunes non scolarisés, parents...) de découvrir une large palette de métiers et les aident à identifier les entreprises du département qui seront les employeurs de demain. L’entrée est libre.. Samedi 31 janvier À partir de 20h, 7 e rencontre des ateliers de théâtre avec des troupes de Breteuil-sur- Iton, Conches et Evreux dans les locaux de l’association Jeanne d’Arc à Evreux, 45, rue Saint-Germain. L’entrée est libre. MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DE L’EURE n°67 Décembre 2014 p.4/5 Gm

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :