[27] C l'Eure n°66 novembre 2014
[27] C l'Eure n°66 novembre 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°66 de novembre 2014

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Eure

  • Format : (300 x 450) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Giverny... le musée côté coulisses.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
au rebond évolution Construisons ensemble Le Département a rendez-vous avec sa jeunesse Jean Louis Destans Président du Conseil général de l’Eure Une qualité de gestion qui nous protège Depuis maintenant quatre années, nous avons choisi de faire régulièrement évaluer la qualité de notre gestion budgétaire par un organisme indépendant. Même si toutes les collectivités ne le font pas, pas même tous les Départements, nous considérons qu’il s’agit pourtant d’une exigence, celle de la transparence, et d’un moyen de vous rendre compte, de manière objective, de la façon dont nous conduisons les politiques départementales. Tous les six mois, l’agence de notation Standard & Poors examine donc minutieusement le budget départemental et son exécution. Le 3 octobre dernier, elle nous a ainsi attribué la note « AA » pour le long terme et « A-1+ » pour le court terme. Derrière ces formules qui peuvent apparaître obscures, il faut retenir que le Département de l’Eure fait partie des trois Départements les mieux gérés de France. De l’avis même de l’agence, notre gestion budgétaire est « claire », « de qualité », « prudente » et « très efficace ». Cette performance est d’ailleurs saluée compte tenu du contexte national qui voit les dotations aux collectivités locales diminuer d’un côté, et le nombre de bénéficiaires d’allocations de solidarité que verse le Département, comme le RSA (revenu de solidarité active), augmenter de l’autre. Dans un contexte que l’on peut donc qualifier de difficile – le nombre de bénéficiaires du RSA a augmenté de 20% dans l’Eure sur la période 2011-2013 –, nous sommes déterminés à continuer d’assumer nos missions avec la même efficacité. C’est là que nos efforts en matière de bonne gestion prennent tout leur sens : ils nous permettront demain de garantir une qualité de service public élevée pour répondre à votre exigence et vos attentes. Nous pourrons continuer d’assumer avec détermination notre rôle de premier investisseur public dans l’Eure pour assurer un développement équilibré de nos territoires et répondre aux enjeux de demain comme le Très Haut Débit. Nous poursuivrons également nos efforts en matière d’innovation pour continuer d’expérimenter de nouvelles politiques publiques comme nous le faisons aujourd’hui pour la garantie jeunes, avec les actions bien vieillir ou pour l’accompagnement global avec Pôle Emploi. Voilà l’état d’esprit dans lequel nous préparons le budget de notre collectivité pour l’année 2015. Notre ambition est de maintenir cette grande diversité d’action que vous pourrez d’ailleurs découvrir une nouvelle fois dans ce numéro de C l’Eure. Nous avons la conviction que demain, encore plus qu’hier, les Euroises et les Eurois auront besoin d’un Département fort pour les soutenir et les accompagner dans leurs projets. Cordialement, Le Conseil général a décidé de construire sa politique jeunesse avec les premiers intéressés. Pour la troisième année consécutive, le Département part à la rencontre des 16-25 ans, pour entendre ce qu’ils ont à dire et déterminer comment mieux les accompagner dans leurs projets. Ils se connaissent déjà un peu mieux, car c’est leur troisième rendez-vous. Mais ils ont encore beaucoup à apprendre l’un de l’autre. En novembre prochain, le Conseil général ira de nouveau à la rencontre des jeunes Eurois, via neuf réunions, organisées sur tout le territoire afin que chacun puisse y participer. Ce rendez-vous annuel, le Département l’a initié en 2012, pour développer une nouvelle relation avec sa jeunesse, qui représente une part importante de la population (1), et construire, avec elle, une politique qui lui corresponde vraiment. « Une démarche innovante dans le sens où c’est bien le Département qui va à la rencontre des jeunes, pas l’inverse », constate Leslie Cléret, viceprésidente du Département, en charge notamment des politiques jeunesse de la collectivité. Un site Internet, des terrains de sports, des permanences santé… En 2012 et 2013, ces deux premiers rendez-vous avaient rassemblé au total 800 jeunes Eurois, venus de tout le territoire. « Ces échanges avaient permis de confirmer leurs besoins et leurs attentes, et de valider, avec eux, les actions à mettre en place » indique Frédérique Jamet, chargée des projets jeunesse à la Direction de l’Education, de la Jeunesse et du Sport au Conseil général. Le site Internet Start’Eure, qui recense les informations et structures à destination des 16-25 ans, avait ainsi vu le jour. Il enregistre aujourd’hui jusqu’à 4 500 connexions par mois. « Ce site était une demande forte de la part des jeunes qui souhaitaient disposer d’une information fiable et territorialisée », poursuit Frédérique Jamet. En deux ans, de nombreuses actions ou expérimentations sont ainsi nées dans le sillage de ces rencontres, comme les permanences santé (2), un dispositif d’accompagnement des groupes musicaux locaux, ou l’ouverture de nouveaux terrains multisports dans tout le département. Dans le même élan, le Conseil général accompagne aussi, depuis juin dernier, à travers l’initiative « projets jeunes eurois », des idées individuelles ou collectives que les jeunes souhaitent mettre en oeuvre sur leur territoire. Ils peuvent bénéficier d’une aide allant jusqu’à 2 000e. Cette nouvelle édition des rencontres avec la jeunesse promet cette année d’être différente des éditions précédentes (lire ci-dessous). « Les premières rencontres ont permis d’écouter ce qu’ils ont à dire, il s’agira là de voir ce qu’ils savent faire, afin que nous puissions encore mieux les aider, les accompagner ». (1) Les moins de 25 ans représentent 32% de la population euroise, ce qui fait de l’Eure le plus jeune des départements normands. (2) Deux permanences physiques ont été mises en place à Evreux et Val de Reuil, ainsi qu’une permanence téléphonique et par mail. Framppipe Et toi, tu fais quoi les 27 et 28 novembre prochains ? Les 3 e rencontres Jeunesse se dérouleront les 27 et 28 novembre, dans 9 communes du département. Tous les Eurois de 16 à 25 ans sont invités à y participer, pour exprimer leur point de vue, en savoir plus sur les initiatives dans leur département ou participer à un projet à côté de chez soi… Le tout dans une ambiance conviviale avec un repas partagé, des concerts et des animations. Pas besoin de s’inscrire pour y participer, rendez-vous directement : LE 27 NOVEMBRE A 19 H BERNAY MJC (Salle des Fêtes), Place de la République. 02 32 43 00 89 LE 28 NOVEMBRE A 19 H BRETUEIL-SUR-ITON Association LE P.A.R.C, 191 rue d’Argentan 02 32 29 71 82 GAILLON Espace Condorcet, 12/14 rue Jean-Moulin 02 32 77 50 80 LOUVIERS La Chaloupe, 3 chemin des Fontenelles 02.32.09.58.07 CONCHES MJC, 4 rue Sainte-Foy 02 32 30 23 15 GRAVIGNY (EVREUX) Salle Gérard Philippe, 2 rue de la Poste 02 32 39 85 20 PONT-AUDEMER Centre d’animations La Passerelle, rue de l’Etang 02 32 56 89 04 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE L’ANDELLE Maison de l’Andelle, La vente Cartier, à Charleval 02 32 49 90 09 VERNON Centre social Léopold Sédar Senghor, rue Georges André 02 32 51 05 59 au fil du mois Ai De la batterie à la guitare Plus d’infos sur start.eure.fr Le Conseil général soutient le festival « Rock dans tous ses états ». Il est également présent sur l’hippodrome de Navarre chaque année et tient un stand aux couleurs euroises. Ce stand fait l’objet d’une grande fréquentation par les festivaliers qui participent à un concours par tirage au sort dont le lot est une guitare électrique d’exception. Cette année c’est une jeune femme qui a remporté la guitare Fender Jazzmaster. Marion Pecquenard, de La Couture- Boussey, musicienne jouant depuis 10 ans de la batterie, va changer d’instrument : « Je me suis inscrite à un cours de guitare qui débute cet après midi, » a-t-elle avoué à Francis Courel, président de la commission Culture du Département venant de lui remettre son instrument. On l’attend dans les années à venir sur une scène du festival… Festival du film d’éducation Le Festival du Film d’Education, se déroulera à Evreux pour la dixième année consécutive. Soutenu par le Département, organisé par les Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active, (CEMEA), il ouvrira ses portes le mardi 2 décembre, au cinéma Pathé d’Evreux. Les films proposés et le regard de leurs réalisateurs, aborderont les grandes problématiques de l’éducation, de l’enfance et de la jeunesse, de la transmission culturelle ou intergénérationnelle et de la lutte contre toutes les discriminations à travers des histoires et des parcours de vie d’enfants, de jeunes et d’adultes. Ces films s’adressent aux parents, éducateurs, responsables associatifs ou de collectivités locales. Plusieurs tables rondes et débats « réalisateurs - public », seront proposés jusqu’au 6 décembre. Programme et renseignements : www.festivalfilmeduc.net r
grand angle Deux paparazzis dans le hall du Conseil général. Non pas pour voler quelques clichés qui pourraient régaler la presse people mais plutôt pour nous inciter à regarder différemment ce à quoi habituellement on fait bien peu de cas : nos poubelles. Et pousser ainsi plus loin notre réflexion sur ce que l’on jette à l’occasion de la semaine européenne de la réduction des déchets. Réduction des déchets : l’art de la sensibilisation Après avoir passé sous les feux de la rampe les détritus des stars, Pascal Rostain et Bruno Mouron ont photographié les déchets de familles anonymes sur tous les continents. Leurs photos racontent ainsi le monde et parfois ses excès consuméristes. Les collégiens en première ligne Les adolescents sont un public particulièrement réceptif aux questions d’environnement. Inciter les collèges à entrer dans des démarches d’expérimentation est un bon moyen de toucher ces jeunes et de façon indirecte les familles. Ainsi, trois collèges seront sélectionnés cette année pour participer à un parcours de sensibilisation au gaspillage alimentaire qui sera animé par une association particulièrement impliquée dans ce domaine : 1001 Légumes Beaumesnil. Dans les collèges toujours, les composteurs commencent à faire leur apparition. Avec une idée simple : valoriser, d’une façon naturelle, les déchets issus de la demi-pension. Les collèges Lucie-Aubrac à Bueil, Marceron à Montfort-sur-Risle, Croix-Maître-Renault à Beaumont-le-Roger et Curie à Pont-Audemer seront ainsi équipés cette année d’une table de tri et d’un composteur de grande capacité. Des composteurs commencent à être installés dans les collèges pour transformer, naturellement, une partie des déchets de la demi-pension. Il y a plus de 20 ans, Bruno Mouron et Pascal Rostain, photo-reporters pour Paris-Match, ont décidé de « faire les poubelles » de leurs clients habituels, les célébrités. Serge Gainsbourg, Marlon Brandon, Jack Nicholson, Madonna ou Mick Jagger par exemple ont pu voir le contenu de leurs poubelles passer devant leurs objectifs. Soigneusement triés et mis en scène, selon une logique autant formelle que taxinomique, sur une toile de velours noire, comme si l’on photographiait des bijoux, les déchets sont ainsi devenus des œuvres étonnantes. Au fil des années, le travail des deux artistes a évolué vers une dimension plus sociologique. En s’intéressant aussi aux poubelles des anonymes des quatre coins du monde, dans les pays riches comme dans ceux en voie de développement, ils mettent en images la face sombre de la consommation de masse avec son corolaire d’un volume toujours plus grand de déchets. Plus de déchets dans l’Eure qu’ailleurs C’est cet aspect de leur travail, reconnu aujourd’hui de façon internationale, que le Département, en partenariat avec l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), a décidé de mettre en valeur lors d’une exposition exceptionnelle dans l’Hôtel du Département. Par ce biais, il s’agit de sensibiliser les Eurois aux enjeux, pour le présent et l’avenir, de la production de déchets. Nous sommes en effet dans l’Eure, de plus gros producteurs de déchets que la moyenne des Français : 735 kg par an et par habitant contre 590 sur le plan national. « Cela s’explique en grande partie par la production de déchets verts mais aussi d’encombrants », explique Bernard Christophe, conseiller général du canton de Routot, plus particulièrement chargé des questions d’environnement. « Les collectes de ces déchets verts en porte à porte, par exemple, ainsi que le maillage assez dense des déchèteries incitent la population à utiliser ces services plutôt que de chercher des alternatives comme le compostage à domicile, la réparation ou le réemploi des meubles par exemple », poursuit l’élu. Des petits et des grands gestes Pour faire évoluer les mentalités et les pratiques quotidiennes, des actions de sensibilisation sont menées dans le territoire. Dans les collèges ou auprès des structures sociales, on attire l’attention sur le gaspillage alimentaire et les moyens de ne plus jeter un légume ou un fruit un peu mûr par exemple mais de l’utiliser autrement. En créant un annuaire des acteurs du réemploi, de la réparation et de la location, on incite à envisager une autre façon de « consommer » des meubles, des outils ou des appareils électroménagers. Par ailleurs, le Conseil général apporte un soutien technique et financier aux programmes locaux de réduction des déchets des collectivités. Il s’agit ainsi de décliner, au plus près des habitants, les messages inhérents à la réduction des déchets et les moyens, souvent modestes, à mettre en œuvre pour enrayer cette production toujours croissante. La préservation de nos ressources naturelles, du climat ou encore de la biodiversité passe par ces petits gestes aux grandes conséquences. PRATIQUE > L’exposition « Autopsie » réalisée par Bruno Mouron et Pascal Rostain est présentée à l’Hôtel du Département, boulevard Georges-Chauvin à Evreux jusqu’au jeudi 4 décembre. L’entrée est libre et gratuite du lundi au samedi, de 10 h à 19h. Des visites guidées sont organisées toutes les heures les samedis (durée 30mn). Plus d’informations sur www.eureenligne.fr www.facebook.com/eureenligne Une poubelle « locale » parmi les œuvres Le contenu de la poubelle d’un Eurois - anonyme aujourd’hui - est exposé à côté de ceux de Brigitte Bardot, Madonna, Ronald Reagan, Serge Gainsbourg, Mick Jagger. Et si son propriétaire la reconnaît, une surprise lui est réservée. Une visite s’impose donc… ? L'EX'TRASte que fait l’Eure Des alternatives pour ne plus jeter Une des actions phares du plan départemental de réduction des déchets pour 2014 est la création d’un annuaire dématérialisé recensant les acteurs du réemploi, de la location et de la réparation dans l’Eure : cet annuaire, qui sera disponible en ligne à la fin de l’année, permettra au grand public de savoir où donner ses objets inutilisés, où faire réparer ses appareils défectueux et où louer des biens plutôt que de les acheter. au fil du mois Un nouveau village d’artisans Un 4 e village d’artisans vient d’être inauguré dans le département. Après Le Neubourg, Charleval et Etrépagny, c’est celui de la Lisière à Pont-de-l’Arche qui vient d’être livré. « Le 276 soutient ce projet qui permet à la fois d’accompagner le développement économique local, de répondre aux besoins des entreprises et de diversifier l’offre immobilière », ont souligné les Présidents de la Région et du Département qui ont apporté chacun 152 000 € pour sa réalisation. Ce village implanté à proximité avec la RD31 et l’A13 est constitué de 15 cellules de bureaux et ateliers construits sur mesure et loués au prix du marché local sur une superficie de 1 600m². Le prochain village d’artisans sera inauguré à Thuit-Anger. écrivain public Depuis début novembre, le Département mène une expérimentation dans trois centres médicaux sociaux. Pour faciliter l’information des usagers sur leurs droits et démarches administratives et développer l’accès aux services publics en zones rurales, est proposé un guichet d’accueil polyvalent du public. Dans ce cadre, un cabinet d’écrivain public, « l’écho des Mots », travaille en partenariat avec le Département pour assurer aux usagers un accompagnement administratif, rédactionnel et informatique. Réalisée à titre gracieux, cette expérimentation, validée lors de la commission permanente d’octobre, s’étendra sur trois mois. Les missions se dérouleront dans les Centres médicaux sociaux de Nonancourt (chaque premier mardi du mois de 14h à 16h) ; Ezy-sur-Eure (le premier mercredi du mois de 14h à 16h) ; Saint-André-de-l’Eure (le premier mardi du mois de 9h à 12h.) MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DE L’EURE n°66 Novembre 2014 p.2/3

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :