[27] C l'Eure n°54 nov/déc 2012
[27] C l'Eure n°54 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°54 de nov/déc 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général de l'Eure

  • Format : (300 x 450) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : les atouts économiques de l'Eure face à la crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
AU REBOnd GRAND ANGLE Jean Louis Destans Président du Conseil général de l’Eure L’Eure bien notée ! Le rôle des Départements change. Une nouvelle ligne de fracture apparaît dans la société française et oppose les grandes villes et les métropoles aux territoires ruraux ou périurbains, qui ont parfois le sentiment d’être oubliés, écartés du progrès. L’activité, les services publics, la qualité du lien social y sont fragilisés. Cela inquiète nos concitoyens qui me le disent. Pour rétablir l’équilibre, corriger une situation à bien des égards inacceptable car elle renvoie à l’idée qu’il y aurait plusieurs catégories de citoyens et plusieurs catégories de territoires, les Départements ont un rôle et une vocation irremplaçables. De ce point de vue, l’excellente notation (« AA avec perspective stable », ce qui équivaut à un 18/20) qui a été obtenue par le Département de l’Eure auprès de l’agence de notation Standard and Poor’s est une excellente nouvelle. Cette performance budgétaire fait de notre Département un des mieux notés de France. Amélioration de l’autofinancement, capacité de désendettement parmi les meilleures, investissement toujours soutenu : cette équation vertueuse est exceptionnelle. Elle nous permettra de continuer à investir et à agir pour les Eurois, notamment pour les politiques de solidarité qui sont la première de nos compétences, dans les meilleures conditions. Cela est indispensable. Le Gouvernement a entrepris le redressement de la France. A travers la loi de Finances, il s’astreint à limiter le déficit public – qui avait atteint des niveaux inacceptables – et travaille à construire une fiscalité plus juste. Il s’attaque à la compétitivité, ouvre des possibilités fortes pour le financement des PME. Il construit des solidarités nouvelles avec le contrat de génération, les 150 000 emplois d’avenir dans lesquels le Département de l’Eure s’engagera, la réforme de la dépendance ; il aborde concrètement le thème des solidarités territoriales, en travaillant à des opportunités nouvelles sur le logement, en réfléchissant aux nouveaux contrats avec les territoires, en construisant une 3 ème étape de la décentralisation dans laquelle les Départements tiendront toute leur place. Nous nous inscrivons pleinement dans cette démarche. Le Département de l’Eure qui a toujours été innovant veut défricher des politiques nouvelles. C’est pourquoi il sera présent au rendez-vous de la compétitivité et du progrès. Cordialement, Économie : les filières Les plans sociaux des entreprises en difficulté font plus souvent la Une des journaux que les créations d’emploi par les nouvelles entreprises. L’Eure n’est évidemment pas épargnée par les conséquences d’une conjoncture économique défavorable. Et si les défaillances d’entreprise y sont beaucoup moins importantes qu’en France (+8,3% contre +23,5%, chiffres INSEE), cela tient en partie à un ensemble de filières performantes, notamment dans les domaines beauté/santé, e-commerce et vente à distance, « aéronautique et espace », agro-alimentaire ou encore électricité et électronique. Cela tient aussi aux efforts de l’ensemble des acteurs économiques pour faire valoir les atouts de l’Eure. d’avenir dans l’Eure Dans ce paysage économique eurois contrasté, deux secteurs tirent particulièrement leur épingle du jeu et constituent les atouts-maîtres du département du fait des perspectives de développement qu’ils offrent. Il s’agit de la filière santé-beauté et de cet ensemble très complémentaire regroupant les entreprises de vente à distance, d’e-commerce et de logistique. La filière santé-beauté en plein développement « L’Eure a la chance de se situer dans la 2e région française dans la filière chimie-biologie-santé, explique Nicolas Lizart, directeur d’Eure Expansion*, l’agence de développement économique du Département. Le secteur y concentre 10 000 salariés dont 2 000 chercheurs et experts, répartis notamment sur 3 parcs d’activité dédiés : Pharma-Parc (I et II) au Vaudreuil/Val-de-Reuil, BioNormandie Parc à Miserey, et Rouen Innovation santé. Et surtout, nous pouvons nous appuyer sur un tissu existant de grandes entreprises de santé comme Johnson & Johnson, Sanofi-Pasteur, GSK et Aptar (ex-Valois), ainsi qu’un nombre important de PME, et aussi dans le domaine beauté/cosmétique, avec entre autres PKB (Angerville-la-Campagne), Hermès (Le Vaudreuil), Bernay automation ou CCI (Acquigny). » Ce socle bénéficie par ailleurs d’un environnement régional propice, avec la technopole CBS (chimie-biologie-santé), basée à Val-de-Reuil, qui anime et met en réseau les acteurs de la filière. La structure est subventionnée par le Département de l’Eure, tout comme la Cosmetic Valley, premier centre de ressources mondial de la parfumerie cosmétique, qui regroupe 550 PME (63 000 emplois) dans les régions Centre, Ile-de- France et Haute-Normandie. Un environnement riche également en termes de structures de formation (l’IUT d’Evreux, mais aussi les CHU/CHR de Rouen et Paris à une heure d’Evreux). De son côté, Eure Expansion « a contribué à l’installation dans l’Eure de plusieurs entreprises de biotechnologies, rappelle son président, Bernard Christophe. Je citerai pour mémoire TFChem, Holodiag, Polyintell, à Val-de-Reuil, et Biogalenys qui s’est établie au BioNormandie Parc, à Miserey. Biogalenys vient d’ailleurs d’annoncer la création de BioAdmetys, un nouveau laboratoire de microbiologie et de toxicologie qui va enrichir le BioNormandie Parc qui est un de nos fleurons économiques prometteurs. » Signe du dynamisme reconnu de l’Eure, Outsourcing drug development, le 1 er événement de la sous-traitance en recherche pré-clinique en Europe, avait lieu pour la 3 e année à Evreux fin novembre). Les promesses de la filière vente à distance/logistique/e-commerce Historiquement, cette catégorie d’entreprises dans laquelle on range aussi les centres d’appels – plus souvent nommés « centres de relation clients » – s’est développée entre Paris et Le Havre. L’axe Seine et les autoroutes A13 et A28 constituent des atouts déterminants pour ces activités. Deux entreprises ont joué un rôle actif dans la croissance de cette filière eure, l’imprimerie CPI (ex-Herissey) et Atlas (ex-Guilde du disque). C’est à partir d’elles que sont nées des sociétés comme Diffusion Plus, ADS, Sofag, Multipostage, puis dans leur sillage, Phone Avenir, Duhamel logistique, Outsourcia et bien d’autres. « L’Eure possède une véritable culture de la logistique et de la vente à distance, fait remarquer Nicolas Lizart. De nouveaux centres de relation clients continuent de s’établir dans l’Eure, notamment ces derniers mois à Pont-Audemer (lire encadré) et à Gisors. » On pourrait citer aussi la réussite spectaculaire de SmartBox, créée certes en région parisienne mais par un authentique Ebroïcien (cf. C l’Eure n°50). *www.eure-expansion.fr 100 contrats d’avenir au Conseil général de l’Eure d’ici fin 2013 Le volet de l’emploi des jeunes dans la bataille pour l’emploi est crucial. Le Conseil général de l’Eure va créer une centaine de contrats d’avenir* avant la fin de l’année 2013. « Nous voulons accompagner le gouvernement dans sa politique pour l’emploi des jeunes, confirme Jean Louis Destans. Vingt-six de ces emplois seront pourvus d’ici la fin de l’année et nous devrions atteindre la centaine d’ici fin 2013. Je précise que nous serons exigeants sur la qualité des formations qui accompagneront ces emplois. » *Ces emplois, destinés au secteur non-marchand, sont réservés aux jeunes âgés de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés. Les contrats d’avenir sont des CDI ou des CDD de trois ans, à temps plein. L’Etat s’engage à verser à l’employeur une aide à hauteur de 75% du Smic pendant 36 mois. a u fil du mois Meilleurs apprentis honorés Le Groupement départemental des Meilleurs Ouvriers de France se mobilise dans l’organisation du concours départemental, régional et national du meilleur apprenti. L’occasion de mettre en valeur l’efficacité des efforts scolaires, le savoir-faire des jeunes, le travail de qualité ainsi réalisé et de sortir de l’anonymat certains métiers méconnus. 41 candidats Eurois de différents métiers ont participé au concours 2012. Deux jeunes, concourant dans les métiers de la tapisserie en décors et de la menuiserie en sièges, Chloé Huscenot et Alexandre Filoque, ont été mis à l’honneur et ont reçu leurs diplôme et médaille d’or. Tous les deux étaient scolarisés au lycée Augustin-Boismard de Brionne. Gérard Silighini, premier vice-président du département, a félicité ces deux jeunes le 17 septembre à l’hôtel du Département. La CLE de l’autonomie L’association La Clé (liberté et autonomie par le calcul, la lecture, l’expression) qui a pour activité principale d’accompagner des personnes, de langue française maternelle ou non, pour l’apprentissage de la lecture, l’écriture, le calcul et l’expression afin de favoriser leur autonomie dans la vie quotidienne, vient de se voir doter d’un local. La municipalité de Conches-en- Ouche et la communauté de communes sont à l’origine de cette dotation qui réjouit les bénévoles de la structure.
Cmoi qui le dis L’Eure, terre d’accueil pour les centres de relations client Cmoi qui le dis Nicolas Marcaud Président de DirectM, centre d’appels assurances « Toutes les conditions pour nous développer » « Nous sommes installés à Pont-Audemer depuis 11 ans. J’ai fait mes études ici, ça compte. Nous avons choisi d’implanter notre centre de contacts en assurances (santé, automobile, habitation, prévoyance, protection juridique) ici, parce que les conditions nous permettent de nous développer, à la fois en locaux et en personnel. Notre plan d’évolution rapide va entraîner le recrutement de 60 nouveaux conseillers d’ici à 2013. En 2014, la superficie de nos locaux devra encore progresser pour atteindre 1 600 m² contre 800 m², aujourd’hui, et accueillir plus de 100 personnes. Nous voulons pérenniser Direct M à Pont-Audemer et non créer un centre offshore. Notre croissance est une opportunité pour les jeunes diplômés des écoles et des centres de formation de la région. Nos 40 téléconseillers (dont la majorité habite dans un rayon de 15 km autour du site de Direct M) répondent à 6 000 appels quotidiens. Certains de nos collaborateurs travaillent avec nous depuis l’origine, le turn over est faible, l’ambiance unique. Si nous avons les moyens et les outils nécessaires à notre développement, nous resterons à Pont- Audemer. Direct M sera sensible aux propositions des acteurs locaux pour accompagner cette phase. Nous souhaitons le déploiement de la fibre optique rapidement, par exemple. » Marie-Pierre Przybyla Directrice des centres d’appel de la caisse régionale du Crédit Agricole Normandie Seine « Un pôle de compétences autour des métiers du téléphone » « Nous avons ouvert un centre d’appel à Evreux, en 2009. Il complète celui de Bois-Guillaume en Seine-Maritime. L’idée du Crédit Agricole de Normandie-Seine était d’équilibrer le recrutement entre les deux départements et de créer un pôle de compétences dans l’Eure autour des métiers du téléphone. Au début nous avons donc créé le pôle Accueil téléphonique, puis en 2010, nous avons ajouté le pôle Appels sortants. Avec Filvert Conseil, notre agence en ligne en service depuis 1998, nous avons trois activités qui emploient au total 25 personnes. Les 535 000 clients de notre caisse régionale peuvent appeler ce centre de relation clients. En 2011, nous avons géré 360 000 appels et 42 000 courriers électroniques. Nous sommes le relais entre les clients de la banque et les agences physiques réparties sur tout le territoire. Désormais, nos clients peuvent obtenir des informations soit par téléphone, soit en allant dans une agence, voire les deux. Ce sont eux qui choisissent le moyen qu’ils préfèrent. Nous recrutons des jeunes de la région pour le pôle « appels sortants », environ 4 à 5 par an. Après 18 mois de formation, les téléconseillers intègrent des agences physiques de l’Eure. Leur attachement pour leur département améliore encore nos missions de proximité. » Un effort commun pour accompagner les nouvelles activités Les acteurs économiques institutionnels eurois accompagnent l’émergence de ces nouvelles activités qui représentent autant de chances d’emploi sur les territoires : « L’ensemble des forces vives de l’Eure sont mobilisées, assure Alfred Recours, vice-président « Economie et territoires », qu’il s’agisse du Département de l’Eure, via Eure Expansion, avec les aides qu’il attribue au titre de l’immobilier industriel, ou de ses partenaires, la plateforme associative Initiatives 27, la Chambre de commerce et d’industrie, la Chambre de métiers et de l’artisanat, la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment, la Fédération française du bâtiment ou encore la Maison de la boulangerie. » En tant que chef de file du développement économique, la Région Haute-Normandie, vient de son côté de s’engager, avec les acteurs régionaux et les chambres consulaires des deux régions normandes, dans l’association Buy Normandie pour promouvoir les atouts du territoire régional. Preuve que le développement économique passe aussi par la conjugaison de toutes les énergies disponibles. Groupement interprofessionnel de la région de Vernon un effet réseau local positif Danielle Jadart, présidente du GIRV Le groupement interprofessionnel de la région de Vernon (GIRV) est la plus ancienne organisation d’entreprises de l’Eure. Il a été fondé en 1946 et regroupe à l’heure actuelle 140 entreprises (8 800 salariés) installées essentiellement dans la communauté d’agglomération des Portes de l’Eure (CAPE). Présidé depuis 2007 par Danielle Jadart, fondatrice d’une société de consulting (ECSMI), le GIRV organise des déjeuners d’affaire sur les thèmes tournant autour de l’innovation et de la formation. Il anime aussi chaque année en avril des carrefours des métiers où les entreprises présentes se mettent à la disposition des jeunes des classes de 3 e et de 2nde. L’édition 2011 a attiré quelque 800 jeunes. « Le GIRV, témoigne sa présidente, est un bon moyen pour les entreprises de mieux connaître leur environnement économique, et aussi de faire travailler le vivier de soustraitants présents sur le territoire au lieu d’aller chercher dans d’autres régions. C’est bon pour l’économie locale. Le GIRV constitue par ailleurs un réseau de soutien pour les entreprises qui rencontrent des difficultés ou cherchent à recruter. » Autre occasion pour les entrepreneurs de la région de se rencontrer, le Salon d’affaires du GIRV dont la 2 e édition a eu lieu le 11 octobre dernier à La Chapelle-Réanville, avec plus de 70 sociétés représentées. De surcroît, le GIRV joue un peu dans l’Eure le rôle de « grand frère ». Les autres groupements du département ont retrouvé de la vigueur ces dernières années. Ils sont actuellement au nombre de 10 répartis sur tout le territoire et agissent en lien avec les institutions locales et les autres acteurs économiques pour favoriser la création et le développement des entreprises euroises. Commissaire au redressement productif : l’allié des chefs d’entreprise en difficulté « Face aux difficultés rencontrées par nos entreprises ces dernières années et dans un contexte économique qui reste très incertain, la préservation de nos entreprises et de nos emplois doit être une cause nationale qui mobilise chacun d’entre nous. » Christian Cauvet, 55 ans, est commissaire au redressement productif pour la Région Haute-Normandie. Il a des homologues dans toutes les Régions de France, conformément à la décision du ministre Arnaud Montebourg. Ces hauts-fonctionnaires sont désignés comme les « interlocuteurs privilégiés des entreprises en difficulté » sur leur territoire. Une mission qui va comme un gant à Christian Cauvet dont le parcours à la direction de la Comptabilité publique puis à la direction des Finances publiques du ministère du Budget témoigne de son « attirance pour l’économie ». Concrètement, il reçoit dans son bureau les chefs d’entreprise en difficulté pour les aider à maintenir leur activité. Parfois, un simple coup de fil à une administration peut suffire à débloquer une situation. Pas toujours… Quoi qu’il en soit, la proximité du commissaire avec le préfet de Région agit souvent comme un accélérateur décisif. Sa bonne connaissance du tissu local et les liens qu’il entretient avec l’ensemble des acteurs institutionnels locaux sont tout aussi déterminants. « Les entreprises industrielles, estime-t-il, sont le cœur de notre société. En période de croissance, elles contribuent largement au financement des dépenses publiques, elles doivent donc pouvoir, en retour, recevoir un soutien appuyé en période de crise. » Préfecture de région Haute Normandie 7, place de la Madeleine 76036 – Rouen Cedex Tel. 02 32 76 51 69 Courriel : Christian.cauvet@dgfip.finances.gouv.fr au fil du mois Le nouveau site d’Eure Expansion Véritable structure d’accompagnement des entreprises du Département, Eure Expansion a lancé son nouveau site web afin d’offrir toujours plus d’informations et de conseils pratiques aux salariés comme aux chefs d’entreprise. Le site comprend de nombreuses rubriques destinées à venir en aide aux entreprises candidates à l’implantation et soutenir celles de son territoire dans leur développement. Chaque internaute peut désormais glaner toute sorte d’information : agenda, recherche de logement, actualités économiques, immobilier d’entreprise, infos pratiques… Les collégiens eurois s’ouvrent sur l’Europe Après les Open Days 2012, début octobre à Bruxelles, 12 collèges de l’Eure soit près de 500 élèves, ont planché sur un grand quizz permettant de sensibiliser les collégiens de manière ludique à l’Europe et à leur statut de citoyen européen. Une initiative du Conseil général en collaboration avec la Maison de l’Europe. L’objectif est de donner la parole aux jeunes Eurois pour qu’ils partagent leur vision de l’Union européenne et son influence dans leur avenir à travers différents prismes : historique, linguistique, culturel, gastronomique, économique... La finale aura lieu le 30 novembre au Conseil général et les trois classes lauréates se verront décerner des prix : une visite du Parlement européen à Bruxelles, une visite de l’Assemblée nationale (échange avec des membres de la commission des affaires étrangères et européennes) et une visite de la Représentation de la Commission européenne à Paris. MAGAZINE DU DÉPARTEMENT DE L’EURE n°54 Novembre 2012 p.2/3 c l’eure

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :