[25] Vu du Doubs n°251 mar/avr/mai 2019
[25] Vu du Doubs n°251 mar/avr/mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°251 de mar/avr/mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (289 x 350) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : autonomie, repoussons nos limites.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Photo  : Lionel Georges C’est peu dire que la gestion d’un tel patrimoine – l’équivalent de 120 hectares clos et couverts ! – est complexe. Pour s’adapter à l’évolution de ses missions et à la baisse des financements publics, le Doubs s’est doté d’un Schéma directeur immobilier départemental (SDID) qui définit une stratégie pluriannuelle. Celle-ci répond aux deux priorités fixées par le projet départemental C@P25  : assurer la qualité et la proximité des services rendus au public et maîtriser les dépenses. Des services au plus proche du public Le premier enjeu du SDID vise à offrir un service social présent sur l’ensemble du Doubs à travers les Centres médico-sociaux, première porte d’entrée au Département Mars/Avril/Mai 2019 Territoires Pour des bâtiments adaptés aux services au public Si l’on vous parle du patrimoine immobilier du Département, vous pensez spontanément à la Saline royale d’Arc-et- Senans, au musée Courbet à Ornans… Cependant, l’essentiel est constitué d’une trentaine de Centres médico-sociaux, d’une vingtaine d’Espaces de gestion routière, de locaux administratifs dispersés dans le Doubs… Soit 120 000 m² de surface utile à entretenir et à gérer. Sans compter les collèges publics, eux aussi propriétés du Département. pour le public. Plus de 300 agents départementaux des services sociaux sont concernés par cette démarche ainsi que des milliers d’usagers. De son côté, la Direction des routes, des infrastructures et des transports achève le déploiement de ses services opérationnels sur les différents territoires. Là aussi, quelque 300 agents ont été impliqués. Des sites visibles et accessibles Deuxième enjeu  : une logique de rationalisation préside aux regroupements des services à Besançon, alors qu’ils sont actuellement éparpillés dans toute la ville, ce qui touche plus de 400 agents et plusieurs milliers d’usagers. Deux grands pôles, bien identifiables, sont confirmés  : - au centre-ville, l’Hôtel du Département, avenue de la Gare d’Eau, et le pôle social, rue de la Préfecture ; - à l’ouest, dans le quartier des Tilleroyes  : les bâtiments de la rue Gay-Lussac seront restructurés et agrandis sur 4 000 m² pour améliorer les conditions de travail et réaliser des économies d’énergie. Le public pourra profiter des facilités d’accès et de stationnement. Agriculture  : des échanges fonciers gagnants-gagnants Cette stratégie de gestion patrimoniale conduit le Département à se séparer de certaines propriétés qui ne correspondent pas à ses missions prioritaires, et à mettre en valeur des sites emblématiques comme le musée Courbet et la Saline royale (voir ci-contre). Une seule volonté préside à ces choix  : que le public s’approprie les services et les sites ! Le Département du Doubs accompagne les agriculteurs et les élus locaux dans une démarche originale d’échanges de parcelles, avec le concours de la Chambre d’agriculture. Plus rapides et moins complexes que les opérations de remembrements ou d’échanges de propriété, les échanges en jouissance permettent aux agriculteurs Guy Laithier. L’accueil du centre médico-social de Planoise, à Besançon. Le siège du Département, 7 avenue de la Gare d’Eau à Besançon. de se constituer, à l’amiable, des espaces d’exploitation cohérents. Résultat  : moins de déplacements en tracteur, des économies de carburant, des conditions de travail améliorées, des parcelles plus faciles à entretenir… Pour les propriétaires, c’est le titulaire du bail qui continue d’honorer ses engagements. Photos  : Lionel Georges Une première expérimentation a été menée avec succès à Montfaucon avec le concours de la Chambre d’agriculture. « Je suis passé de 23 parcelles dispersées à seulement six regroupées sur trois secteurs », témoigne Guy Laithier, exploitant agricole. « Nous avons été conquis par cette expérimentation si bien que nous avons proposé à la Chambre d’agriculture de l’étendre à de nouvelles communes », déclare Béatrix Loizon, vice-présidente du Département. Seule collectivité compétente en matière d’aménagement foncier agricole, le Département prend en charge la moitié du coût des opérations, l’autre moitié étant partagée entre la Chambre d’agriculture et les exploitants. Pour en savoir plus  : doubs.fr Photos  : Lionel Georges Photo  : Lionel Georges paRole d'éluE Florence Rogeboz, vice-présidente du Département chargée des ressources humaines, des bâtiments et des moyens généraux « Construire, @ménager, Préserver » « Le Schéma directeur immobilier départemental est l’outil indispensable à notre projet C@P25 et à notre organisation des services C@P.org. Le SDID permettra de répondre aux besoins des usagers et des personnels avec des locaux fonctionnels et adaptés pour assurer un service public de proximité, dans de bonnes conditions de travail. Les différentes étapes de mise en œuvre du schéma s’effectueront dans la concertation avec les acteurs institutionnels que sont les maires ou présidents d’EPCI, les partenaires sociaux… Cette vision pluriannuelle est portée par un plan d’investissement et de cessions qui se confirmera au fil des ans. Il s’inscrit en tous points dans C@P25  : Construire, @ménager et Préserver. » Photo  : Laurent Cheviet Photo  : DR Le Doubs se distingue au salon de l’agriculture Christine Bouquin a suivi le concours du cheval comtois. Bien représenté à la plus grande ferme de France, du 22 février au 2 mars à Paris, le Doubs a vu ses productions AOP (morbier, mont d’or, comté) et IGP (saucisses de Morteau et de Montbéliard), ainsi que ses vaches et ses chevaux comtois recueillir de nombreux trophées. Si ces distinctions sont une reconnaissance du travail accompli, elles sont aussi un atout commercial en France et à l’étranger. C’est pourquoi le Département encourage financièrement la présence des éleveurs et des producteurs au salon international, chaque année. De nombreux élus départementaux sont allés les soutenir sur place, à commencer par la présidente Christine Bouquin lors du concours du cheval comtois. Le député Frédéric Barbier, conseiller départemental du canton de Valentigney, en visite au salon de l’agriculture.
Pour répondre aux besoins des citoyens éloignés des administrations publiques, l’État a lancé en 2016 le déploiement des Maisons de service au public. Au nombre de 1350 en France à fin 2018, elles sont notamment nées de la réorganisation territoriale (loi NOTRe de 2015) qui a imposé de repenser l’accès aux services de proximité. Faciliter les démarches L’objectif est d’accompagner les habitants dans leurs démarches de la vie quotidienne et de rendre accessible, en un lieu unique, les différents organismes publics  : les services postaux, les prestations sociales (assurance maladie, allocations familiales, …), l’accès à l’emploi (Pôle emploi, mission locale), ou bien encore les démarches liées au transport, l’énergie, la santé… Les MSAP peuvent être créées à l’initiative de collectivités, d’associations, ou par le groupe La Poste qui en compte 500 en France dont 6 dans le département du Doubs. Principalement présentes en milieu rural où l’accès aux services est souvent plus difficile, elles peuvent également être implantées en ville, à l’image de celle de Planoise à Besançon, ou celles de Montbéliard et Sochaux. Ces dernières ont aussi pour vocation d’aider à l'insertion de la population confrontée aux barrières de la langue française. Territoires Sur le parvis de la Maison des services de Valdahon. Lieux d’accueil et d’information à destination des usagers du service public, les MSAP (Maisons de services au public) regroupent en un seul lieu tous les services administratifs. Ce dispositif de mutualisation comporte un enjeu majeur  : maintenir l’attractivité du territoire ! Photo  : Lionel Georges Maisons de services au public  : accessibilité et proximité paRole d'éluE Danièle Nevers, conseillère départementale de Baume-les-Dames « L’objectif des MSAP est bien de réintroduire les services publics qui ont déserté le milieu rural. Sans ces maisons, les usagers les plus éloignés étaient obligés de faire près de 100 kms ! Le Doubs central compte désormais six sites MSAP. On y trouve accueil, information et accompagnement grâce à un personnel polyvalent capable d’aider les personnes aussi bien sur des questions liées à la famille, la santé, les impôts… Les usagers sont accompagnés de façon personnalisée, notamment sur le volet Emploi, en levant tous les freins (illettrisme, problème de mobilité, manque de formation…). Le numérique constitue aussi une vraie demande de la part des seniors, mais aussi des plus jeunes. Une récente enquête a montré que 98% des usagers étaient pleinement satisfaits des services de nos MSAP. C’est encourageant ! » Le Doubs parmi les précurseurs Le Doubs compte actuellement 22 MSAP. Ce qui le place parmi les précurseurs car, dès 2010, il faisait partie des 23 départements à tester le dispositif « + de services au public ». Fortement engagé, le Département met un point d’honneur à réduire les déséquilibres territoriaux. En préambule de son action, une grande enquête a été conduite sur internet afin de mieux connaître les besoins des usagers. Les suggestions de près d’un millier de personnes sont venues enrichir l’élaboration du Schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public (SDAASP). Les MSAP sont l’une des réponses apportées. Les usagers sont conseillés par des agents formés. Mars/Avril/Mai 2019 La Poste, service public diversifié À l’entrée de ces bureaux un peu particuliers, deux logos apparaissent  : celui de la Poste et celui des MSAP. En plus des services courants (distribution de courrier, de colis et banque postale), ils exercent un autre métier  : aider et accompagner les usagers dans leurs démarches de la vie quotidienne (allocations familiales, sécurité sociale, mutuelle, emploi, énergie…). « La Poste est la première entreprise de proximité humaine  : deux mots-clés dont nous démontrons la réalité chaque jour. C’est ainsi que nous gérons six MSAP dans le Doubs », argumente Jean-François Courtoy, délégué départemental. Depuis toujours, la Poste est en effet étroitement associée au développement des territoires ruraux et reste le principal opérateur de service public. Abriter des MSAP était donc tout à fait cohérent. Un chargé de clientèle de la Poste a été formé pour accueillir et suivre le public. En proposant ces nouveaux services à Photo  : Laurent Cheviet Photo  : Laurent Cheviet Photo  : Lionel Georges paRole d'élu Denis Leroux, vice-président du Département chargé de l’aménagement numérique et du développement des usages « Le numérique est au cœur de nos préoccupations et les MSAP sont un des endroits stratégiques où ce développement doit avoir lieu. D’ailleurs, depuis fin 2017, le gouvernement a lancé un vaste plan d’inclusion numérique  : en partant des besoins de la population et des moyens existants, cette stratégie vise à coordonner les différents acteurs locaux  : collectivités, associations, centres sociaux... C’est une priorité ! En effet, 13 millions de Français n’ont pas encore accès à Internet, pour des raisons géographiques ou matérielles. De plus, à l’heure où bon nombre de démarches se font sur Internet (billets de train, demande de passeport, banque en ligne…), il convient d’accompagner les usagers. Cette aide ne doit pas être uniquement technique mais aussi humaine. En ce sens, les MSAP sont le lieu idéal pour réduire la fracture numérique. » Valdahon  : un lieu de vie qui rayonne À Valdahon, la Maison des services créée en 2000 est devenue MSAP en novembre 2016. Elle dispose donc d’une solide expérience des services publics et sociaux et sa fréquentation est toujours aussi importante. Un point dont se félicite le maire, Gérard Limat  : « Notre MSAP a une position stratégique dans le village. Elle anime le centre du bourg et propose, sous le même toit, des services de proximité à ses 5700 habitants. » Mais elle ne concerne pas que les Valdahonnais puisqu’elle couvre les communes voisines, soit environ 26 000 habitants. Sur trois étages, la MSAP propose une large offre de services administratifs, médicaux et sociaux. Outre les services présents en permanence comme le centre médico-social du Département ou la Mission locale, la MSAP accueille ponctuellement des structures comme la CAF, la CPAM, des caisses de retraite, Pôle Emploi, l’ADIL (information sur le logement)… « On totalise environ 20 000 visites par an, précise Jacques Angeli, maire-adjoint délégué aux affaires sociales. Ces usagers apprécient ce guichet unique qui leur évite la galère des démarches fastidieuses et des trajets. » la population, La Poste contribue aussi à la réduction de la fracture numérique  : elle met à disposition gratuitement des ordinateurs, tablettes, imprimantes et scanners. Photo  : Laurent Cheviet Jean-François Courtoy, délégué départemental de La Poste. 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :