[25] Vu du Doubs n°251 mar/avr/mai 2019
[25] Vu du Doubs n°251 mar/avr/mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°251 de mar/avr/mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (289 x 350) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 4,7 Mo

  • Dans ce numéro : autonomie, repoussons nos limites.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 « Si j’ai souhaité positionner le département du Doubs comme fédérateur en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris, en 2024, c’est bien parce que le regard de notre société sur la vieillesse et le handicap peut changer grâce au sport. » 10-31-1282 Certifié PEFC Ce produit est issu de forêts gérées durablement et de sources contrôlées. pefc-france.org Photo de couverture  : archives CD25 Vu du Doubs n°251 - Mars/Avril/Mai Directrice de la publication  : Christine Bouquin Rédacteur en chef  : Patrice David Ont collaboré à ce numéro  : Patrice David, Christophe Deplaude, Audrey Garcini-Perrin, Frédérique Tandin, Véronique Vuillemin-Filippi Mise en page  : Agence Elixir Création graphique  : Scoopcommunication Infographie (p6)  : Euréka Vu du Doubs est une publication périodique éditée par le Département du Doubs - 7 avenue de la Gare-d’Eau - 25031 Besançon cedex - Tél. 03 81 25 83 13 (direction de la communication) - Fax  : 03 81 25 80 41 - www.doubs.fr et vududoubs@doubs.fr ISSN  : 0294- 0329 Dépôt légal 9958 Impression  : Maury Distribution  : La Poste Vu du Doubs est imprimé à 203 500 exemplaires sur papier blanchi 100% sans chlore PEFC. Photo  : DR Mars/Avril/Mai 2019 Confortons cette autonomie qui nous est si chère Chacun aspire à vivre chez soi, parmi ceux qu’il aime, le plus longtemps possible, et c’est bien naturel. Aussi, le Conseil départemental du Doubs a la préoccupation constante de conforter l’autonomie des personnes handicapées ainsi que celle des personnes âgées  : il mobilise plus de 140M € chaque année pour cette mission. Toutes les actions que nous entreprenons tendent à soutenir leurs capacités. Les nombreuses propositions de la Conférence des financeurs, évoquées dans le dossier de Vu du Doubs, en témoignent. Notre collectivité s’est engagée dans une diversification des services et des formes d’accompagnement. Elle est pionnière en France avec le choix d’un modèle de financement limitant fortement le reste à charge des familles, mais aussi l’habitat inclusif. Le maintien à domicile a connu un fort développement ces dernières années et demeure une priorité avec, notamment, une meilleure prise en compte du rôle et des besoins des aidants. L’accueil familial, les résidences autonomie, l’hébergement temporaire sont autant de formules que nous encourageons comme alternatives aux établissements médicalisés. Ce faisant, nous nous sommes engagés dans un ambitieux programme d’aide à l’investissement de 10 M € pour la modernisation des EHPAD. Des solutions répondant mieux à leurs attentes sont proposées aux personnes handicapées, avec davantage de logements adaptés, de places d’accueil spécifiques – pour les personnes atteintes de troubles psychiques, par exemple… Nous soutenons plusieurs réalisations exemplaires comme la réalisation prochaine d’un établissement dédié à cette problématique par l’association AHS-FC Grandvallier, à Pontarlier. Par-delà ces accompagnements individuels et collectifs, ce sont des questions de dignité humaine et de reconnaissance de notre citoyenneté qui sont posées. Si j’ai souhaité positionner le Département du Doubs comme fédérateur en vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris, en 2024, c’est bien parce que le regard de notre société sur la vieillesse et le handicap peut changer grâce au sport. Voyez l’exploit du navigateur Jean-Luc Van Den Heede qui a remporté, à 73 ans, la Golden Globe Race ! Souvenons-nous des performances de nos athlètes aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016. Ces exemples nous donnent des ailes ! Les JO doivent être des leviers de développement du sport pour tous. Saisissons ces événements pour faire émerger des projets qui enrichissent notre vie quotidienne à tous, sans distinction ! Christine Bouquin, présidente du Département du Doubs EN BREF Sécurité routière  : priorité départementale ! 359 C’est le nombre d’accidents corporels dans le Doubs en 2018 contre 292 en 2017 et 309 en 2016. Si l’évolution nationale a été très favorable en 2018, ce n’est pas le cas dans le Doubs  : 37 tués en 2018 (dont 13 motards et cyclomotoristes) contre 35 en 2016 et 2017 ; 593 blessés (contre 571 en 2016 et 527 en 2017). 25 C’est le nombre de tués sur les seules routes départementales en 2018 (hors RN donc). Un chiffre stable sur les trois dernières années (25 en 2017, 26 en 2016) contre 31 en moyenne par an entre 2007 et 2014. 15M € par an C’est le montant investi par le Département pour la maintenance, l’entretien du bon état global de surface et du maintien de l’adhérence de ses routes. Sont menées aussi des opérations d’aménagement et de suppression d’obstacles (éperons rocheux, poteaux, fossés remplacés par des drains…). Une gestion globale adaptée et graduée en fonction des trafics routiers et de l’importance structurante des différentes voies. Un budget de 0,5 M € est dédié à l’entretien de la signalisation (panneaux et marquage au sol). 4M € C’est le montant engagé chaque année par le Département pour l’inspection, la maintenance, l’entretien et parfois la reconstruction de ses 2 800 ouvrages d’art (ponts, tunnels, murs, systèmes de protection des falaises), avec là encore un enjeu de sécurité pour les usagers des routes. Audits Le Département a confié à des cabinets indépendants la réalisation d’audits sur son réseau routier. S’ils n’ont relevé aucune grosse défaillance, ils ont permis de repérer des améliorations possibles pour atténuer la gravité des accidents sur les RD. Ces audits portent sur 26 sections (pour un total de 320 km de linéaire sur les 3700 dont est responsable de Département) où 40% des accidents mortels ont lieu. Les premières études engagées en 2018 concernent 10 sections prioritaires (80km). Une démarche peu courante en France ! Challenge inter-collèges En partenariat avec la Direction départementale des territoires et l’Éducation nationale, le Département a lancé un challenge dans les collèges pour concevoir une campagne de communication en faveur de la sécurité routière. Une vingtaine d’équipes (soit 90 collégiens) est inscrite et à l’œuvre dès à présent. Les conseillers départementaux juniors du bassin de Besançon sont eux aussi impliqués dans ce concours. Une remise de prix aura lieu par la suite.
Photo  : Département du Doubs. 1 3 2 SEPT NOUVELLES WEBCAMS SUR LES ROUTES Afin de compléter les informations disponibles et de les partager avec les usagers, le Département vient d’ajouter sept webcams à son dispositif déployé depuis 2017. Ce sont désormais 19 webcams qui équipent le territoire départemental. La vocation première de ce dispositif est d’apporter une aide à la décision aux services du Département. Il donne un aperçu en temps réel de l’état des routes et il facilite l’analyse de la situation. Ainsi, il conforte l’intérêt d’une intervention ou vérifie le service effectué notamment lors des opérations de déneigement. UN OUTIL UTILE AUX USAGERS Renouvelées toutes les cinq minutes, les séquences d’une vingtaine de secondes sont accessibles au grand public sur Internet, via le site Inforoute du Département  : www.inforoute25.fr Elles peuvent constituer pour les usagers une source d’information en temps réel sur les conditions de circulation. Ces webcams, si elles offrent la visualisation de la chaussée, ne permettent pas la distinction des plaques minéralogiques, des visages des automobilistes ou des ouvertures des habitations. Une quarantaine de sites pourraient être équipés à terme. 4 Des caméras utiles à tous ! 2 Dans le Doubs Mars/Avril/Mai 2019 PRÈS DE CHEZ vouS Suivez l'actualité du Doubs sur www.doubs.fr et @cddoubs Photo  : Jack Varlet 1 Besançon FONDATION DU PATRIMOINE  : 45 PROJETS HONORÉS Fin janvier, le Département a accueilli la cérémonie de remise des plaques Fondation du patrimoine aux 45 porteurs de projets publics et privés 2015-2018 réalisés dans le Doubs. Odile Faivre-Petitjean, viceprésidente du Département, représentait Christine Bouquin  : « Le patrimoine contribue à la renommée des territoires. C’est un atout touristique vital. Les opérations de restauration participent à la mobilisation, à l’animation des communes et permettent à nos entreprises de démontrer un précieux savoir-faire. » Le Doubs est le département comtois avec le plus d’édifices classés ou inscrits au titre des monuments historiques. Depuis le 1er janvier 2018, 24 projets patrimoniaux ont été soutenus au titre des contrats P@C pour un total de 344 212 € . Internet  : fondation-patrimoine.org 3 Chemaudin-et-vaux SÉCURISATION DU CARREFOUR EN COURS Prévue jusqu’à la fin du semestre, cette opération est menée par le Département en étroite collaboration avec cette commune nouvelle. Elle facilitera les échanges entre les deux pôles et le développement de leur liaison en mode doux. D’autres opérations sont prévues sur la route départementale 216, de part et d’autre du giratoire. Le Département assurera la réfection de la chaussée, tandis que le Grand Besançon et Chemaudin-et-Vaux effectueront un ensemble d’aménagements  : liaison piétonne le long de la RD, aire de stationnement, relais d’information et de services, dispositifs de sécurité, éclairage public, plantations… Pour le Département, le coût global s’élève à 670 000e, avec une participation financière de la commune à hauteur de 100 000e. Photo  : Yves Petit De gros travaux ont été réalisés sur les réseaux. Gérard Galliot, conseiller départemental du canton de Besançon 1. « En plus de sécuriser la circulation, ce carrefour est une belle opportunité de renforcer les liens entre ces deux communes récemment fusionnées. Elles partagent d'ailleurs la zone d'activités de l'Echange » Témoignage Élus et lauréats réunis. Guy Bédel, délégué régional Bourgogne-Franche-Comté de la Fondation du Patrimoine  : « Tout ce qui est témoin de notre histoire, de la pensée, du savoir-faire appartient au patrimoine. Dans la variété des projets que nous retenons, une place est réservée à l’industrie, aux paysages, aux belles histoires humaines. Cette dimension aussi est précieuse. Pour 2019, la programmation commence. De nombreux projets et domaines peuvent être concernés. N’hésitez pas à vous renseigner. » Le toit est équipé de panneaux solaires. 4 Belleherbe UNE ÉCOLE SUR UN PLATEAU Inauguré en décembre 2018, le nouveau groupe scolaire de Belleherbe est né du besoin de mieux structurer le territoire. « Il devenait nécessaire de proposer des locaux de qualité et de regrouper tous les enfants des dix communes concernées sur un seul lieu », explique le maire Philippe Franchini. Depuis la rentrée, les trois classes de maternelle et les cinq classes de primaire peuvent ainsi s'épanouir dans un bel espace qui a consisté en la réhabilitation de l'ancien bâtiment et la construction d’une extension. Il abrite aussi la cantine et les activités périscolaires. D'autres aménagements ont été repensés comme la cour de récréation avec un préau, des accès sécurisés et un parking. Une harmonie se dégage de ce bâtiment à énergie positive tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Photos  : Jack Varlet Photo  : Laurent Cheviet 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :