[25] Vu du Doubs n°249 nov/déc 2018
[25] Vu du Doubs n°249 nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°249 de nov/déc 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (289 x 350) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 4,1 Mo

  • Dans ce numéro : un service plus efficace sur les routes en hiver.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Nov./Déc. 2018 SOLIDARITÉS HUMAINES LoGEMENT D'ABoRD  : LE DouBS INNovE Le Doubs est l’un des six Départements de France à s’engager dans le plan national Logement d’abord, aux côtés d’une vingtaine de villes et de communautés d’agglomération. Ce plan vise à proposer aux sans-abris et aux mal-logés un accès direct et pérenne au logement, première marche vers l’inclusion sociale. « Le logement est à la base de l’insertion sociale et professionnelle, estime Christine Bouquin, présidente du Département. Et l’accès au logement est à la jonction de toutes nos compétences  : sociales, environnementales, en termes d’aménagement foncier, de partenariat avec le bloc communal... » L’engagement du Doubs dans le plan national Logement d’abord s’inscrit dans le prolongement de son action volontariste en la matière. Dans son projet C@P25, en tant que chef de file de l’action sociale, le Département considère l’accès au logement comme un levier. Il l’envisage dans une approche globale pour chaque situation individuelle, en abordant les questions de santé, de mobilité, d’emploi, de garde d’enfants... Des financements supplémentaires Le Plan Logement d’abord permettra au Département du Doubs de disposer de financements pour mettre en œuvre son engagement, soit 1,3 million d’euros sur deux ans. L’objectif sera de  : - faciliter l’accompagnement des personnes sans-abris ou mal-logées directement dans un logement en leur évitant les hébergements d’urgence, temporaires, qui ont montré leurs limites ; - développer une nouvelle Accompagner pour habiter durablement Ce dispositif pose les fondations d’une politique en faveur du logement pour tous. Il privilégie la prévention plutôt que le curatif. Les travailleurs sociaux interviennent auprès des familles ou des individus fragilisés, sans logement ou mal-logés, afin de les faire accéder à un logement durable, ou d’anticiper sur leurs Une rupture affective ou professionnelle, des problèmes de santé, entre autres, rendent fragiles. offre de logements pour les publics concernés  : mobilisation du parc social existant, pensions de famille, maisons relais, mobilisation du parc privé… Une telle démarche incite tous les acteurs du logement à travailler ensemble, de façon décloisonnée. Bien entendu, pour réussir, cette démarche nécessite l’adhésion des futurs bénéficiaires. C’est l’objet de la mobilisation des travailleurs sociaux du Département et des différents autres opérateurs partenaires mobilisés pour l’accompagnement social. Depuis janvier 2016, le Département met en œuvre un dispositif novateur intitulé Accompagner pour habiter. D’autres collectivités s’en inspirent. Voici pourquoi… Illustration  : Adobe Stock Chaque situation étant unique, l’accompagnement est personnalisé. difficultés pour les maintenir dans leur logement. un suivi personnalisé pour plus de 800 ménages Le mot-clé, c’est « décloisonnement » ! Travailleurs sociaux, associations, bailleurs sociaux composent une instance départementale de coordination de l’accompagnement. Celle-ci examine les situations et désigne un seul interlocuteur pour les bénéficiaires, dans un cadre contractuel. Cet interlocuteur envisage tous les obstacles qui peuvent se présenter  : problèmes de santé, de garde d’enfants, de mobilité… afin d’aider à les surmonter. « Plutôt que de se focaliser sur les freins individuels, nous partons du principe que tout le monde est apte à se loger en faisant confiance aux ressources de chacun », fait observer Jacqueline Cuenot-Stalder, conseillère départementale déléguée à l’habitat et au logement. D’ores et déjà le bilan d’Accompagner pour habiter apparaît positif. En 2017, 889 ménages ont été accompagnés. L’expérience acquise aidera à la mise en œuvre de Logement d’abord. Photo  : Adobe Stock Photo  : Yves Petit paRole d'éluE Jacqueline Cuenot-Stalder, conseillère départementale déléguée à l’habitat et au logement Le public et le privé mobilisés « Logement d’abord va nous permettre de mobiliser à la fois le parc immobilier social et le parc privé pour répondre plus rapidement aux besoins des personnes fragilisées. C’est l’un des engagements de notre programme C@P25. Nous partons du constat que les délais de réhabilitation et de construction immobilières sont relativement longs. Aussi, nous devons solliciter les propriétaires privés de logements vacants en leur proposant un service de gestion locative sécurisant via l’une des associations compétentes en la matière. Nous pouvons leur proposer aussi des aides à la rénovation. Dans le parc social actuel, nous souhaitons faciliter la mobilité résidentielle et rééquilibrer l’offre territoriale car des secteurs, comme la bande frontalière, sont en pénurie de logements, d’autres ont une offre inadaptée pour les jeunes, par exemple les personnes handicapées ou les seniors. En actionnant des leviers diversifiés et complémentaires, nous pourrons mieux répondre à nos objectifs d’inclusion sociale pour tous. » TÉMOIGNAGES Des étudiants de l’Institut régional du travail social se sont entretenus avec des bénéficiaires d’Accompagner pour habiter, dans le cadre d’une évaluation souhaitée par les services du Département. Au-delà du bilan qui est dressé, c’est aussi le vécu de ces personnes qui est restitué, et leur pouvoir d’agir sur leur parcours. Cette démarche pourrait préfigurer la mise en place d’une instance participative de consultation des usagers. vers l'autonomie Le bilan des entretiens fait ressortir que c’est une rupture (affective, professionnelle…), des difficultés de gestion administrative ou financière, des problèmes de santé qui sont à l’origine d’un accompagnement. Le travailleur social est considéré comme un appui sécurisant, à l’écoute et compréhensif, mais sans concession, qui aborde tous les obstacles qui se dressent. Accepter d’être accompagné ne va toujours pas de soi. Mais globalement l’accompagnement permet de reconquérir une autonomie. Pour certaines personnes, la sortie du dispositif est un sujet d’inquiétudes, pour d’autres un tremplin. Mais cela aussi se prépare !
DOSSIER SPÉCIAL Nov./Déc. 2018 2015-2021  : LE PROJET C@P25 POUR L'AVENIR DU DOUBS BILAN À MI-MANDAT C@P25, tel est le nom du projet pour le Doubs adopté par la majorité départementale pour la durée du mandat 2015-2021. C@P25 pour « Construire, Aménager et Préserver notre territoire, au service de ses habitants. L’@ souligne l’enjeu-clé du déploiement du numérique. C@P25, c’est 355 actions réalisées à hauteur de 66% (au 1er avril 2018). 4 principes Une mission  : assurer les solidarités humaines et territoriales. Une conviction  : le Département demeure un acteur de l’économie et de l’emploi. Une responsabilité  : contribuer à un développement soutenable. Une volonté  : investir pour l’avenir au profit des territoires en limitant la pression fiscale. 4 axes d'action Affirmer le Département comme partenaire privilégié du bloc communal composé des communes et des Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Relever le défi du numérique. Se positionner comme fédérateur afin d’assurer au mieux les réponses aux besoins des habitants et des territoires. Renforcer la performance de l’action publique. 4 engagements Maintien du taux de fiscalité à 18,08% sur toute la durée du mandat. Maîtrise de l'endettement. Amélioration de la capacité d’épargne pour financer un volume d’investissement de 320 à 350 M € sur la durée du mandat. Mise en place d’une démarche de performance de la collectivité à travers des fonctions de pilotage et d’évaluation. 4 domaines d'intervention qui structurent le budget annuel Les solidarités humaines (soit 51,4% du budget départemental*)  : enfance et famille, autonomie des personnes handicapées, autonomie des personnes âgées, insertion, logement et habitat. Le développement humain (6,3%)  : éducation et collèges, culture, sport. Le développement territorial (16,3%)  : routes, numérique, soutien aux communes et aux intercommunalités, environnement, agriculture et forêt, tourisme. L’efficience de l’organisation départementale et les ressources internes (26% du budget). * chiffres 2018 Retrouvez l’intégralité du bilan à mi-mandat sur www.doubs.fr rubrique Le projet départemental C@P25 C@P25 Pour  : Construire, Aménager et Préserver notre territoire, au service de ses habitants. Pour un territoire 5 234 km² superficie 2 600 exploitations agricoles 160 km de véloroute 36 festivals soutenus par le Département Les engagements C@P25 355 actions sur la durée du mandat 128 M € consacrés à l’aménagement et à l’entretien des routes départementales MAÎTRISE DE L’ENDETTEMENT 2 400 dont agents 240 travailleurs sociaux 220 agents des routes licenciés sportifs 10 M € à investir pour les EHPAD 67 M € Très Haut Débit le Doubs entièrement pour moderniser les collèges PAS D'AUGMENTATION D'IMPÔT SUR LA DURÉE DU MANDAT Back to school 536 959 habitants 21 espaces naturels sensibles d’intérêt départemental 124 000 18 intercommunalités 375 agents des collèges 254 assistants familiaux 19 cantons fibré en 2022 Des agents départementaux au service des habitants et des territoires 40% de surface boisée dans le Doubs 3 700 km de routes départementales 26 000 collégiens 576 communes (dont 94% de communes rurales) 35 centres médico-sociaux 44 collèges publics et 20 centres d’exploitation routiers 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :