[25] Vu du Doubs n°204 décembre 2012
[25] Vu du Doubs n°204 décembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°204 de décembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : action sociale, des réponses individualisées à des demandes variées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
économie EMPLOIS D’AVENIR : Claude Jeannerot s’engage Le Département du Doubs est l’une des quatre collectivités pilotes à s’engager sur les Emplois d’Avenir. La signature à Matignon le 30 octobre dernier de cette convention est donc un signe fort en direction des jeunes. Au Conseil général du Doubs, Dylan Fabbi, 21 ans, est l’un des premiers jeunes à bénéficier d’un Emploi d’Avenir dans le cadre d’un contrat à durée déterminée d’un an (renouvelable deux fois). « C’est Pôle Emploi qui m’a mis en relation avec le Département après analyse de ma situation. Depuis trois ans que j’ai obtenu mon BEP MSA (Métiers des services administratifs), c’est la première fois que je vais avoir une activité professionnelle qui correspond à ma formation », se réjouit-il. Le président Claude Jeannerot, également rapporteur au Sénat du projet de loi sur les Emplois d’Avenir, en effet signé à Matignon, avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, cette convention. Elle engage le Département sur l’accueil, dans un premier temps, de 20 jeunes en Emploi d’Avenir à temps plein. Au sein des services du Conseil général, ils bénéficieront d’un tutorat personnalisé et régulier, d’un parcours de formation permettant d’obtenir une qualification. Un bilan sera réalisé deux mois avant l’échéance du contrat, relatif à leur projet professionnel ainsi qu’à la suite donnée à l’Emploi d’Avenir. Et une attestation de formation ou d’expérience professionnelle leur sera délivrée, permettant de reconnaître les compétences acquises. Plusieurs services départementaux se sont mobilisés pour accueillir ces 20 jeunes, dans des domaines aussi variés que les collèges, les services sociaux, la Maison départementale des personnes handicapées, la Médiathèque départementale, les services Logistique ou des Systèmes d’information. Particulièrement réactif, le Département a débuté ses recrutements dès novembre. Pour cette année, l’objectif, avec les partenaires associatifs et institutionnels du Département, est de signer 100 Emplois d’Avenir dans le Doubs. Plus d’infos sur www.lesemploisdavenir.gouv.fr Comment ça marche ? Vous souhaitez intégrer le dispositif Vous avez entre 16 et 25 ans (30 ans pour les travailleurs reconnus handicapés) ? Sans diplôme ou de niveau CAP/BEP et en recherche d’emploi* ? Prenez contact avec votre agence Pôle Emploi, votre Mission locale ou Cap Emploi (pour les travailleurs reconnus handicapés). Après avoir déterminé, avec un conseiller, les secteurs qui vous correspondent, vous serez mis en contact avec un/des employeur/s. Lorsque votre candidature est retenue, vous signez une demande d’aide Emploi d’Avenir puis le contrat de travail avec l’employeur. * À titre exceptionnel, les jeunes sans emploi depuis un an résidant dans une zone urbaine sensible, une zone de revitalisation rurale ou en outre-mer peuvent être diplômés jusqu’à bac + 3. Vous souhaitez recruter un Emploi d’Avenir Vous êtes une association, un organisme à but non lucratif de l’économie sociale et solidaire, une collectivité territoriale, un établissement des secteurs sanitaire et médico-social ? Une entreprise des filières vertes, numériques, d’aide à la personne, animation, loisir, tourisme** ? Là aussi, contactez Pôle Emploi, la Mission locale ou Cap Emploi (pour les travailleurs reconnus handicapés). Ces structures vous proposeront des candidatures. Après en avoir retenu une, vous remplissez une demande d’Emploi d’Avenir accompagnée du descriptif du poste, sa place dans votre organisation, les actions d’accompagnement et de formation envisagées. Après quoi, le contrat de travail peut être signé. À noter : Pour chaque Emploi d’Avenir, l’État apporte une aide sur trois ans à hauteur de 75% de la rémunération brute mensuelle au niveau du SMIC (35% pour les entreprises privées). **La liste des secteurs est fixée régionalement, renseignez-vous auprès de Pôle Emploi. 24 vu du doubs décembre 2012
Deux questions à Claude Jeannerot, président du Conseil général, sénateur du Doubs VDD : Quel est l’esprit de la loi relative à la création des Emplois d’Avenir ? Claude Jeannerot : « Le président de la République, François Hollande, a décidé de placer son quinquennat sous le signe de la jeunesse. Il estime, à juste titre, que le premier devoir à l’égard de celleci, c’est l’emploi. Les Emplois d’Avenir doivent contribuer à redonner une espérance et une perspective à des jeunes et à leurs familles. Ils se veulent une contreoffensive au taux de chômage inacceptable des jeunes et de toutes les conséquences que ce phénomène entraîne sur le plan social et notre « vivre ensemble ». Je n’oublie pas non plus les difficultés rencontrées dans certaines zones rurales, que les jeunes quittent parce qu’ils ne parviennent pas à trouver du travail. » Claude Jeannerot, président du Conseil général, sénateur du Doubs, Guillaume Pépy, directeur de la SNCF, Ségolène Royal, présidente de la Région Poitou-Charentes, avec le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, lors de la signature de la convention en faveur des Emplois d’Avenir, à Matignon. VDD : Il existe également d’autres dispositifs. Quelles sont les spécificités de celui-ci ? CJ : « Il nous manquait un dispositif adapté aux jeunes les moins qualifiés et les plus éloignés de l’emploi. Ces jeunes, autour de 500 000, sont en situation de décrochage scolaire. Il n’est donc pas toujours possible de les inscrire immédiatement dans une formation en alternance. La création des Emplois d’Avenir a pour objectif de mettre à la disposition du service public de l’emploi un nouveau type de contrat destiné à ramener ses bénéficiaires vers l’emploi et la formation. Par rapport aux actuels contrats aidés, l’emploi d’avenir présente plusieurs atouts : les bénéficiaires seront recrutés en contrat à durée indéterminée ou en contrat à durée déterminée de trois ans. De cette manière, le travail d’insertion et de qualification auprès du jeune s’inscrit dans la durée, ce qui est une condition de son succès. Ensuite, les jeunes travailleront à temps plein, ce qui leur permettra d’acquérir de l’expérience et des compétences professionnelles. Enfin, la formation du bénéficiaire sera au cœur du dispositif : dès le recrutement, l’employeur précisera les actions de formation qui seront réalisées et les qualifications ou compétences qu’elles permettront d’acquérir. Le jeune sera suivi par un tuteur qui lui transmettra son savoir-faire. L’emploi d’avenir pourra être prolongé pour permettre à son titulaire d’achever une formation et le jeune pourra choisir la voie de l’alternance à l’issue de son contrat. Le succès des Emplois d’Avenir dépendra de la mobilisation de tous les acteurs concernés : l’État, le service public de l’emploi, les collectivités territoriales, le monde associatif, les structures d’insertion par l’activité économique, l’économie sociale et solidaire, les partenaires sociaux, sans oublier les organismes de formation. Il y a urgence à agir et à le faire de manière ambitieuse. » décembre 2012 vu du doubs 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :