[25] Vu du Doubs n°173 novembre 2009
[25] Vu du Doubs n°173 novembre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°173 de novembre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,4 Mo

  • Dans ce numéro : Doubs 2017... 55 ambitions pour bien vivre ensemble.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
I rencontres I 6_vu du doubs_novembre 2009 Alain Peyreton æuvrera avec les libraires et les éditeurs. La Maison du livre, un nouveau maillon Le concept de la toute nouvelle Maison du livre diffusion distribution (ML2D) qui a vu le jour cet été, à Besançon, est unique en France. Elle est en effet constituée sous la forme d’une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), avec à sa tête un gérant – Alain Peyreton, anciennement responsable de Néo Éditions –, épaulé d'un Conseil d’orientation où officient des éditeurs et des libraires. Les collectivités mobilisées Cet outil mutualisé distribuera et diffusera à l’échelon national le catalogue de ses 40 éditeurs indépendants – franc-comtois, de régions limitrophes et même de Suisse. La ML2D s’appuie sur le fonds et l’expérience de l’ancienne Maison du livre de Franche-Comté créée en 1980. « Son budget de 200 000 € est constitué en partie de l’apport de ses éditeurs. Pour développer l’économie du livre, l’appui des collectivités était nécessaire », souligne Daniel Leroux, conseiller général qui a défendu avec succès ce dossier auprès du Conseil régional, des Départements du Doubs, du Jura et de Haute-Saône. « L’aide du Centre régional du livre comme coordinateur a été précieuse, le CRL étant très au fait des besoins et des écueils que connaît la profession. » La ML2D pourrait se développer dans d’autres régions. ML2D, 24 chemin des Planches, 25000 Besançon. Tél. 03 81 88 14 54 Peter Csaba soigne ses adieux à l’Orchestre de Besançon Avec le départ annoncé de son chef et directeur musical, en juin 2010, l’Orchestre de Besançon (fondé en 1955) s’apprête à tourner une importante page de son histoire. Et il le fait à travers un programme riche, avec la venue de grands solistes – ce qui constituait l’une des innovations de Peter Csaba : le pianiste Jean-Philippe Collard, la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton, le violoniste Nemanja Radulovic… Orchestres en fête en novembre À saison exceptionnelle, concert exceptionnel, en juin : les harpistes Naoko Yoshino et Marie-Pierre Langlamet joindront leurs talents dans une adaptation du concerto K365 de Mozart et de la Yves-Michel Dahoui, conseiller général, adjoint au maire de Besançon, chargé de la Culture. « Je me réjouis bien entendu du soutien qu’apporte le Conseil général à l’Orchestre de Besançon en réservant à chacun de ses concerts 50 places pour les collégiens du Doubs. La formation et la recherche de nouveaux publics constituent en effet l’une des missions de cet ensemble dont nous venons de confier la responsabilité à Jean-François Verdier. » Quinzième et dernière saison du chef d'orchestre à Besançon. symphonie n°1 Titan de Malher. Pour la circonstance, les musiciens de l’Orchestre philharmonique et des élèves de 3 e cycle du Conservatoire renforceront les effectifs de l’Orchestre de Besançon. Ce faisant, l’ensemble à géométrie variable poursuit ses activités dans les établissements scolaires, les hôpitaux, les maisons de retraite… Dans l’objectif d’élargir son public, il participe aussi à l’opération « Orchestres en fête », du 19 au 27 novembre, avec une répétition générale ouverte à tous (sur réservation), un concert gratuit, et diverses animations. Réservations, tél. 03 81 87 84 44 ou 03 81 87 81 97 - www.besancon.fr La baguette confiée à Jean-François Verdier en 2010 Le futur chef de l’orchestre de Besançon est considéré comme l’un des meilleurs clarinettistes actuels, remarqué par la critique internationale pour ses enregistrements. Il a aussi été primé en 2001 au Concours international de direction d’orchestre de Lugano. Il poursuit donc une double carrière. Toulousain d’origine, il est notamment soliste de l’Orchestre national du Capitole, et supersoliste à l’Opéra-Bastille.
Le goût du terroir La Ferme Mougin est prête pour les fêtes Catherien et Didier Mougin à Bavans. Foies gras, terrines, volailles… À Bavans, dans leur ferme, Didier et Catherine Mougin ont préparé tout ce qu’il faut pour passer de bonnes fêtes de fin d’année. Héritier en 1981 de l'exploitation familiale, paysan et ouvrier chez Peugeot, « bi-actif » comme on dit, Didier, en 1997, décide d'élever des volailles, de produire des foies gras. Catherine, employée en grande surface, le suit. Aujourd'hui, sur deux hectares et demi, dans leurs abris et enclos séparés, 3 000 volailles nourries des céréales produites sur place, sans rajout de granulés, prennent du bon temps. 600 canards, 130 oies curieuses et dodues, un dindon cabotin « fétiche », les poulets « cou nu » et les pintades composent ce petit monde joyeux et bavard. Chaque mois, aidée de ses enfants, Catherine abat 450 poulets, traite 160 canards, prépare et conditionne les foies gras, terrines, magrets, aiguillettes, gésiers, manchons, dans son labo. Son époux se charge du reste ! Une production goûteuse, écoulée sur les marchés de Montbéliard, Sochaux, Valentigney et sur place, à la ferme, le vendredi de 16h30 à 19h. Renseignements : La Ferme Mougin à Bavans, tél. 03 81 97 53 45...I rencontres I Beaulieu-Mandeure en haut de l’affiche La Madeleine Proust s’y est produite, il y a 25 ans. Voici quelques mois, Marthe Mercadier a eu les larmes aux yeux devant l’accueil chaleureux du public et la générosité de ces bénévoles qui font le pari de programmer dans une salle de province le meilleur du théâtre de boulevard. À Beaulieu-Mandeure, depuis bientôt 30 ans, l’association socioculturelle (ASCBM) et ses 350 adhérents font le pari de faire bouger cette commune de 5 000 âmes. Un ancien cinéma fait peau neuve et accueille des cours de danse, d’expression corporelle… Un succès qui donne des ailes à l’association qui choisit de se tourner vers une programmation de spectacles. « Nous avons choisi la comédie avant tout le monde », confie Patricia Ragué qui a participé, dès l’origine, à cette aventure. 400 spectateurs en moyenne Le succès est au rendez-vous grâce au bouche à oreille, entre les grandes salles voisines de Sochaux et de Montbéliard, le centre polyvalent de Mandeure se fait sa place. 400 spectateurs en moyenne par spectacle, venant de 70 communes du Doubs et des départements limitrophes, pour des spectacles qui cartonnent sur les scènes parisiennes. Au programme, à la fin du mois de novembre, La Perruche et le poulet, qui réunit Jean- Pierre Castaldi et Claude Gensac. Ce qui donne une idée d’une affiche haute en couleurs tout au long de l’année ! Renseignements : tél. 03 81 35 24 43 ou sur internet : httpwww.ascbm.fr novembre 2009_vu du doubs_7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :