[25] Vu du Doubs n°172 octobre 2009
[25] Vu du Doubs n°172 octobre 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°172 de octobre 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : dans le Doubs, vive le sport pour tous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
...I dossier I « Sport scolaire Un max d’activités pour un max de jeunes Forte de cette devise, l’Union nationale du sport scolaire (UNSS) rassemble dans le Doubs 11 000 collégiens licenciés, soit un peu plus de 40% des effectifs, pour 25 disciplines pratiquées en championnats départementaux, 40 au niveau académique. Le handballarrive toujours en tête avec 2 000 pratiquants, le cross et le football (1 500 chacun), puis le ski de fond et le badminton (1 100). « La convention passée avec le Conseil général pour trois ans constitue un appui déterminant pour organiser des rencontres, promouvoir des activités et former des jeunes à l’arbitrage, notamment », souligne Serge Mommessin, responsable de l’UNSS du Doubs. « Elle permet de financer les déplacements des collégiens, frais qui représentent entre 80 et 90% de notre budget ! » Une école de tolérance Des aides ciblées permettent en outre d’organiser de grands rendezvous comme celui de cross qui réunit 1 500 jeunes à la Malcombe (Besançon), le championnat de VTT de Montbéliard… La Journée blanche invite chaque année environ 1 200 collégiens à découvrir ski de fond, biathlon, slalom, entre autres activités. Enfin, le Conseil général soutient l’UNSS du Doubs dans son action d’intégration des jeunes « différents », en situation de handicap ou de difficultés sociales, à travers ses différentes manifestations. Certaines activités sportives se prêtent bien à la constitution d’équipes mixtes, comme le tennis de table ou le badminton. À l’UNSS, le sport conserve ses valeurs d’origine : la compétition, oui, mais dans un esprit de tolérance et de fair-play. Handicap faciliter l'accès au sport Le Conseil général accompagne le Comité départemental handisport et le Comité départemental de sport adapté dans le développement de leurs activités. Avec la convention de partenariat passée en 2006 entre le Conseil général et la Fédération française handisport, notre Comité départemental s'est vu offrir un moyen de promouvoir son action spécifique et de faire connaître au grand public une partie de ses disciplines sportives », confie Alain Barberon, président du CDH. « Ce partenariat nous permet de développer des activités dans les clubs, notamment celles de pleine nature avec l'acquisition de matériel adapté : fauteuil tout-terrain, fauteuil ski… Pour l’encadrement, des personnes ont pu être formées à la prise en charge des personnes porteuses d'un handicap. Le Conseil général soutient en outre les actions menées par nos associations en terme d'intégration par le sport. Actions qui renforcent sa dimension sociale en privilégiant la « rencontre de l'autre » à travers des moments et des émotions vécus en commun. » 16_vu du doubs_octobre 2009 Doubs Pass-Sport Cécile Bouzie-Mérique a du punch Comme 3 601 jeunes collégiens pour l’année scolaire 2007-2008 (3 927 en 2008-2009, soit +9%), Cécile Bouzie-Mérique a bénéficié d’un Doubs pass’sport de 25 € pour s’inscrire dans un club sportif. Un coup de pouce qui contribue à la propulser loin ! À la rentrée 2008, Cécile Bouzie-Mérique s’est découvert une passion pour la boxe. « J’ai vu un match à la télé et je me suis dit pourquoi pas... » Elle délaisse le basket pour enfiler les gants au Boxing club de Valentigney où elles sont deux filles inscrites. Son objectif : être la meilleure. Forte de l’encouragement de ses parents, elle s’entraîne avec les garçons, n’hésite pas à cogner... « Je suis un peu obligée ! » Dans la foulée, elle enchaîne les compétitions en Franche-Comté, puis dans le Grand Est. « La première fois, j’avais très peur en montant sur le ring mais après je m’y suis habituée. » Elle se forge un mental d’acier et avoue : « Ce n’est pas très compliqué. Il n’y a pas de régime spécial. Il suffit d’avoir un cerveau et de l’utiliser. » Et ça marche. À 16 ans, Cécile Bouzie-Mérique est championne de France dans la catégorie des Pré-combats, de moins de 65 kilos. L’année prochaine, elle sera chez les amateurs. Handi forts, un grand moment de solidarité.
Clubs et comités CAP rugby : une aide pour améliorer l’ordinaire « Notre force, c’est le bénévolat », martèle Jean-Paul Gagelin, président du CAP rugby et successeur de l’emblématique Raymond Perrin depuis un an. Plus de 500 licenciés, une école de formation et surtout une équipe phare évoluant en Fédéral 2, le club du haut-Doubs incarne le plus haut niveau de la région avec l’un des plus petits budgets : 300 000 €. Le Département le soutient à hauteur de 7% environ via un contrat d’objectifs revu chaque année. « L’an dernier on a reçu 20 000 €. C’est peu et beaucoup car, quand on ne fonctionne qu’avec des bénévoles, on peut faire quantité de choses avec cela », estime le président. Pour décrocher la subvention, le club doit bien sûr présenter ses comptes mais le montant dépend aussi des résultats, du nombre d’équipes, de manifestations organisées et de déplacements effectués. « Ces derniers constituent des frais très importants. Nous allons souvent loin et on déplace deux équipes de 15 joueurs et l’encadrement, soit 50 personnes à chaque fois. C’est un coût de 5 000 à 6 000 € chaque fois. La subvention nous sert aussi à financer des stages, quand les enfants partent deux ou trois jours... » Une aide dont tous les cavaliers profitent 62 comités départementaux, comme celui d'équitation, bénéficient du soutien du Conseil général. Chaque année, le Comité départemental d’équitation signe un contrat d’objectif avec le Conseil général, « l’un de nos trois financeurs avec Jeunesse et Sport et la fédération », précise Dany Laurent, président du Comité. À la clé, une somme de 4 000 à 5 000 € « qui nous permet d’avoir une activité importante. On organise des stages pour les cavaliers qui vont aux Championnats de France, des championnats départementaux dans toutes les disciplines et on aide les clubs en leur achetant du matériel pédagogique et de sécurité ». Le Doubs compte une cinquantaine de clubs, « tous très demandeurs ». Entre 200 et 300 pratiquants ont participé à des stages de préparation cette année. Les enseignants peuvent être remplacés en cas d’absence et sur les compétitions. « Même si le règlement ne l’impose pas à un tel niveau, l’organisation engage un médecin. » Dany Laurent estime que cette aide permet au Comité de jouer pleinement son rôle à l’échelle départementale, auprès des cavaliers comme des enseignants. « On aide les clubs pour qu’ils aillent plus haut ! » « Sports collectifs de haut niveau L’ESBM vers le renouveau L'équipe 2009 au completIdossier I Malgré les soutiens considérables des collectivités, de grands clubs du Doubs, comme le BRC (football) et l’ESBF (handball féminin) traversent de graves difficultés financières. La liquidation du BBCD a été prononcée. Seul le FC Sochaux- Montbéliard tire son épingle du jeu. L’ESBM s’est imposé une gestion rigoureuse qui porte ses fruits. Les résultats sportifs conditionnent en grande partie les résultats financiers, si bien qu’un club ne se gère pas tout à fait comme une entreprise. Je pense qu’il faut appartenir à la famille sportive pour saisir la nuance », commente Christophe Vichot qui a un poste d’observateur privilégié : directeur général d’une entreprise privée, ancien capitaine de l’ESBM, il est l’un des anciens joueurs de l’équipe qui a remporté le championnat de France en 2 e division, en 1996. Le sport, c’est avant tout un plaisir « Face à un déficit en fin de saison 2008, nous avons dû opérer des coupes claires dans la masse salariale, avec des licenciements et des baisses de rémunération, et réduire les frais de fonctionnement. Pour la saison 2008-2009, nous présentons un résultat positif de 70 000 €, ce qui va nous donner de l’oxygène. Nous avons sacrifié le sportif aux dépens de nos 240 amateurs licenciés. C’était un passage obligé, et nous devions revenir à des valeurs de base : le sport, c’est avant tout un plaisir, c’est une école de vie », poursuit-il. « Parallèlement, notre équipe première est descendue de division 2 en national 1. Mais notre retour à une situation financière saine nous autorise à nourrir l’ambition de remonter en D2 où nous sommes certains d’avoir notre place. Nous avons le projet de créer notre propre école de formation afin d’avoir un vivier de sportifs de haut niveau. » « La subvention du Conseil général sert au fonctionnement du club. Du fait de la rétrogradation de l’équipe première, cette aide est passée de 120 000 à 90 000 €. C’est la règle du jeu, nous le savions bien puisque c’est inscrit dans la convention de partenariat. Nous ferons tout ce qui est dans nos moyens pour redonner de l’éclat à notre club qui fait la fierté de tous les licenciés. » Ce serait un beau cadeau pour les 40 ans du club, en 2010 ! octobre 2009_vu du doubs_17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :