[25] Vu du Doubs n°169 juin 2009
[25] Vu du Doubs n°169 juin 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°169 de juin 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : aménagement... le Doubs ajoute une touche verte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Iévénement I LGV Rhin-Rhône : rendez-vous le 11 novembre 2011 Desserte routière assurée par le Conseil général Outre sa contribution à la construction de la LGV, le Conseil général assure la création de la desserte routière de la future gare. D’un coût de 18,8 M €, cette nouvelle voie répond aux principes du développement durable, notamment d’un point de vue visuel et sonore. Objectif : nuisance 0. 12_vu du doubs_juin 2009 Une vitrine comtoise dans un écrin de verdure Conçue par l’architecte Jean- Marie Duthilleul, la gare Besançon Franche-Comté TGV n’est pas seulement une vitrine des compétences franc-comtoises avec, notamment, une horloge monumentale, mise au point par le Bisontin Philippe Lebru, elle est aussi une vitrine de Haute Qualité environnementale. Près de 75% des consommations énergétiques seront assurés par des sources renouvelables : chaudière à granulé-bois, puit canadien pour une climatisation naturelle, panneaux photovoltaïques, et station solaire pour satisfaire plus de 30% des besoins en eau chaude. La nouvelle gare et sa jumelle du centre-ville – qui sera modernisée – verront transiter un peu plus d’un million de voyageurs dès la première année. L'horloge conçue par Philippe Lebru requiert un moteur fabriqué par Alstom à Ornans. Une horloge fait le décompte des heures d’ici au 11 novembre 2011, date de mise en service de la LGV Rhin-Rhône. De gauche à droite : Alain Joyandet, Claude Jeannerot, Marie-Guite Dufay, Jean-Louis Fousseret. Le compte à rebours a été lancé le 29 avril dernier avec l’ouverture du chantier de la gare Besançon Franche-Comté TGV. Le premier TGV sera à l’heure, le 11/11/11, a réaffirmé le directeur de la SNCF, Guillaume Pépy. Le sénateur et président du Conseil général du Doubs s’est livré à un exercice prospectif, à l’occasion de la pose de la première pierre, imaginant les festivités du 50 e anniversaire de la gare Besançon Franche-Comté TGV, installée sur les communes d’Auxon-Dessus et Auxon-Dessous. Innovante, « la gare aura su conserver son temps d’avance, Besançon aura profité de l’opportunité représentée par une liaison à grande vitesse pour s’imposer comme une métropole incontournable sur l’axe Strasbourg-Lyon, s’inscrivant dans les échanges européens entre l’Allemagne et l’Espagne », pronostique Claude Jeannerot. Un maillage du territoire « Rien n'aurait été possible sans une volonté partagée entre l'Europe, l'État et les collectivités territoriales », a-t-il insisté. En effet, à l’heure où les croisements de financement sont pointés du doigt, il convient de noter que les collectivités ont pris un engagement exceptionnellement élevé pour un projet d’intérêt national. Ainsi la participation du Département du Doubs atteindra 41,5 M €. Les élus n’ont pas manqué de rappeler aux représentants de l’État combien il était important, pour la cohérence du projet, d’engager la suite des études et des travaux afin d’achever la première liaison internationale qui ne transitera pas par Paris. Le président du Grand Besançon, Jean-Louis Fousseret, maire de la capitale régionale, a indiqué qu’il réservait 100 000 m² pour accueillir des entreprises. Et Marie-Guite Dufay a rappelé que le Conseil régional qu’elle préside travaillait à l’intermodalité des transports. Car il ne suffit pas que le TGV passe, il convient de profiter des échanges qu’il génère en assurant, notamment, un maillage du territoire au service de la population.
I dossier I Aménagement : le Doubs ajoute une touche verte Le développement durable n'est pas un vain mot pour le Conseil général du Doubs. Il se traduit au quotidien dans ses services aux usagers. En témoigne l'entretien des routes. Le fauchage écologique a fait ses premiers pas dans le riche écosystème de la vallée du Dessoubre et se généralise petit à petit : des passages à faunes apparaissent ici et là, l'aménagement foncier évolue. Le développement durable s'affirme comme une composante majeure du programme Doubs 2017 en cours d'élaboration. Avec comme priorité la préservation des ressources et du patrimoine de notre territoire./juin 2009_vu du doubs_13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :