[25] Vu du Doubs n°166 mars 2009
[25] Vu du Doubs n°166 mars 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°166 de mars 2009

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Doubs

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : aux côtés des entreprises contre la crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
...I dossier I « Le Département accompagne les entreprises tout au long de leur vie Le Conseil général du Doubs mobilise ses équipes et ses dispositifs pour soutenir un tissu industriel fragilisé par la crise qui touche tout particulièrement le secteur automobile et ses nombreux sous-traitants et fournisseurs. Nous accompagnons les entreprises tout au long de leur vie, avec le souci prioritaire de favoriser la création d’emplois », résume Vincent Fuster, vice-président en charge des infrastructures, du développement économique, agricole et touristique. Symboliquement, le parcours commence avec les offres foncières et immobilières. Le Fonds départemental d’aménagement à vocation économique soutient l’aménagement de zones industrielles afin d’accueillir des entreprises dans les meilleures conditions possibles. Dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres, le Département agit en partenaire de la Région, des communautés de communes, des syndicats mixtes d’aménagement… info + 14_vu du doubs_mars 2009 Quant au Fonds départemental de développement économique, il intervient dans les programmes immobiliers des entreprises. Lancement, extension, croissance, transmission Vient ensuite l’aide à l’investissement matériel, étroitement lié à l’innovation, et à l’amélioration de la compétitivité, via le développement des compétences, par exemple. Les prêts d’honneur (voir plus loin) et les prêts participatifs au développement interviennent à des étapes-clés de la vie des entreprises : lancement, extension, croissance… et transmission, un sujet sensible à l’heure du papy boom qui voit partir à la retraite nombre de dirigeants. « Il est du ressort des collectivités comme la nôtre de créer les conditions favorables à l’accueil et au développement d’activités économiques porteuses », insiste Vincent Fuster. Ce qui se traduit dans les encouragements à la diversification et à l’innovation – le médical à Besançon, le numérique et le tertiaire à Montbéliard, entre autres exemples –, le soutien aux filières d’excellence représentées 127 millions d’euros Tel est le montant des investissements consentis par le Département sur son budget 2009 (530,4 M €), ce qui place le Doubs au premier rang des départements comparables. C’est là un signe fort en direction des entreprises. Ces investissements se concrétisent en effet, de façon directe et indirecte, à travers ses marchés, ses commandes publiques, ses aides... Vincent Fuster lors de la visite de l'entreprise Stainlessimplantée sur la zone d'activité de Dannemarie. notamment par les pôles de compétitivité Microtechniques et Véhicules du futur, mais aussi le bois, l’agroalimentaire, la plasturgie… « L’engagement de notre collectivité en faveur de l’économie et de l’emploi est transversal », conclut Vincent Fuster. « Lorsque nous choisissons d’investir dans le haut-débit, dans les routes, dans la Ligne à grande vitesse Rhin-Rhône, nous visons à optimiser les conditions d’accès et d’échanges. Notre politique d’équipement public, d’habitat et de cadre de vie confère une attractivité à notre territoire. Nos savoir-faire sont autant d’atouts pour relever de façon solidaire les défis qui se présentent à nous. » Des investissements générateurs d’activité Le budget départemental des infrastructures atteint 40 M € dont plus de 24 M € vont directement aux entreprises qui réalisent des aménagements cyclables et des travaux routiers sous maîtrise d’ouvrage départementale. Selon une enquête annuelle réalisée par la Fédération nationale des travaux publics, on peut établir globalement qu’1M € HT investi dans les travaux routiers correspond à six emplois directs permanents. Ainsi, le Département générerait environ 122 emplois temps plein. Doté de 33 M € en 2008, le programme Collèges 2010 fournit lui aussi de l’activité aux entreprises du bâtiment et des travaux publics et contribue ainsi au maintien de l’emploi. Il en va de même avec l’aide aux communes (29 M €) qui fait du Département le premier partenaire des collectivités locales.
« En cette période de difficultés économiques, les entreprises du BTP comptent tout particulièrement sur les collectivités pour une mise en chantier rapide de leurs projets 2009. Cela nous permettrait de combler en partie le manque d’investissements dans l’immobilier et dans l’industrie. C’est un enjeu de taille car le poids des collectivités dans nos carnets de commandes est considérable : suivant les années, il représente environ 70% de l’activité dans les travaux publics, et 40 à 50% dans le bâtiment. Le Conseil général est un partenaire majeur avec son réseau routier, les collèges, les créations d’établissements d’hébergement pour personnes âgées qu’il soutient... Nous entretenons des relations étroites avec Alain Boissière, président de la Fédération du BTP du Doubs « Nos entreprises comptent sur l’appui des collectivités » le président Jeannerot et ses représentants car il est important que la voix des entreprises se fasse entendre et que les informations circulent de part et d’autre. C’est d’ailleurs dans ce but que le conseil d’administration de Développement 25 nous a été ouvert. En unissant nos efforts, nous espérons sortir rapidement de la tempête car, même s’il y a crise, il y a aussi des besoins considérables à satisfaire en relançant la consommation et les investissements... » Jean-Louis Dabrowski, président de la Chambre de commerce et d’industrie Depuis que la CCI a mis en place une cellule Infos Urgences Entreprises (tél. 03 81 25 26 26), 150 situations difficiles, parfois dramatiques, ont été enregistrées. « Il s’agit essentiellement de petites entreprises, 30% environ ont moins de cinq ans ; la crise accentue leur fragilité. Elles rencontrent surtout des problèmes de trésorerie, de perte de confiance des banques », fait observer Jean-Louis Dabrowski. « L’ensemble du département est touché : l’industrie automobile, mais pas seulement ; les services aussi, en particulier l’immobilier et les transports. Quant au commerce, il fait face à une baisse d’activité depuis le début de 2008. » « Nous observons que les collectivités accélèrent l’ordonnancement des dépenses prévues, c’est un soutien appréciable à l’activité économique », poursuit le président de la CCI. « Par ailleurs, avec la Les solidarités aussi...I dossier I La création d’une "entreprise générale de sous-traitance" est envisagée pour renforcer les compétences des PME. « Nous faisons face à des cas d’urgence » Caisse des dépôts et consignations, nous étudions la création d’une "entreprise générale de sous-traitance" qui proposerait des services transversaux aux PME : un bureau d’études, par exemple, une force commerciale. Ce qui manque aux petites entreprises pour répondre à certaines consultations, alors qu’elles ont la capacité technique. Les collectivités là aussi peuvent nous donner le coup de pouce indispensable. » Le secteur des solidarités – premier poste de dépenses du Département – génère lui aussi de l’activité, et il est créateur d’emplois. Les 215 places d’hébergement pour personnes âgées et les 75 places d’accueil pour personnes handicapées qui seront créées au cours de l’année 2009 seront l’objet de chantiers non négligeables et entraîneront de nombreux recrutements. L’impact des interventions indirectes du Département se révèle considérable : on estime qu’1 € de commande publique génère un chiffre d’affaires de 2 à 3 € dans le secteur privé. mars 2009_vu du doubs_15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :