[24] Vivre en Périgord n°55 mai/jun 2019
[24] Vivre en Périgord n°55 mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°55 de mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (315 x 470) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : la forêt, une filière d'avenir pour la Dordogne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 SUD-BERGERACOIS Alliant bureaux et locaux à vocation sociale, culturelle et associative, ce nouvel espace répond à une véritable attente. À l’heure où le maintien des services publics en milieu rural est devenu un enjeu majeur pour nos campagnes, la Maison des Services d'Issigeac est un bel exemple de réussite. Au cœur du bourg, c’est un véritable lieu de vie qui répond à des besoins en espace pour l'administration, les habitants et les associations. Il permet de regrouper et de mutualiser des services. Un premier bâtiment accueille les services publics (accueil de la communauté de communes avec la permanence du pôle scolaire, le SPANC, les services sociaux communaux et départementaux, le bureau pour les permanences de divers organismes, la bibliothèque-médiathèque, une salle de RIBÉRAC Quatre ans après sa création, Osons Bio fait déjà référence dans le Ribéracois et le Verteillacois. L’association qui a pour objectif de promouvoir et de favoriser l’introduction de produits issus de l’Agriculture biologique dans la restauration collective, notamment auprès des enfants, est en parfait accord avec la politique impulsée par le Département depuis 2015. VALLÉE DE L'HOMME Rouffignac est un village martyr. Au printemps 1944, alors que les nazis commencent à sentir le vent de la défaite, la Dordogne, terre de résistance est soumise à un régime de terreur. Le 31 mars au matin, la sinistre division Brehmer investit Rouffignac. PLUS D'INFOS SUR  : WWW.DORDOGNE.FR ISSIGEAC ROUFFIGNAC-SAINT-CERNIN-DE-REILHAC ESPACE MÉMOIRE  : UNE HISTOIRE QUI SE CONJUGUE AU PRÉSENT Dans le secteur, les maquis sont nombreux, on y voit naître l’espoir de la libération. La population fait corps avec ses résistants. Rouffignac va le payer au prix fort  : la commune est passée au lance-flamme. Les hommes sont raflés, les quatre gendarmes de la commune envoyés en camps de concentration, dont ils ne reviendront pas. Rouffignac devient un symbole de la Résistance et de la barbarie nazie. La cité martyre reçoit l'hommage du Général de Gaulle dès 1945 et est décorée de la Croix de Guerre avec palmes le 11 novembre 1948. Chaque année, une cérémonie associant notamment la municipalité et l’ANACR constitue l’un des moments forts de la mémoire qu’entretient la Dordogne avec son histoire. Peu à peu, à l’initiative des équipes municipales successives, germe l’idée d’un musée dédié à cette période. Une idée relayée par l’association Centre départemental de la Mémoire-Résistance et Déportation. Aujourd’hui, l’Espace Mémoire de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac est devenu une réalité. Ouvert au public, il accueille une maquette de la commune avant la tragédie réalisée par Serge Peyrat, un habitant de la cité. Un film y retrace les événements avec des témoignages de l’époque. Lors de l'inauguration le 31 mars dernier, le président Germinal Peiro, accompagné du conseiller départemental Christian Teillac et de la vice-présidente à la culture Régine Anglard, a souligné la fierté du Département d’avoir aidé à cette réalisation qui s’inscrit dans un véritable réseau départemental de lieux de mémoire avec le Mémorial de Saint-Etienne-de-Puycorbier et celui de Durestal. L'ACTUALITÉ DANS VOS CANTONS UNE MAISON DES SERVICES POUR LA POPULATION réunion et d’activités pour les associations locales, les scolaires, les activités artistiques dont l’école de musique…). Le deuxième bâtiment quant à lui est une grande salle multi-activités de 240 m² avec hall d’accueil, sanitaires, rangement, office, loge, vestiaires… Le montant total de la réalisation de cette structure s’est élevé à 2,247 millions d’euros, un investissement important financé en grande partie par la communauté de communes Portes-Sud-Périgord avec des subventions du Département à hauteur de 583 000 euros mais aussi de l’État et de la Région. Un coût significatif mais un projet essentiel aux yeux des conseillers départementaux Sylvie Chevallier et Henri Delage, ainsi qu'à ceux de la population qui reconnaissent tous le rôle primordial de ce lieu particulièrement agréable dans la redynamisation de la vie sociale de ce territoire. RIBÉRAC OSONS BIO, L'ASSOCIATION QUI VEUT CHANGER VOS HABITUDES DE CONSOMMATION À ce jour, aucune disposition légale n’exige l’introduction de produits biologiques et locaux dans les repas proposés par la restauration collective. En Dordogne, ce choix résulte de la volonté politique de l’assemblée départementale. Comme le rappelle la conseillère départementale Nicole Gervaise, "Nous avons adopté une orientation visant à accentuer le recours à la production locale dans l’ensemble de la restauration collective, c’està-dire au-delà des collèges." Autrement dit, comment faire pour que les 18 millions de repas servis par an dans les collectivités en Dordogne le soient avec davantage de produits locaux, bio ou non ? Ainsi à la rentrée, le Conseil départemental présentera le premier collège biolocal de France et il y a quelques semaines, Germinal Peiro et Didier Bazinet inauguraient Manger Bio Périgord, la plateforme de distribution de produits bio et locaux en Dordogne à destination de la restauration collective. Le Département apporte son soutien à des initiatives comme celle portée par Osons Bio, qui a créé Festibio en 2015, la plus grande manifestation bio du Périgord avec pour objectif la sensibilisation et le soutien à l’agriculture biologique (conférences, animations pour les enfants et marché de producteurs... bio locaux !). Sa prochaine édition, le 29 juin 2019 à Verteillac, proposera des animations et spectacles gratuits.
LALINDE Alors que l’industrie du cinéma s’interroge sur l’avenir de son modèle économique et regarde d’un œil inquiet les offres des mastodontes hollywoodiens qui poussent à consommer le cinéma seul chez soi, la commune du Buisson-de-Cadouin a décidé d’offrir une seconde salle de 60 places à son cinéma Lux-Louis-Delluc. Fidèle à son principe de permettre un accès à la culture partout et pour tous, le Conseil départemental a participé à hauteur de 88 314 € à cette réalisation, fortement soutenue par les élus du canton, Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou. Il faut dire que depuis sa création en 1998, ce cinéma incite à l’optimisme. Déjà équipé de la 3D, labellisé Art et Essai, projetant de nombreuses sorties nationales, première salle de France en 2004 pour les communes de moins de 5 000 habitants, meilleure fréquentation du réseau Ciné-Passion dont il est l’un des piliers en SAINT-ASTIER Un contrat d'axe ferroviaire a été signé fin 2013 entre la Région Aquitaine, le Département de la Dordogne et plusieurs collectivités de la vallée de l'Isle pour favoriser l'usage du train entre Niversac et Mussidan. L'aménagement des abords des gares constitue un point essentiel. Dans le cadre de ce contrat d'axe, la Région Nouvelle-Aquitaine s'engage à augmenter d'ici 2020 le cadencement des trains, notamment pendant les heures de pointe. En contrepartie, les collectivités signataires s'engagent à améliorer les conditions d'accès aux gares et à développer des actions pour favoriser l'usage du train. La communauté de communes Isle-Vern-Salembre a ainsi aménagé les parkings et les abords des gares de Saint-Astier, Saint-Léon-sur-l'Isle et Neuvic. E X P R E S S I O N D E S GROUP E S P O L I T I Q U E S SOCIALISTES ET APPARENTÉS PCF, FRONT DE GAUCHE ET RÉPUBLICAIN LE RASSEMBLEMENT DE LA DORDOGNE LES RÉPUBLICAINS ET APPARENTÉS PAS D’AUGMENTATION DU TAUX DE LA TAXE SUR LE FONCIER BÂTI Depuis 2015, nous nous sommes engagés pour bâtir un Département dynamique, moderne, innovant, qui ne se limite pas et ne se recroqueville pas sur ses seules compétences obligatoires. Un Département qui investit, qui accompagne, qui associe les citoyens. Un Département qui met en ordre une politique redistributive au service des citoyens en les accompagnant au quotidien, au service du développement économique et de l’excellence environnementale. Nous répondons ainsi aux enjeux majeurs de notre territoire et nos réponses sont toutes animées du devoir de solidarité. Dans cette période difficile pour toutes les collectivités locales et face aux contraintes lourdes imposées par l’État, nous sommes un Conseil départemental qui résiste. Aujourd’hui se rajoute à ces contraintes, l’expression, parfois violente, des doutes d’une partie de la population qui nous interroge et attend de nous des réponses concrètes à leurs difficultés. Face à ces divers paramètres, souvent contradictoires, les collectivités doivent trouver des solutions ! C’est un exercice compliqué, mais nous avons décidé de garder le cap dans notre gestion en élaborant un budget qui nous ressemble  : prudent en recettes, économe en fonctionnement mais ambitieux en investissement. Nous gardons ce cap cette année aussi, en confirmant un de nos engagements de 2019  : ne pas augmenter la fiscalité et donc le taux de la Taxe sur le Foncier Bâti. Henri DELAGE Président du groupe Socialiste et Apparentés Contact  : 05 53 02 59 07 p.bel@dordogne.fr LE-BUISSON-DE-CADOUIN UNE SECONDE SALLE POUR LE CINÉMA DE PROXIMITÉ Dordogne, le cinéma du Buisson frôle les 30 000 entrées et attire un public fidèle. Avec cette seconde salle, le cinéma va pouvoir satisfaire aux exigences des diffuseurs et ainsi augmenter le nombre de séances proposées. Le cinéma programme ainsi des films populaires qui plaisent à un large public mais également des films labellisés Art et Essai, plébiscités par les cinéphiles. Avec cette programmation éclectique, le cinéma Louis Delluc est devenu bien plus qu’un lieu de diffusion  : ouvert toute l’année, c’est aussi un lieu de rencontres, de partage, de sociabilité où toutes les générations se croisent. Une politique tarifaire adaptée permet au jeune public de fréquenter les salles et rappelle que les cinémas sont aussi des lieux d’éducation. Jean-Luc Godard écrivait que la télévision fabrique de l’oubli tandis que le cinéma fabrique des souvenirs. Aujourd’hui plus que jamais, sortez, allez au cinéma et vivez des émotions que seules les salles obscures peuvent provoquer ! SAINT-ASTIER LES ABORDS DE LA GARE SNCF ENTIÈREMENT REPENSÉS Valoriser le quartier de la gare grâce à une opération vertueuse, qui mêle la rédéfinition des espaces à une démarche de qualité environnementale grâce à la végétalisation du parking, voilà ce qui a prédominé dans le projet intercommunal de rénovation des abords des trois gares de la CCIVS. Un aménagement qui répond aux objectifs du Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV) du Pays de l'Isle en Périgord et bénéficie à ce titre d'une subvention de l'État. Le but est d'encourager l'usage des transports en commun et des transports propres afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. La totalité du projet (soit trois gares) représente un investissement de 1 320 000 € HT, dont 726 000 € pour la gare de Saint-Astier. Sollicité dans le cadre du Contrat de Projets Territoriaux de la CCIVS, le Conseil départemental intervient à hauteur de 300 000 € , soit 25% du montant des travaux. LE PROJET DE LOI SUR LA FONCTION PUBLIQUE CONTRAIRE À LA CONCEPTION FRANÇAISE RÉPUBLICAINE En échec sur sa réforme des institutions, Emmanuel Macron veut passer en force sur celle de la fonction publique. Tout en niant la suppression du statut général des fonctionnaires, son projet le dénature gravement par un recrutement massif de contractuels, des plans de départs volontaires de fonctionnaires, des ruptures conventionnelles dans des conditions incertaines, la réduction des compétences des organismes de concertation et la rémunération dite "au mérite". De plus, les fonctionnaires seront touchés par les réformes à venir de l’assurance-chômage et des retraites. Depuis sa naissance, le statut des fonctionnaires a subi de multiples attaques, soit frontales soit sous forme de centaines de mesures ponctuelles entraînant un véritable "mitage". La nouvelle offensive qui tend à l’alignement du public sur le privé est plus que dangereuse. Ce projet tourne le dos à la conception française républicaine de la fonction publique et est contraire à la rationalité d’une action publique finalisée par l’intérêt général. Ce projet démontre que pour le président, la primauté de l’intérêt général, l’affirmation du principe d’égalité, l’éthique d’une citoyenneté responsable sont des valeurs qui ne sont pas essentielles. Les syndicats s’y opposent. Les associations d’élus font aujourd’hui front contre l’exécutif. De fortes réserves s’expriment au Parlement, dans la majorité présidentielle et jusqu’au sein du gouvernement. C’est pourquoi notre groupe pense que ce projet doit être récusé. Jacques AUZOU Président du groupe PCF, Front de Gauche et Républicain Contact  : 05 53 02 20 31l.perea@dordogne.fr L’AVENIR DU DÉPARTEMENT Les revendications exprimées par le mouvement social qui touche notre pays depuis plusieurs mois n’est pas sans conséquences pour nos territoires ruraux. La Dordogne n’y échappe pas. Les maires, les premiers à être confrontés aux problématiques des territoires, peuvent être des interlocuteurs privilégiés mais l’État ne doit pas se soustraire à ses responsabilités. L’exécutif départemental doit également se montrer vertueux. Après trois années où nous avons dénoncé les hausses fiscales, M. PEIRO semble nous avoir écouté en n’augmentant pas la Taxe sur le Foncier Bâti. Pour notre part, il nous apparait important de soutenir le projet d’ouverture d’une première année commune aux études de santé en Dordogne (PACES). Cette réflexion s’engage pleinement dans la lutte contre la désertification médicale mais aussi faciliter l’accès aux études supérieures dans des conditions plus favorables pour les jeunes périgourdins et leurs familles. Il est urgent de s’engager dans une politique volontariste en favorisant l’accès à l’enseignement, à l’emploi, en accélérant le développement de nos infrastructures tel que le Très Haut Débit, outil indispensable à l’essor économique du département. Certes il fait bon vivre en Périgord mais nous souhaitons aussi que des hommes et des femmes, des familles puissent s’y installer pour travailler, s’y épanouir et contribuer au développement économique de la Dordogne. Thierry BOIDÉ Président du groupe Le Rassemblement de la Dordogne Contact  : 05 53 02 59 28s.etourneaud@dordogne.fr En ce début d’année 2019, nous avons voté contre le Budget primitif du Département. Cela ne signifie pas que nous rejetons en bloc les actions départementales mais nous ne pouvons en aucun cas valider certains points. - Depuis 2016, entreprises et particuliers ont subi une hausse de la fiscalité de 10,5%. Cette augmentation affaiblit le pouvoir d’achat de chacun d’entre nous et gèle l’initiative entrepreneuriale. - La Dordogne est le département dont les taxes ont le plus augmenté en 2018. Nous sommes dans le top 10 des Département ayant la taxe sur le foncier bâti la plus élevée de France ! Les bases d’imposition augmentant cette année (+2.2% contre +1.2% en 2018), une baisse des taux aurait été possible. - Une économie attractive suppose la baisse de la dette et la maîtrise des dépenses de fonctionnement. Or, la dette s’élève au 31 décembre 2018 à 446,1 millions d’euros ! - Annoncée en début de mandat, la diminution du recours à l’emprunt devait permettre de trouver un juste équilibre pour la majorité. Certes, il baisse légèrement (-1.3%) mais cela ne se traduit pas encore par des effets sur le remboursement. Impossible pour nous, élus de l’opposition, de valider dans ces conditions un tel Budget pour la Dordogne. Il est temps de rendre du pouvoir d’achat aux Périgourdins. Dominique BOUSQUET Président du groupe Les Républicains et Apparentés Contact  : 06 07 82 83 54f.marty@dordogne.fr 7

1 2-3 4-5 6-7 8


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :