[24] Vivre en Périgord n°54 fév/mar/avr 2019
[24] Vivre en Périgord n°54 fév/mar/avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°54 de fév/mar/avr 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (315 x 470) mm

  • Nombre de pages : 8

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : pourquoi il faut terminer le contournement de Beynac.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8  |  Aller à la page   OK
8
8 3 QUESTIONS À THIERRY MERGNAT, DIRECTEUR-ADJOINT DU LDAR, SERVICE ANALYSES AGRO-INDUSTRIE & ALIMENTATION Toutes les activités du laboratoire ont-elles repris et quelle incidence la destruction des locaux a-t-elle eu sur les commandes en cours et à venir ? Toutes les demandes de nos usagers et de nos clients sont traitées. Selon les secteurs, les analyses sont soit directement réalisées par les techniciens du laboratoire départemental, soit sous-traitées dans des laboratoires partenaires. A titre d’exemple, les analyses de bactériologie des eaux et des aliments sont faites par les équipes du LDAR 24 dans les locaux de l’IUT de biologie de Périgueux ou au laboratoire départemental de la Haute-Vienne à Limoges. Pour le domaine vétérinaire, la séro-immunologie est opérationnelle dans le bâtiment du service des routes et les analyses de santé animale sont réalisées au lycée agricole de Coulounieix-Chamiers. De son côté, le service de l’eau et l’environnement poursuit l’installation de nouveaux équipements et envisage de réduire rapidement ses demandes de sous-traitance analytique. Le LDAR 24 garde ses compétences, reconnues par ses agréments des ministères de la Santé et de l’Agriculture. Les discussions et les échanges sont en cours avec le comité français d’accréditation (COFRAC) pour être en mesure de répondre aux besoins de certains clients pouvant par exemple exporter ou importer des produits alimentaires. La nouvelle organisation du LDAR 24 permet de gérer les demandes. Dans certains cas, les délais d’analyses peuvent être accrus d’une à deux journées. Comment vous êtes-vous organisés pour reprendre le travail ? PLUS D'INFOS SUR  : WWW.DORDOGNE.FR Les personnes du LDAR 24 sont toutes redéployées dans trois services du Conseil départemental  : le parc départemental accueille 30 à 40 personnes du pôle logistique, le service des routes une trentaine d’agents pour les analyses de séro-immunologie et de PCR, le service des espaces verts une trentaine d’agents pour les analyses eaux et environnement. En complément, nos préleveurs ont repris leur mission et nous avons des techniciens sur trois autres sites  : le lycée agricole de Coulounieix (4 à 5 techniciens pour les analyses de santé animale), l’IUT de Biologie de Périgueux (6 à 8 techniciens pour les analyses bactériologiques des eaux et des aliments) et le Laboratoire départemental de la Haute-Vienne à Limoges (4 techniciens pour les analyses bactériologiques des aliments). Les préleveurs, les techniciens disponibles et les équipes d’entretien assurent les navettes entre ces sites. Comment les agents du laboratoire vivent cette période difficile et quelles sont les conditions de travail aujourd’hui ? Les interventions sur les sites mentionnés nécessitent de nombreux déplacements. L’ensemble du personnel a su répondre favorablement à cette organisation en urgence même si les contraintes sont très fortes pour s’adapter à de nouveaux plannings et à des horaires souvent modifiés. Toutes ces navettes contribuent à des pertes de temps et des difficultés dans l’organisation des missions. Le personnel doit également s’adapter à de nouvelles conditions de travail, à de nouveaux locaux, de nouveaux matériels et à la cohabitation avec de nouveaux collègues, tout en gérant le stress lié aux nombreuses demandes en urgence de nos clients. L'ACTUALITÉ EN PÉRIGORD LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D'ANALYSE ET DE RECHERCHE APRÈS L'INCENDIE, LE LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL S'ORGANISE POUR GARANTIR SON ACTIVITÉ Le 16 décembre dernier, le Laboratoire départemental d’analyse et de recherche (LDAR) était dévasté par un incendie. Cet outil, très performant dans le département et reconnu sur un plan international, propose notamment ses services dans les domaines de l’hygiène alimentaire, la santé animale, l’eau et l’environnement. Le laboratoire a également ouvert ses portes à la recherche depuis plusieurs années. Un mois après le drame qu’il a connu, les 122 personnes qui y travaillent sont toutes redéployées dans des services du Conseil départemental. Toutes ont fait preuve d’une grande volonté pour reprendre au plus vite l’ensemble de leurs activités. Dans les trois prochains mois, les unités de chimie des eaux seront installées dans le bâtiment administratif du laboratoire avec en complément des structures modulaires ainsi que le laboratoire de microbiologie alimentaire et de salles pour la santé animale (structures modulaires). Dès le début du mois de janvier, des espaces dans les locaux de la Direction des Routes ou du Pôle Espaces verts ont été aménagés pour permettre la reprise rapide de l'activité du LDAR. Des laboratoires sont également mis à disposition des équipes départementales par le lycée agricole de Coulounieix-Chamiers, l'IUT de Périgueux et le Laboratoire départemental de la Haute-Vienne à Limoges. Dimanche 16 décembre 2018 à 5h30, les sapeurs-pompiers du SDIS Dordogne interviennent sur le violent incendie qui a ravagé plus de la moitié des installations. 33 véhicules, dont 7 engins pompes et 2 moyens aériens, et près de 70 sapeurs-pompiers venant de 10 centres de secours ont été mobilisés. Photo E. Lamouret Communication Sdis24 Dès le lendemain du sinistre, le président Germinal Peiro, le vice-président Didier Bazinet et les élus constatent l'étendue des dégâts et s’attachent à trouver des solutions pour assurer la continuité de l'activité professionnelle du laboratoire. Tout sera mis en œuvre pour reconstruire dans les meilleurs délais cet outil remarquable, qui s’était imposé comme l’un des fleurons de l’analyse biologique à l’échelle nationale. Le nettoyage des locaux épargnés par les flammes, mais recouverts de suie, nécessitera plusieurs semaines de travail par des entreprises spécialisées.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :