[24] Vivre en Périgord n°51 mai à sep 2018
[24] Vivre en Périgord n°51 mai à sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de mai à sep 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : mon département, utile et innovant !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
PLANÈTE PÉRIGORD UN ENVA HIS SEUR DA NS NO S JA RDINS Ils sont certainement victimes de la Pyrale du Buis La pyrale est un fléau qui sévit en Dordogne depuis plusieurs années. Cet insecte ravageur dévore les feuilles de buis, causant des dégâts spectaculaires. Sa présence s’est affirmée l’été dernier et elle s’annonce très précoce et active cette année. Pas de panique cependant  : des moyens de lutte existent qui demandent de la vigilance et un travail de prévention. C’est la nouvelle plaie des jardiniers français  : la pyrale du buis, un papillon venu d'Asie et dont la chenille dévore uniquement les buis. Les situations observées sont variées, allant des buis des particuliers aux buxaies sauvages. Les pressions exercées par les pyrales sont aussi différentes selon les cas  : chez certains particuliers, les buis n’auront été qu’affaiblis et repartiront sans problème ; les buxaies sauvages, attaquées jusqu’à l’écorce, sont plus menacées. Comment identifier une attaque de cette espèce ? Ce prédateur se présente sous la forme d’une chenille verte très reconnaissable avec une tête noire et des stries foncées qui évolue ensuite en nymphe puis en papillon blanc et brun avec des irisations dorées. La première chose à faire lorsque vous constatez la présence de ces chenilles vertes dans vos buis, c’est de les retirer manuellement et d’en détruire le maximum (elles ne sont pas urticantes). Plus le problème sera pris précocement, plus les chances d’éradications seront 28 élevées et plus l’arbuste sera entretenue et bonne santé, plus il sera fort pour résister. Cette surveillance « physique » doit être complétée par la mise en place de pièges à phéromone pour capturer les papillons mâles. Dès les premiers vols de papillons, il faudra traiter les buis avec un produit à pulvériser à base de Bacillus thuringiensis ssp. kurstaki, couramment désigné par son acronyme BTK. C’est une bactérie qui vit naturellement dans le sol. Cette méthode de lutte est plus adaptée aux professionnels mais on peut cependant se procurer ces produits dans les jardineries, magasins de bricolage, sites internet spécialisés. Le traitement doit être réalisé par temps sec, sans vent et sans risque de pluie. Afin qu’il soit ingéré par les insectes, il faut Chenille Pyrale de Buis Piège à Pyrale de Buis
Papillon de la Pyrale de Buis que le produit soit pulvérisé sur l’ensemble des buis. Le traitement est efficace mais il doit être renouvelé  : en effet, le cycle de vie de la pyrale du buis conduit à plusieurs pontes dans l’année (parfois 3). L’application du traitement en fin d’hiver ou au début du printemps de l’année suivante permet de venir à bout des larves ayant hiverné au sein des buis. Afin d’apporter de nouvelles solutions, respectueuses de l’environnement et de la santé humaine, des chercheurs ont identifié des parasitoïdes (microguêpes appelées « trichogrammes ») pour lutter contre cette Pyrale. Ils pondent leurs œufs dans les œufs du ravageur, entrainant la mort de ce dernier. Ces produits (sous forme de diffuseurs) sont désormais disponibles dans le commerce. Associés au piégeage phéromones et au traitement BTK, ils sont efficaces si le protocole de mise en œuvre est scrupuleusement respecté. Ainsi, les moyens de lutte existent mais face à cet adversaire coriace et dévastateur, la bataille est longue et complexe. La meilleure solution reste donc encore la vigilance et la prévention car la pyrale se développe et se propage très vite. Informations/signalements  : Pôle Paysage et Espaces Verts (cd24.dprpm-ppev@dordogne.fr) FREDON Aquitaine (http://www.fredon-aquitaine.fr/fredon/) et FREDON Limousin (http://www.fredon-limousin.fr/) FAUCHAGE RAISONNÉ Pour l’entretien des jardins et des bords de routes Le Département aménage et entretient près de 5000 kilomètres de routes bordées d’accotements, de fossés et de talus. Pour assurer la sécurité des usagers tout en préservant la biodiversité de ces milieux naturels, le Conseil départemental a initié depuis plus de dix ans un plan de gestion raisonnée des bords des routes. Cette démarche consiste à relever la hauteur de fauche, à limiter la largeur de coupe aux bordures de chaussées et à repousser le débroussaillage des fossés et des talus à l’automne afin de permettre la reproduction des espèces vivant dans ces milieux. Ainsi, le fauchage raisonné n’est pas une absence d’entretien mais un entretien adapté qui permet de concilier les enjeux de sécurité et de préservation de la biodiversité locale. En 2018, le fauchage se limitera à deux interventions annuelles. La première consistera en une intervention de sécurité, à savoir un fauchage d’une largeur de machine sur l’ensemble des accotements accompagné des dégagements visuels nécessaires à la sécurité des usagers de la route. En fin d’été, la totalité de l’emprise sera coupée lors du deuxième passage, avec un entretien des lisières et un débroussaillage afin de prévenir le risque incendie. « Faucher autant que nécessaire, mais aussi peu que possible » La gestion raisonnée s’applique également à l’entretien des parcs et jardins publics ainsi que chez les particuliers, dans les jardins privés. En limitant les tontes, en apprenant à jardiner de façon plus naturelle et en bannissant l'usage des pesticides, les habitants peuvent renforcer la portée de cet effort collectif et participer à l’équilibre de l’écosystème. 29



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :