[24] Vivre en Périgord n°51 mai à sep 2018
[24] Vivre en Périgord n°51 mai à sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°51 de mai à sep 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Conseil Général de la Dordogne

  • Format : (190 x 238) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : mon département, utile et innovant !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
DÉPENSES DE FONCTIONNEMENT Personnel 22,69 € Personnes âgées 17.92 € 16 Revenu de solidarité Active (RSA) 16.35 € Enfance 13,38 € " BUDGET PRIMITIF La solidarité humaine, première des missions Les dépenses sociales représentent 59,4% des dépenses de fonctionnement du Conseil départemental. Pour des raisons liées à la fois au vieillissement de la population, à une situation socio-économique qui reste fragile, l’augmentation des dépenses de solidarité assumées par le Département se poursuit. L’année 2018 devrait ainsi les voir progresser de 5,8% (soit 12,85 millions d’euros supplémentaires). Les dépenses liées aux seules Allocations Individuelles de Solidarité (AIS) ont augmenté de 50% en l’espace de 10 ans et devraient encore augmenter de 4% en 2018, essentiellement pour ce qui concerne l’APA (+ 6,5%) et le RSA (+ 2,4%) Quant à l’aide sociale à l’enfance, elle devrait mobiliser des crédits en forte hausse (+ 15,4%) avec près de 52 millions d’euros de crédits, notamment pour assurer la prise en charge des Mineurs Non Accompagnés (MNA), qui sont de plus en plus nombreux à fuir leurs pays touchés par la misère ou par la guerre (lire pages 24 - 25). " Personnes en situation de handicap 11,2 € Incendie et secours 4,39 € Subventions au monde associatif 3,76 € Administration générale et autres dépenses de structure 5,39 € Autres (social, voirie, collèges) 4.92 €
LA SOLIDARITÉ EN CHIFFRES  : Evolution des dépenses obligatoires liées aux allocations individuelles de solidarité (AIS) depuis 2008. ALLOCATION PERSONNALISÉE À L’AUTONOMIE Environ 13 300 personnes âgées bénéficient de cette aide indispensable à la bonne organisation de leur vie quotidienne, pour un montant de dépense global de 55,5 millions d’euros, en hausse de 5% par rapport à 2017. Deux raisons essentielles à cette augmentation significative  : - le vieillissement de la population (250 bénéficiaires supplémentaires depuis un an), - l’entrée en vigueur de la loi ASV (Adaptation de la Société au Vieillissement) votée par le précédent gouvernement et qui a notamment contribué à revaloriser les plans d’aides. 62% des bénéficiaires APA vivent à leur domicile. 17 BUDGET PRIMITIF REVENU DE SOLIDARITÉ ACTIVE 9529 bénéficiaires au mois d’octobre 2017, soit 1% d’augmentation sur un an. 58,8 M € de crédits (+ 1,8%) sont prévus cette année. L’explosion des dépenses liées au versement de cette dernière allocation (+ 47% entre 2009 et 2018 soit près de 28 millions d’euros supplémentaires) a été intégralement digérée par le Département, sans que les recettes en provenance de l’Etat aient connu la moindre évolution. Seules les mesures décidées dans le cadre du Pacte de Confiance (accord Ayrault) en juillet 2013 ont momentanément évité l’asphyxie des Départements. PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP 1330 personnes sont concernées. 8,7 millions d’euros ont été budgétés pour le versement de cette allocation en 2018. PROTECTION MATERNELLE INFANTILE  : 5203 consultations en 2017 Des contrats aidés pour améliorer le quotidien des personnes âgées Suite à la suppression l’été dernier par le gouvernement d’une grande partie des emplois aidés, l’ensemble des acteurs de l’insertion, du monde associatif et des collectivités se sont mobilisés pour alerter des conséquences néfastes d’une telle mesure. Face à cette situation, un nouveau dispositif est aujourd’hui mis en place  : les Parcours Emploi Compétence (PEC). En Dordogne, ce dispositif gouvernemental donne la possibilité d’un cofinancement de 200 PEC par le Conseil départemental (sur les 1028 PEC dont notre département devrait être doté, soit tout de même une baisse d’un millier de contrats aidés (- 50%) par rapport à la situation antérieure). Les conseillers départementaux périgourdins ont décidé à l’unanimité d’accompagner les 200 allocataires du RSA qui pourront bénéficier de ces PEC sur des postes ciblés dans les EHPAD et les services d’aide à domicile, secteurs qui demeurent extrêmement pénalisés par la suppression des anciens contrats aidés.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :